Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Braquo - Saison 4

Braquo - Saison 4

Publié le 16 janv. 2023 Mis à jour le 16 janv. 2023 Culture
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 174 lectures
1
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Braquo - Saison 4

Titre d’origine : Braquo

 

Créateur / Showrunner : Abdel Raouf Dafri

 

Année : 2015

 

Pays : France

 

Casting : Jean-Hugues Anglade, Joseph Malerba, Karole Rocher, Geoffroy Thiebaut, Joël Lefrançois, Thierry René, Philippine Leroy-Beaulieu, Nikita Bellucci, Gérald Papasian

 

Résumé : Caplan, Morlighem et Roxane se retrouvent aux prises avec le redoutable Baba Aroudj dont Morlighem a tué le fils unique lors d'une opération de police. (source : Wikipédia)

 

Avis vite dit : Cette quatrième saison signe la conclusion de ce qui avait démarré comme un coup de tonnerre dans le paysage des séries françaises lors de sa première saison. Braquo m'avait scotché et si elle n'était pas parvenue à égaler ma série policière fétiche The Shield, elle s'en était quand même beaucoup rapprochée dans l'esprit, aussi bien dans l'ambiance que dans le développement des personnages entre ombre et lumière. Les saisons 2 et 3 avait fortement chuté du point de vue narratif (quand le créateur Olivier Marchal n'est plus à la barre...), à coup d'incohérences et de surenchères aussi inutiles que ratées. C'était avant tout l'esprit et l'ambiance léchée qui s'était envolée, laissant les comédiens surjouer et se débattre avec des dialogues qui sonnaient souvent faux. La saison 4 essaie de renouer avec tout ce qui avait fait de la première saison un diamant brut, mais l'héritage des saisons 2 et 3 reste présent, et quelques rares fulgurances ne permettent pas à cette dernière saison de décoller. D'autant que le scénario ne réserve pas de surprise (ou alors des mauvaises, pas de bol) et qu'on sent arriver le dénouement à des kilomètres. Et encore, qu'on le voit arriver n'est même pas le plus grave (ce ne serait pas le premier, et si c'est bien fait ça peut fonctionner quand même), le plus gênant selon moi c'est qu'on ne s'en émeuve même pas... ce qui n'est jamais très bon signe faut le dire. Alors voilà, pour moi Braquo restera un one shot d'une saison d'une rare qualité, je préfère oublier les approximations des trois saisons qui ont suivi.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

lecture 174 lectures
thumb 0 commentaire
1
réaction

Commentaire (0)

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Si ce n'est pas ce soir
Si ce n'est pas ce soir

À la fenêtre je t'attends, Tu vas revenir, mais quand? De dérrière les sapins, la l...

Ileana Budai
1 min
Alain Dorval
Alain Dorval

Alain Bergé, dit Alain Dorval, né le 17 avril 1946 à Alger, &...

Gand Laetitia
1 min
Marcher sous la pluie
Marcher sous la pluie

Il pleuvait depuis la soirée, Moi, tristeâme solitaire, je marchais. Mes pas, sur le pavage muill...

Ileana Budai
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur

promo

Télécharge l'application mobile Panodyssey