Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Instinct de Survie

Instinct de Survie

Publié le 6 déc. 2022 Mis à jour le 6 déc. 2022 Culture
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 44 lectures
2
réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Instinct de Survie

Titre original : The Shallows

 

Année : 2016

 

Réalisateur : Jaume Collet-Serra

 

Pays : États-Unis

 

Casting : Blake Lively, Oscar Jaenada, Sedona Legge, Brett Culien

 

Résumé : Nancy surfe en solitaire sur une plage isolée lorsqu’elle est attaquée par un grand requin blanc. Elle se réfugie sur un rocher, hors de portée du squale. Elle a moins de 200 mètres à parcourir à la nage pour être sauvée, mais regagner la terre ferme sera le plus mortel des combats… (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Ça faisait un bail que je n'étais plus allé traîner mes guêtres au ciné cet été là, mais la bande annonce de ce nouveau film d'attaque de requin m'a complètement enthousiasmé et convaincu d'aller le voir. Alors les images de la bande annonce n'avaient pas menti : un requin énorme, très tenace et très vorace, et une jolie surfeuse blonde toute en formes rebondies sur un bout de rocher à quelques dizaines de mètres du rivage. Et c'est quasiment tout. Ça fait pas bézef mais pourtant le film se laisse regarder et sa durée modeste (un peu plus d'1h20) fait qu'on n'a pas trop le temps de s'ennuyer au final. Bon, devant si peu d'éléments narratifs, les scénaristes ont essayé de développer un peu la personnalité de l'héroïne en lui donnant des motivations sorties tout droit d'un passé récent et douloureux, et si le procédé fait un peu "recette déjà vue" ça s'insère plutôt pas trop mal dans le récit sans l'alourdir trop donc à mes yeux ça passe. Il faut également accepter la voracité sans limite de l'animal, qui bien que de très grande taille, devrait avoir à bouffer pour des mois avant même la moitié du film. Le zoologiste tatillon y trouverait forcément à redire. Quant à la toute fin, comment dire... c'est vraiment du too much (que je n'avais pas vu venir d'ailleurs) mais dans le contexte de ce type de film, et au vu de la réalisation qui est quand même plutôt bien ficelée faut dire, je suis plus enclin à la tolérance que d'habitude. Et puis aussi parce que sinon la fifille elle n'avait aucune chance contre la bestiole au triple dentier. Donc voilà, pur film d'été, de belles images, quelques frissons, un peu de suspens, une jolie gonzesse, un aileron surdimensionné et roulez jeunesse.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 44 lectures
thumb 0 commentaire
2
réactions

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Coco
Coco

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai d&ea...

Valentine Simon
1 min
COME IN ! 
COME IN ! 

  Light each day enters, and political stage is coming to be clearer : no Deep State, a fantasy

Cecile Voisset
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur