Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Childhood's End : Les Enfants d'Icare - Mini-série

Childhood's End : Les Enfants d'Icare - Mini-série

Publié le 10 févr. 2023 Mis à jour le 10 févr. 2023 Culture Culture
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 105 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Childhood's End : Les Enfants d'Icare - Mini-série

Titre d’origine : Childhood’s End

 

Créateur / Showrunner : Matthew Graham

 

Année : 2015

 

Pays : États-Unis

 

Casting : Mike Vogel, Osy Ikhile, Daisy Betts, Yael Stone, Charles Dance, Ashley Zukerman, Georgina Haig, Julian McMahon, Colm Meaney

 

Résumé : Une invasion alien pacifique génère des décennies d'utopie en apparence, mais au détriment de l'identité et de la culture humaine. (source : Senscritique.com)

 

Avis vite dit : Adaptation pour Syfy d'un roman de SF d'Arthur C. Clarke, cette mini-série en 3 épisodes possède qualités et défauts. La qualité principale c'est un certain luxe de production qui se voit à l'écran, les images sont belles et sans en connaître exactement le budget on a l'impression qu'on a à faire à un produit de luxe qui a les moyens. Mais cela est presque à double tranchant, car on pourrait s'attendre à voir une débauche d'effets spéciaux, à des scènes d'action d'envergure, bref quelque chose de très marquant visuellement, un peu comme si on allait voir du Michael Bay. Or, ce n'est absolument pas le cas du tout, et la série pâtit un peu de cela, je n'ai personnellement pas pu m'empêcher de me faire une réflexion du style "tout ça pour ça ?" arrivé à la fin de la série, tant j'ai eu cette impression de pas assez, de promesse non-tenue (promesse pas forcément clairement énoncée mais induite par les images et le thème abordé). Et ça, qu'on le veuille ou non, ce n'est généralement pas bon signe pour l’œuvre en question, quelle qu'elle soit. Car c'est la dernière impression qu'on en a qui compte beaucoup, peut-être plus (que ce soit juste et mérité ou non) que tout le reste de ce qu'on a pu voir au cours de la série. L'idée principale de cette histoire se situe dans le dévoilement de l'apparence du visiteur de l'espace, qui a lieu au second épisode, et qui laisse flotter un suspense qui ne sait pas décoller plus que ça par la suite, qui ne sait pas prendre l'ampleur qu'il lui aurait fallu pour en faire quelque chose de très marquant. Et du coup la fin arrive sans que les scénaristes aient su faire monter suffisamment la sauce, et qui plus est, la fin manque elle aussi d'envergure, de sens dramatique, d'enjeu monté en épingle... Bref, je me suis senti frustré par ce que j'ai vu et c'est très nettement parce que je m'attendais à quelque chose d'autre, de plus, de mieux, ... difficile à expliquer clairement. Pourtant je sens le potentiel de l'histoire, l'idée assez gonflée au centre de l'intrigue, mais la série n'aura jamais su en faire quelque chose d'excitant, ce qui lui donne un parfum un peu fadasse qui m'interdit de conseiller cette mini-série. En revanche je suis quasiment certain que le roman d'origine doit être d'une toute autre trempe et posséder une envergure bien plus proche des intentions qu'on devine mais qui restent à l'état d'embryon dans la série. Dommage.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 105 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
D'amour et d'amitié
D'amour et d'amitié

Je dédie ces vers à ceux qui étaient, et sont encore là.Parce que les Amis pourront to...

Jean-Christophe Mojard
1 min
Dans ses pas
Dans ses pas

Je reve de déployer mon talent Pouvoir vivre séant D'amour et de glamour

Arthur Mede
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur