Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Blood Father

Blood Father

Publié le 16 déc. 2022 Mis à jour le 16 déc. 2022 Culture
time 2 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 60 lectures
2
réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Blood Father

Titre original : Blood Father

 

Année : 2016

 

Réalisateur : Jean-Francois Richet

 

Pays : États-Unis, France

 

Casting : Mel Gibson, Erin Moriarty, Diego Luna, Micahel Parks, William H. Macy, Miguel Sandoval, Dale Dickey, Raoul Trujillo

 

Résumé : John Link n’a rien d’un tendre : ex-motard, ex-alcoolique, ex-taulard, il a pourtant laissé tomber ses mauvaises habitudes et vit reclus dans sa caravane, loin de toute tentation. C’est l’appel inattendu de sa fille Lydia, 17 ans, qui va lui faire revoir ses plans de se tenir tranquille… Celle-ci débarque chez lui après des années d’absence, poursuivie par des narcotrafiquants suite à un braquage qui a mal tourné. Lorsque les membres du cartel viennent frapper à la porte de John, ils sont loin de se douter à qui ils ont affaire… (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Ah, le grand retour de Mel Gibson !! Bon soyons honnêtes, ça fait quand même quelques films qu'il repointe sa trogne, mais ça faisait longtemps qu'on ne l'avait pas vu aussi en forme dans le genre juste badass. Cherchez pas, on est clairement dans une série B, ça n’essaie d'ailleurs pas à se présenter autrement, et ça me convient parfaitement comme ça. Il y a donc dans ce film des sales gueules, de la castagne et pas mal d'échanges de coups de feu, un scénario linéaire et plutôt classique dans le genre, et puis c'est déjà bien. Finalement je me rends compte en l'écrivant qu'il n'y a pas des tonnes de choses à en dire de ce film : il annonce la couleur assez frontalement, et il fait le job tout à fait honnêtement, point barre. À ceci près que si ça avait été un autre que Mad Mel dans le rôle principal, ça aurait été vachement moins bien. Car parti, disparu, honni, blacklisté, détesté par le microcosme hollywoodien depuis ses frasques granguignolesques, Mel Gibson n'a jamais été très loin, il est toujours resté dans mon petit cœur de cinéphile fragile. Sans chercher à le défendre ni à le dédouaner de tout ce qui a pu lui être reproché, j'adore l'acteur et le réalisateur pour son immense talent. Vive Mel Gibson !

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 60 lectures
thumb 0 commentaire
2
réactions

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Coco
Coco

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai d&ea...

Valentine Simon
1 min
COME IN ! 
COME IN ! 

  Light each day enters, and political stage is coming to be clearer : no Deep State, a fantasy

Cecile Voisset
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur