Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Deux jours, une nuit

Deux jours, une nuit

Publié le 7 sept. 2022 Mis à jour le 7 sept. 2022
time 1 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 19 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Deux jours, une nuit

Titre original : Deux jours, une nuit

 

Année : 2014

 

Réalisateur : Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne

 

Pays : Belgique, Italie, France

 

Casting : Marion Cotillard, Fabrizio Rongione, Pili Groyne, Catherine Salée, Christelle Cornil, Timur Magomedgadzhiev, Olivier Gourmet

 

Résumé : Sandra n’a qu’un week-end pour aller voir ses collègues et les convaincre de renoncer à leur prime pour qu’elle puisse garder son travail. (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Le cinéma des frères Dardenne, c'est spécial, il faut bien le reconnaître. C'est direct, c'est rude, c'est rêche. Ça trouve sa source dans le vécu, dans le quotidien. Exit le glamour, exit les fioritures (visuelles ou sonores). Parfois même, c'est un peu trop brut de décoffrage. Ici aussi c'est le cas. Il y a certes la superstar Marion Cotillard en tête d'affiche, pourtant elle s'efface assez vite derrière son personnage qui est plutôt terne et sans grand charisme. L'histoire non plus n'est pas rose, on sent la détresse des personnages, on a du mal à trouver nos repères. Comme le personnage principal on est brinquebalé entre moments d'espoir et de désespoir selon les rencontres et les échanges qu'elle fait tout au long de ce week-end qu'elle va devoir mettre à profit pour convaincre les gens de son équipe de voter pour le maintien de son poste (leur patron leur a laissé le choix : la garder elle au sein de l'entreprise ou octroyer à tous les autres une prime substantielle de fin d'année). Pas le film le plus optimiste qu'il existe, une vision assez noire mais somme toute plutôt objective du marché du travail... Sans être cinématographiquement passionnant, il reste à voir sociologiquement parlant.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 19 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
24.2 – Petit gibier des mythes... 
24.2 – Petit gibier des mythes... 

Nous sommes Ulysse. Nous sommes Don Quichotte. Nous sommes Jean Valjean.Nous nous racontons des histoires au-delà des histoires &ea...

Lorenzo Soccavo
2 min
Les gourous du pouce
Les gourous du pouce

Cette société est bancale tout comme ce poème. Lorsque je l’ai publié dans cette construction il a enthous...

Jean-Christophe Mojard
1 min
3, 6, 9…
3, 6, 9…

Mon téléphone portable coula comme une masse dans l’eau trouble du canal, il n’y eu même pas un glouglou ou un r...

Hervé Fuchs
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur