Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Never Back Down : No Surrender

Never Back Down : No Surrender

Publié le 25 nov. 2022 Mis à jour le 25 nov. 2022
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 6 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Never Back Down : No Surrender

Titre original : Never Back Down : No Surrender

 

Année : 2016

 

Réalisateur : Michael Jai White

 

Pays : États-Unis

 

Casting : Michael Jai White, Josh Barnett, Gillian White, Esai Morales, Stephane Quadros, Nathan Jones, Jeeja Yanin, Tony Jaa

 

Résumé : L’ancien champion de MMA Case Walker garde un profil bas, en gagnant des petits combats régionaux et en refusant de participer à des ligues puissantes qui poussent leurs athlètes vers la prise de drogues pour améliorer leurs performances. Néanmoins, Walker est convaincu par un ancien ami, Brody James, de le suivre en Thaïlande et de l’entraîner pour un combat contre l’invaincu et le mortel Caesar Braga. Lorsque Brody est blessé durant l’entraînement, Case est forcé par un puissant promoteur de remplacer son ami dans ce combat épique. (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : De temps en temps un bon film de baston c'est appréciable (par moi en tout cas). Quand en plus les personnages sont interprétés par des combattants de premier ordre, aux physiques et aux talents certains, ça tourne au péché mignon. Et c'est le cas dans ce film. Le scénario n'est jamais la partie la plus palpitante de l'affaire, ça se saurait, l'essentiel étant de ne pas verser dans le ridicule ou le gros n'importe quoi. Ce qui est évité ici. Le petit truc en plus dans cette série de film, c'est l'interprète principal, Michael Jai White pour lequel j'ai un faible depuis longtemps (le bonhomme a quand même incarné Al Simmons en 1997, dans un film certes raté mais Al Simmons quoi !!)(pour ceux qui n’ont pas la réf, c’est le nom civil de Spawn)(pour ceux qui n’ont toujours pas la réf… tant pis pour vous !). Ce type dégage un charisme impressionnant d'où transpire un calme mêlé de puissance et de maîtrise... Physiquement une bestiole, martialement un grand maître, et surtout un état d'esprit sain, pas tapageur pour un sou, humble mais assuré tout à la fois. Il a un style de combat (et d'entraînement) qui sort de l'ordinaire, pas démonstratif, toujours à la recherche de l'efficience. Alors oui bien entendu, ce genre de film ce n'est pas du grand septième art (et ça ne se réclame pas comme tel d'ailleurs), mais c'est plaisant car efficace, maîtrisé et du coup très agréable à voir. Typiquement le genre de film de baston qui peut plaire même à un public pas forcément friand du genre. On n'évitera pas les ficelles parfois un peu grosses, les événements un peu prévisibles mais qu'importe, ça n'est pas l'objet du film de toute façon. Michael Jai White continue malgré tout toujours à me surprendre : pas par ses scénarios ni sa mise en scène (cette dernière reste très correcte) mais par sa personnalité et l'état d'esprit qui ressort de son film. Bref, de la belle ouvrage, sans prétention mais appliquée dans son domaine.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 6 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Emlékezz rám
Emlékezz rám

Emlékezz rám; Kiáltottam magamban, Szorítottam a szívedet a markomban. Kitaszított lette...

Déri G. Ben
1 min
Carpe Diem
Carpe Diem

Energique est sa vie Elle a le fruit qui mûrit Sa copine n'est pas en reste Elle respl...

Arthur Mede
1 min
Le tournoi meurtrier 5/5
Le tournoi meurtrier 5/5

Chapitre 5 La cour du château de Cauzac était beaucoup trop exigüe pour une joute à cheval. C’est pourqu...

Jean-Marie Gandois
6 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur