facebook Videodrome (1982) David Cronenberg
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Videodrome (1982) David Cronenberg

Videodrome (1982) David Cronenberg

Publié le 14 nov. 2021 Mis à jour le 14 nov. 2021
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 3 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Videodrome (1982) David Cronenberg

Vous regardez trop la télévision

Tel est le message que semble vouloir nous transmettre David Cronenberg avec ce long métrage. Le cinéaste, jusque là catalogué « virtuose de la série Z » va grâce à Videodrome accéder au rang d’auteur et de réalisateur culte. Il fabrique depuis ses débuts une filmographie étrange et fascinante obsédée par les mutilations corporelles et autre malformations (Chromosome 3, Scanners, La mouche) ainsi que par la dualité ou les fantasmes sexuels divers (Faux semblants, M. Butterfly, Crash). Videodrome combine ses thèmes avec les dérives technologiques modernes, tout comme dans eXistenZ plus de dix ans plus tard. Son acteur principal, James Woods, vit alors une période fructueuse de sa carrière, puisque l'an d'après il sera à l'affiche d' Il était une fois en Amérique. Quant à Sonja Smits, on la connaît plus pour ses diverses apparitions télévisuelles.

Max Renn, un directeur de chaîne peu scrupuleux, fait son beurre sur les pulsions les plus basses des téléspectateurs : plus c’est trash, plus il aime. Même ses rendez-vous lui sont rappelés par sa secretaire par le biais de vidéocassettes. Lors d'un entretien télévisuel, il est amené à prendre position concernant l'effet potentiel de la pornographie, et il fait la connaissance de l'animatrice d'une émission de radio, Nicki Brand. Il la drague devant la caméra tandis qu'un intellectuel, Brian O'Blivion, tente de s'imposer dans la conversation. Un soir, Nicki découvre une cassette viéo pirate dans laquelle des personnes sont torturée, voire assassinées. Max est convaincu qu'il s'agit d'une fiction, tandis que Nicki se trouve excitée par ce dispositif.  Ce qui s’apparenterait apparemment à un « snuff movie », va alors obnubiler Max et Nicki, qui vont enquêter pour en connaître les tenants et les aboutissants.

Ce qui frappe tout d’abord dans Videodrome c’est l’absence d’objectivité : on est conditionné par le point de vue du narrateur pendant tout le film. On voit ce que ressent Max Renn, on suit pas à pas toute sa transformation psychique et physique. Une imagerie gore renforce le malaise du spectateur, toujours au bord de l’écœurement mais pourtant attiré inexorablement par les images. On peut d’ailleurs noter l’excellent travail de Rick baker sur les effets spéciaux, qui participent de cette étrangeté. Dans la grande tradistion de ses œuvres précédentes et à venir, David Cronenberg met ici en avant le corps et le fait intéragir de façon toute spectaculaire avec la technologie. Si l'imagerie peut sembler datée, l'aspect gore que dégagent de nombreuses séquences frappe encore et secoue le spectateur non avisé.

Cependant le film ne se contente pas de son esthétisme fantastique, il y adjoint une réflexion plus qu’intéressante. David Cronenberg s’interroge avec Videodrome, en cette période de développement du support VHS, sur notre relation à l’image. Ou plutôt à l’écran devrait-on dire. Quelle est cette fascination qu’exerce cette petite lucarne sur ses spectateurs ? Y a-t-il un danger à en abuser, des dérives à éviter ? Quid de cette frontière, cet écran derrière lequel les acteurs jouent un rôle, ou pas, et devant lequel les spectateurs sont plus ou moins passifs. Et que dire de ces réalisateurs, ces producteurs, qui attisent leur audience et poussent toujours plus loin leur imagination. Inutile de dire que, quasiment quarante ans plus tard, on est bluffé par la modernité du propos, qu'il prolongera d'ailleurs avec eXistenZ

On peut ainsi constater, non sans un certaine tristesse, que, si l'image et la musique, composée par Howard Shore, sont très marquées « années 1980 », les thèmes sont aujourd'hui toujours d’actualité. Ainsi l'irruption de plus en plus prégnantes des thématiques autour du virtuel prouvent d'autant plus que David Cronenberg était véritablement un visionnaire de l’intéractivité et de la télé réalité. Allié d’un James Woods habité par son personnage et de la toujours aussi attirante Debbie Harry (la chanteuse de Blondie : on se souvient de Call me), il nous emmène dans un voyage riche d’interprétations qu’on est pas près d’oublier. Si l'on ne cherche pas forcément à comprendre ou à rationnaliser l'ensemble du long-métrage, on peut facilement ce laisser entraîner dans cet univers fantasmé, à la fois attirant et repoussant.

lecture 3 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Le Mans 1955
Le Mans 1955

Circuit des 24 heures du Mans, 11 juin 1955, 18h28    « Je m'appelle Pierre Levegh, j'ai 49 ans je suis aux com...

Fabrice Laurendon
6 min
CDL November challenge
CDL November challenge

Coucou les belettes ! Ce mois-ci, j'ai participé au challenge de la Confrérie...

Marine Dunstetter
7 min
LE TERMINAL
LE TERMINAL

Le voilà ce matin de Juin tant attendu, le terminal est encore quasi désert. Le virus a-t-il défait tant de vocations de vo...

Fabrice Laurendon
6 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur