Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Maggie

Maggie

Publié le 23 sept. 2022 Mis à jour le 23 sept. 2022
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 21 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Maggie

Titre original : Maggie

 

Année : 2015

 

Réalisateur : John Scott 3

 

Pays : États-Unis

 

Casting : Arnold Scharzenegger, Abigail Breslin, Joely Richardson, Aiden Flowers, Carsen Flowers, J.D. Evermore, Raeden Greer, Rachel Whitman

 

Résumé : Maggie, 16 ans, est contaminée par un virus qui transforme les gens en zombie. Son père refuse de la laisser être mise en quarantaine. (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Depuis que j'avais entendu parler du projet, j'étais très curieux de voir le résultat. Et s'il y a bien un point sur lequel le film est réussi, c'est qu'il met en scène Schwarzy tel qu'il ne l'a jamais été. Complètement hors de son registre habituel. Le film a un arrière-goût d'anticipation pré/post-apocalyptique façon Interstellar, il y a du zombie qui pointe le bout de sa mâchoire également, mais malgré cela et malgré la présence du chêne autrichien, Maggie n'a rien d'un film d'action comme certains pourraient s'y attendre. Il s'agit d'un drame intimiste, mettant en scène un père et sa fille condamnée. Ça parle de désespoir et d'amour filial, et contrairement à toute attente je me suis surpris à trouver Schwarzy très bon, vraiment convaincant dans son rôle. Au rôle protecteur du père de famille il apporte évidemment sa carrure imposante bien que vieillissante, mais il n'a pas qu'une présence physique dans le film et le résultat est étonnamment crédible. Le film en lui-même n'est pas facile à regarder, anxiogène et triste, on est mal à l'aise pendant tout le métrage. Preuve s'il en fallait encore que le film ne laisse pas indifférent au visionnage. Ce qui ne l'exonère pas de défauts cependant, une lenteur exacerbée par exemple, inhérente au thème abordé il faut bien le dire, fait que ce film pourtant assez court semble durer bien plus longtemps. Toujours est-il que j'ai apprécié de voir l'ancien T-800 dans ce rôle très humain, très intériorisé mais aussi très intense. C'était une bonne surprise.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 21 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
24.2 – Petit gibier des mythes... 
24.2 – Petit gibier des mythes... 

Nous sommes Ulysse. Nous sommes Don Quichotte. Nous sommes Jean Valjean.Nous nous racontons des histoires au-delà des histoires &ea...

Lorenzo Soccavo
2 min
Les gourous du pouce
Les gourous du pouce

Cette société est bancale tout comme ce poème. Lorsque je l’ai publié dans cette construction il a enthous...

Jean-Christophe Mojard
1 min
3, 6, 9…
3, 6, 9…

Mon téléphone portable coula comme une masse dans l’eau trouble du canal, il n’y eu même pas un glouglou ou un r...

Hervé Fuchs
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur