Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
The Romanoffs - Saison 1

The Romanoffs - Saison 1

Publié le 29 juin 2023 Mis à jour le 29 juin 2023 Culture
time 4 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 811 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

The Romanoffs - Saison 1

Titre d’origine : The Romanoffs

 

Créateur / Showrunner : Matthew Weiner

 

Année : 2018

 

Pays : États-Unis

 

Casting : Aaron Eckhart, Louise Bourgoin, Marthe Keller, Corey Stoll, Kerry Bishé, Noah Wyle, Christina Hendricks, Jack Huston, Paul Reiser, Isabelle Huppert, Amanda Peet, Jon Tenney, Emily Rudd, Diane Lane, Andrew Rannells, Cara Buono, Radha Mitchell, Griffin Dunne, Kathryn Hahn, Jay R. Ferguson, Hugh Skinner, Hera Hilmar, John Slattery

 

Résumé : Tout autour du monde, des personnes pensent être les descendants des Romanov, la famille royale russe. (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Matthew Weiner a signé l'une des séries les plus classes et novatrices de ces dernières années : l'incroyable Mad Men, son nouveau projet était bien sûr attendu avec impatience et curiosité. Le voilà avec une anthologie en 8 épisodes de 90 minutes, avec pour thème les descendants divers et variés des Romanov, la famille royale russe. Ce thème très large lui permet de situer chaque épisode dans un autre endroit du monde (de Paris à Hong-Kong, en passant par le Mexique, l'Autriche, la Russie, les États-Unis...) et d'aborder toutes sortes de sujets différents, avec cependant souvent comme points communs les thématiques du rapport filial et des relations de couple. Mais vraiment on passe d'un registre à l'autre sans lien apparent, seul le nom des Romanov vient faire un lien clair entre les épisodes. D'ailleurs chacun d'entre eux est une histoire à part entière et se suffisant à elle-même, bien qu'on voit parfois un personnage d'un épisode apparaître ou être mentionné dans un autre. Mais rien qui n'entrave à la compréhension ni qui oblige à tout voir pour comprendre, bien au contraire très souvent les liens restent très ténus. Alors impression générale : c'est décevant en cela que c'est très en-deça du standard de qualité proposé dans Mad Men. On a aussi un peu l'impression que les histoires se diluent un peu en longueur, auraient pu être resserrées pour tenir en des formats plus courts que 90 minutes, pour autant je ne peux pas dire que je me sois ennuyé au visionnage. D'abord en raison d'un casting absolument pléthorique et royal ! Weiner sait s'entourer de comédiens exceptionnels et visiblement dévoués à son œuvre : excellent point ! Ensuite parce que même si on ne comprend pas la finalité de tout cela, Weiner sait mener sa barque et raconter une histoire, avec son style empreint de lenteur et laissant la part belle aux comédiens. On n'évite cependant pas quelques clichés et grosses ficelles par moment, ce qui est dommage vu l'ambition affichée de proposer une œuvre de grande qualité qui transpire de l'ensemble. Et ce qui est frappant, c'est qu'à la fin de chaque épisode ou presque, alors qu'on a une conclusion qui se tient et vaut ce qu'elle vaut, je n'ai pu m'empêcher de rester dubitatif sur le message que Weiner a voulu faire passer. Je me suis souvent entendu dire : "oui mais et alors ?" à la fin, en restant un peu sur ma faim, en ayant l'impression que ces longs développements se concluaient trop abruptement. Et ça c'est à la fois intéressant car ça prouve qu'on était impliqué dans ce qu'on nous montre à l'écran, mais c'est aussi problématique car ça tend à prouver qu'il manque un "je ne sais quoi" pour nous satisfaire de ce qu'on a vu. Je suis plutôt réceptif aux fins ouvertes, aux réflexions en suspens qui demandent au spectateur de continuer seul à cheminer dans ses pensées et sur les pistes entrouvertes, mais là il y a comme un malaise malgré tout. Une impression de WTF qui nous colle aux baskets et laisse un parfum d'inachevé (ou d'incompréhension). J'ai trouvé l'ensemble assez hypnotique (ce qui est à mes yeux très positif), j'ai adoré le casting absolument énorme de cette série (encore une chose très positive) mais j'ai été tout de même déçu par certaines histoires, et un peu déboussolé par chacune des fins proposées (ce qui est plus négatif que positif). Impossible de dire que c'est mauvais. Impossible de dire que c'est du niveau de Mad Men. C'est définitivement une œuvre à part, que je pense humblement n'avoir pas totalement comprise dans son ambition générale, je ne sais pas vraiment quelle idée en retenir, je n'ai pas perçu de message clair. The Romanoffs est vraiment un ovni dans son genre.

Ah j'ai failli oublier alors que c'est d'une grande importance à mes yeux : la bande son est géniale ! Très clairement calibrée pour les gens de ma génération, ceux qui sont actuellement quadra/quinca ne pourront qu'adorer !

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 46 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Evêques
Evêques

Un mot d'un dictionnaire, ma définition, vôtre sourire, ma joie. Dans l'&eacu...

Bernard Ducosson
1 min
Convaincre
Convaincre

Un mot d'un dictionnaire, ma définition, vôtre sourire, ma joie. Dialoguer po...

Bernard Ducosson
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur