Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Ready Player One

Ready Player One

Publié le 28 août 2023 Mis à jour le 28 août 2023 Culture
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 44 lectures
1
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Ready Player One

Titre original : Ready Player One

 

Année : 2018

 

Réalisateur : Steven Spielberg

 

Pays : 2018

 

Casting : Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, T.J. Miller, Simon Pegg, Mark Rylance, Lena Waithe, Win Morisaki, Hannah John-Kamen

 

Résumé : 2044. La Terre est à l’agonie. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l’OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l’OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l’OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars et le contrôle total de l’univers virtuel ! Multinationales et geeks s’affrontent alors dans une quête épique, dont l’avenir du monde est l’enjeu. Que le meilleur gagne… (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Steven Spielberg est très certainement l'un des réalisateurs auquel je fais le plus confiance. Il a pondu de tels chefs-d’œuvre, et des films qui m'auront tant marqué, que je ne pourrais pas faire autrement. Cependant j'avoue que ces dernières années, les thèmes de ses films ne m'attiraient que très peu voire pas du tout, aussi m'étais-je un peu détourné de ses films récents. Mais le voilà de retour dans un domaine qui a fait de lui un des maîtres de son art, le fantastique mixé à l'action et au suspense. Alors forcément moi je n'ai pas su résister. Et Spielberg prouve avec ce film que dans son domaine, il reste le boss absolu, et ça saute aux yeux du début à la fin. C'est beau, c'est léché, c'est malin, c'est intelligent tout en restant facile d'accès (ou si vous préférez c'est grand public sans être abrutissant ou bas de plafond), c'est impressionnant, c'est rythmé, c'est maîtrisé, c'est référentiel et universel (sacré beau paradoxe !), bref : c'est de la balle ! Du cinéma grand spectacle comme j'aime, avec tout ce qu'il faut dans les proportions qu'il faut. Tout fonctionne à merveille dans ce film, on sent que rien n'est laissé au hasard et pourtant tout paraît hyper fluide. Les enchaînements, la bande son, l'interprétation, les effets spéciaux omniprésents mais qui ne donnent pas l'impression d'être envahissants (autrement dit, ils servent l'histoire, ils ne sont pas au centre de l'histoire comme on aurait pu le craindre avec le thème pourtant propice à ce type de dérapage qu'est la réalité virtuelle), tout est au diapason de ce que Spielberg sait faire de mieux : raconter une histoire centrée sur l'humanité de ses personnages. Ouais, définitivement il n'y a rien à ajouter à la démonstration du maître, c'est clair et pas près de changer : c'est Spielberg le patron.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 44 lectures
thumb 0 commentaire
1
réaction

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Coco
Coco

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai d&ea...

Valentine Simon
1 min
COME IN ! 
COME IN ! 

  Light each day enters, and political stage is coming to be clearer : no Deep State, a fantasy

Cecile Voisset
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur