Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
La douleur d'un mort

La douleur d'un mort

Publié le 9 mars 2022 Mis à jour le 9 mars 2022
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 2 commentaires
lecture 29 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

La douleur d'un mort

Un soleil voilé se lève sur les plaines ardentes. La fine pluie glacée du petit matin a fini par étouffer les flammes paresseuses qui léchaient encore les vestiges de cet assaut meurtrier. Du sol meurtri, émane une délicieuse odeur de terre mouillée. Un merveilleux parfum porté par cette brise agréable. Quel contraste saisissant…

L’ennemi a frappé sauvagement aux douze coups de minuit. Sans aucune pitié, il dévasta tout sur son passage. Femmes et enfants ne furent pas épargnés. Mais pourquoi ? Pourquoi une telle violence ? Que nous voulait-il ?

Tout s’est passé si vite. Je me souviens avoir perçu des hurlements provenant des maisons voisines. Des cris effroyables et des bruits assourdissants. J’ai réveillé ma femme. Je l’ai embrassé et sommé de se cacher dans notre cave. Mais avant que je ne puisse en dissimuler l’accès, trois hommes se tenaient derrière moi. Je sens encore le sang chaud couler sur ma poitrine. Imprégner ma chemise. Je suis mort sans avoir eu la chance de me battre. Mon corps camouflant la trappe menant à ma tendre épouse. Emportant comme dernier souvenir, les grands yeux embués de ma bien-aimée.

Les premières lueurs du jour brillent sur les plaines ardentes. De notre village, il ne reste que les ruines encore fumantes de notre splendide cathédrale. Elles surplombent tristement la campagne. Celle-là même qui nous a vu grandir. Qui nous a vu mourir…

L’unique trace de notre pitoyable existence est cette scène étrange. Presque irréelle… Cette jeune femme en pleurs devant un crâne sans vie. Un spectacle émouvant et terriblement cruel. Car il suffirait d’un souffle pour qu’il ne s’évanouisse à jamais. Pour que cette merveilleuse statue de cendres ne disparaisse à jamais… Pourtant, je ne peux m’empêcher de caresser son visage délicat. D’en découvrir chaque contour. Des contours qui me sont péniblement familiers.

- Marie ? Oui… C’est bien toi. Je suis si désolé… oh ma tendre Marie… si désolé de ne pas avoir su te protéger.

Et soudain, comme si elle avait entendu mes mots, elle disparut dans un nuage étincelant. Libérée de toute douleur, elle partit rejoindre les anges, me laissant errer seul sur cette terre maudite.

Texte de L.S.Martins (30 minutes chrono). 
Image par Stefan Keller de Pixabay : Douleur Femme Pleurer - Photo gratuite sur Pixabay

D'après le texte de L.S.Martins du 12 octobre 2020 (25 minutes chrono, sans relecture).

Un soleil pâle se lève sur les plaines ardentes. Les ruines d’une cathédrale splendide surplombent tristement le funeste paysage. Une pluie glaciale a étouffé les flammes paresseuses qui léchaient les vestiges d’un assaut meurtrier. Une délicieuse odeur de terre mouillée, portée par une brise légère, s’échappait du sol meurtri par cette sombre nuit. Contraste saisissant…

L’ennemi nous avait attaqués aux douze coups de minuit, détruisant tout sur son passage. Que nous voulait-il ? Les femmes et les enfants ne furent pas épargnés. J’eus à peine le temps de cacher ma tendre épouse dans notre cave avant qu’il n’entre dans notre foyer. Je sens encore le sang chaud couler sur ma poitrine… Le regard triste de ma bien-aimée à travers les lattes du plancher.

Les premières lueurs du jour commencent à briller sur notre village. Il n’en reste rien. Le feu a consumé toute trace de notre pitoyable existence. Tout sauf cette scène étrange… ému par sa beauté. Une jeune femme en pleurs devant un crâne sans vie. Il suffirait d’un souffle, d’un effleurement, pour qu’elle ne disparaisse elle aussi à jamais. Et pourtant, je ne pus m’empêcher de caresser son visage délicat… Comme pour soulager sa détresse.

« Marie… Oui, c’est bien toi. Je suis si désolé, ma tendre Marie, de ne pas avoir su te protéger… »

Soudain, dans un nuage étincelant, elle disparut, libérée de toute douleur. Elle partit rejoindre les anges, me laissant errer seul sur ces terres maudites.

lecture 29 lectures
thumb 2 commentaires
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaires (2)

Les morts ne savent rien. 😅 C'est tellement bien raconter que ça donne l'impression d'être des faits vécus que tu rapportés. On s'accroche on lit jusqu'à la fin avant de se souvenir que un mort ne ressent plus rien, aucune douleur.
avatar

Laure Gérard 5 mois

Merci beaucoup :-)
Oui... seuls les vivants souffrent après la disparition d'un être cher.

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Vol de nuit
Vol de nuit

  La journée avait été une de celles qui devaient se faire oublier. Carmen ne supporte plus les injonctions du...

Ysa Lapiert
1 min
Rendez-vous
Rendez-vous

  Sitôt le mail reçu, Anna a ouvert le message. Elle a reconnu le style direct de la vieille femme. Son expression va d...

Ysa Lapiert
2 min
Chapitre 14. Les esprits des sommets
Chapitre 14. Les esprits des sommets

Depuis plusieurs jours Hans ne vient plus à table. Évidemment je n’ai aucun besoin de prendre de ses nouvelles. Il me suffit...

Lorenzo Soccavo
3 min
Derrière la porte - Emmanuel BOURGOIN
Derrière la porte - Emmanuel BOURGOIN

Cᴏᴜᴄᴏᴜ ʟᴇs ʟᴏᴜᴛʀᴇs 🦦 Cᴇ ʀᴏᴍᴀɴ ᴇsᴛ ғᴀɴᴛᴀsᴛɪǫᴜᴇ ! Dᴀɴs ᴛᴏᴜs ʟᴇs sᴇɴs ᴅᴜ ᴛᴇʀᴍᴇ.

Camille Cohen
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur