Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Banished - Saison 1

Banished - Saison 1

Publié le 8 févr. 2023 Mis à jour le 8 févr. 2023 Culture Culture
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 8 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Banished - Saison 1

Titre d’origine : Banished

 

Créateur / Showrunner : Jimmy McGovern

 

Année : 2015

 

Pays : Royaume-Uni, Australie

 

Casting : Orla Brady, Ewen Bremner, MyAnna Buring, Ryan Corr, Brooke Harman, David Dawson, Ned Dennehy, Rory McCann

 

Résumé : 1788, Nouvelles Galles du Sud en Australie. Dans la première colonie pénale créée par les Britanniques sur l’île de Norfolk, les prisonniers condamnés et leurs gardes de la Marine Royale cohabitent tant bien que mal. (source : Wikipédia)

 

Avis vite dit : J'aime bien les séries qui ont un fond historique, même si l'intrigue est romancée voire complètement fictive, l'enracinement dans une période bien spécifique de l'Histoire apporte souvent un plus que j'apprécie beaucoup (cf. Peaky Blinders ou The Knick par exemple). Le contexte de celle-ci m'attirait puisqu'il s'agit des premiers "colons" occidentaux en Australie, autrement dit une colonie de bagnards expatriés à l'autre bout du monde le temps de leur peine par l'Angleterre victorienne. Dans ce bagne il y a les prisonniers mais aussi les gardes armés chargés de les surveiller, le tout sous le commandement du gouverneur local, représentant de sa Majesté. Et c'est assez intéressant de découvrir les règles de vie de cette colonie, les rapports de force, la place de la religion, celle du devoir mais aussi des privilèges de certains, l'idée d'apporter la "civilisation" sur un nouveau continent par l'intermédiaire de ceux qui sont considérés comme les "déchets" de la civilisation en Angleterre... Le contexte historique donc est dépaysant et de ce fait intriguant et intéressant, les personnages quant à eux sont peut-être un chouïa caricaturaux mais pas dénués d'intérêt pour autant. Ce qui plombe un peu l'ensemble c'est une fâcheuse tendance à ajouter des bluettes et triangles amoureux dans tous les sens qui viennent un peu peindre d'un rose trop voyant le reste de l'intrigue. Sorti de ce trop plein de romance dans un lieu qui ne prête pourtant pas tant que ça à compter fleurette, la série avance un peu trop mollement malgré le peu d'épisodes, mais on devine que c'est dû à la volonté de bien poser les personnages d'abord (ce qui est louable). Le problème c'est que cette saison qui ne se voulait que la première et appelait clairement à une suite (puisque bon nombre d'intrigues en cours se voient laissées sans réponses définitives après le huitième et dernier épisode) restera l'unique de cette série qui a été annulée après diffusion de la première saison. Du coup on se retrouve avec une fin qui n'en est pas une du tout, l'ébauche de nouvelles pistes pour la saison suivante qui ne verra pas le jour, et c'est un brin frustrant car la série aurait certainement gagné en ampleur narrative en bénéficiant d'une suite. Bref, cette série n'est pas déplaisante mais à force de ne pas forcément aller à l'essentiel frustre à l'arrivée car elle n'aura pas eu le temps d'aller au bout de son propos...

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 8 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
CAPITOLO V
CAPITOLO V

Cap V Era pomeriggio inoltrato quando il bus si era fermato a Gallup ma la luce del giorno...

Torrese Francesco Saverio
10 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur