Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Shameless US - Saison 11

Shameless US - Saison 11

Publié le 20 mars 2024 Mis à jour le 20 mars 2024 Culture
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 18 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Shameless US - Saison 11

Titre d’origine : Shameless

 

Créateur / Showrunner : John Wells

 

Année : 2020

 

Pays : États-Unis

 

Casting : William H. Macy, Jeremy Allen White, Cameron Monaghan, Steve Howey, Shanola Hampton, Emma Kenney, Ethan Cutkosky, Christian Isaiah, Noël Fisher, Scott Campbell, Jim Hoffmaster, Michael Patrick McGill, Gary Busey, Dan Lauria

 

Résumé : Alors que Frank affronte sa propre mortalité et ses liens familiaux au cours de ses années crépusculaires liées à l’alcoolisme et à la drogue, Lip se débat avec la perspective de devenir le nouveau patriarche de la famille. Les nouveaux mariés, Ian et Mickey, sont en train de déterminer les règles et les responsabilités d'une relation à long terme, tandis que Deb embrasse sa vie de mère célibataire. Carl trouve une nouvelle carrière improbable dans les forces de l'ordre et Kev et Vee ont du mal à savoir s'il faut rester ou non dans le « South Side ». (source : Wikipédia)

 

Avis vite dit : "Voilà, c'est fini" (sur un air connu). La onzième aura été la dernière saison de cette série totalement iconoclaste, absolument inclassable et farouchement jouissive qu'a su être et rester pendant toute son existence Shameless. Fait suffisamment rare pour le souligner, la quasi-totalité du casting principal de départ aura fait l'ensemble des saisons. Seule Fiona manque à l'appel dans cette dernière saison (et pour être parfaitement honnête, elle manque au show, celle à qui on a fourgué le fardeau de la remplacer, à savoir sa petite sœur Debbie devenue grande, n'avait clairement pas les épaules pour ça, sans vouloir la dénigrer pour autant). Tous les autres sont là. Le tout dernier épisode, à la fois drôle et triste, étrangement émouvant, intègre quelques extraits de la première saison et c'est là qu'on mesure à quel point le temps passe. Revoir les comédiens avec une douzaine d'années de moins, ça fait un choc. Et c'est là aussi qu'on réalise que les personnages de Shameless c'était un peu comme notre famille : on les côtoie depuis si longtemps et avec une telle proximité artificielle qu'on ne les a pas vus grandir pour les uns, vieillir pour les autres. C'est pourtant d'une flagrance totale pour ce qui concerne les enfants devenus adultes, mais ça l'est aussi pour les adultes qui eux ont bien vieilli. Franck et Kev en tête, ont pris de sacrés coups de vieux quand on compare la première à la dernière saison... Ça m'a fait bizarre de me dire que cette fois c'était bien terminé, et que jamais plus je ne verrai ce que deviennent ces personnages que j'ai tant aimés, qui m'ont tant fait rire depuis toutes ces années. Ce doux-dingue de Kevin Ball, cette fausse-rebelle de Debbie, ce garnement devenu flic de Carl, ce faux-dur et vrai romantique de Ian. Et mon préféré de loin et depuis toujours, celui qui a eu le plus d'armes pour s'en sortir par son sens de la débrouille et son QI de génie mais qui aura cumulé toutes les malchances et ironies du sort, l'insaisissable et éternel ballotté par la vie Lip. Cette série fait partie de mon panthéon personnel des meilleures séries de tous les temps. Par sa qualité, sa drôlerie, sa capacité à dépasser les limites sans arrêt tout en restant parfaitement cohérente, ses interprètes juste parfaits, son désir de mélanger drame urbain et comédie loufoque, et surtout, surtout, par son humanité sans faille. Du début à la fin. Alors oui, cette dernière saison m'aura un peu moins fait rire que les autres, certainement parce que je savais que c'était la dernière et que j'appréhendais un peu, certainement parce qu'ils savaient que c'était la dernière et que les auteurs comme les acteurs avaient plus la tête à la nostalgie et aux adieux qu'à la grosse déconne. Cette saison n'est pas la plus drôle de la série, c'est vrai, mais elle signe une fin marquante. Les Gallagher vont gravement me manquer.

Tous mes avis vite dits ont été initialement publiés sur mon blog : www.moleskine-et-moi.com

 

lecture 18 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur