Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Willy 1er

Willy 1er

Publié le 24 janv. 2023 Mis à jour le 24 janv. 2023 Culture
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 38 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Willy 1er

Titre original : Willy 1er

 

Année : 2016

 

Réalisateur : Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma, Marielle Gautier, Hugo P. Thomas

 

Pays : France

 

Casting : Daniel Vannet, Noémie Lvoosky, Romain Léger, Éric Jacquet, Alexandre Jacques, Robert Follet, Geneviève Plet

 

Résumé : À la mort de son frère jumeau, Willy, 50 ans, quitte pour la première fois ses parents pour s’installer dans le village voisin. “À Caudebec, j’irai. Un appartement, j’en aurai un. Des copains, j’en aurai. Et j’vous emmerde! ». Inadapté, Willy part trouver sa place dans un monde qu’il ne connaît pas. (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Que voilà un petit film inattendu et qui sort des sentiers battus ! L'histoire de Willy, dont le frère jumeau se suicide en le laissant seul alors qu'on devine qu'ils avaient toujours vécu en vase relativement clos. Mais Willy du haut de sa cinquantaine bien entamée le dit tout net à ses parents et à sa tutrice qui l'aide à gérer son budget : "À Caudebec, j’irai. Un appartement, j’en aurai un. Des copains, j’en aurai. Et j’vous emmerde !" Bon ce ne sera pas aussi facile à faire qu'à dire, mais Willy a de la suite dans les idées. Ce petit film m'a un peu fait penser à ce que réalisent des mecs du Groland, genre Delépine et Kervern : c'est rugueux, c'est cash, c'est dérangeant, mais c'est surtout très vrai et ça montre ce qu'on ne montre jamais d'habitude : la pauvreté, aussi bien financière qu'intellectuelle ou culturelle. Alors certes ça ne se regarde pas du tout comme une grosse comédie qui tâche, bien au contraire, on rit moins souvent qu'on est ému ou dérangé par les protagonistes, bien souvent même on a surtout pitié de Willy et de son entourage. N'empêche qu'il y a un parfum d'authenticité qui fait qu'on ne peut pas ne pas regarder... En tout cas avec moi ça a fonctionné. Après je n'en ferai pas un film culte ou de chevet, mais c'est bien aussi de laisser de la place pour des œuvres différentes de ce genre-ci. Et j'en suis encore à me poser la question : Daniel Vannet dans le rôle titre est-il filmé au naturel ou alors un sacré bon comédien ? À découvrir si vous n'êtes pas trop frileux...

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 38 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Scabreux
Scabreux

Un mot d'un dictionnaire, ma définition, vôtre sourire, ma joie. D...

Bernard Ducosson
1 min
A KNOT
A KNOT

(to Karen) The photo (untitle) is from Haaretz Weekend Brief (April 13th), it shows spring army manoeuvres....

Cecile Voisset
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur