Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Nobody

Nobody

Publié le 15 avr. 2024 Mis à jour le 15 avr. 2024 Culture
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 36 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Nobody

Titre original : Nobody

 

Année : 2021

 

Réalisateur : Ilia Naïchouller

 

Pays : États-Unis

 

Casting : Bob Odenkirk, Connie Nielsen, RZA, Alexeï Serebriakov, Christopher Lloyd, Alexandre Pal, Michael Ironside

 

Résumé : Hutch Mansell, un père de famille sans histoire, accumule un tas de frustrations. Alors que des cambrioleurs entrent chez lui, Hutch va se défendre et faire preuve d'une grande violence. Un incident qui va faire resurgir les secrets de son passé... (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Gros gros kiff que ce film !! Je ne m'attendais pas du tout à ce que j'allais voir, et ça a dû influer sur mon ressenti, parce que la surprise a été totale, et son effet sur moi très positif. Si j'ai regardé, c'est uniquement pour voir Bob Odenkirk dans un premier rôle dans un long métrage, déconnecté de son rôle fétiche et qui l'a fait connaître, de Saul Goodman dans Breaking Bad et Better Call Saul. Et pour un rôle déconnecté j'ai été servi. Au départ le héros qu'il interprète est dans la veine de ce qu'on l'a déjà vu jouer ailleurs : le type lambda, un peu loser, un peu en manque d'éclat. Et puis il se passe quelque chose qui va révéler sa vraie personnalité, celle qui est enfouie en lui volontairement depuis qu’il a voulu changer de vie et devenir quelqu'un de banal, un "nobody"... Et c'est là que tout part en vrille, le film change complètement de tonalité et on se retrouve dans un tout autre genre, ultra-violent, ultra-jouissif, ultra-décomplexé. Ça m'a fait penser par certains aspects à du Punisher à la sauce Garth Ennis (et dans mon esprit, ceci est un compliment de premier ordre), mais encore rehaussé par le physique très passe-partout de Bob Odenkirk, qui apporte au film ce décalage inattendu. Car jamais je n'aurais imaginé voir cet acteur dans un tel rôle. Et encore moins que cela soit aussi réaliste au final. Et puis cerise sur le gâteau : dans le rôle de son paternel grabataire mais pas encore bon pour la casse, rien de moins que le légendaire Christopher Lloyd qui visiblement se fait ici autant plaisir à lui qu'il nous en fait à nous ! Bref, c'est pas du Ronsard comme dirait l'autre, mais bordel qu'est-ce qu'il fait du bien ce petit film !

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 36 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur