facebook Une histoire bien triste
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Une histoire bien triste

Une histoire bien triste

Publié le 15 juil. 2021 Mis à jour le 15 juil. 2021
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 12 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Une histoire bien triste

L’Homme s’est pris pour Dieu. Il a cru pouvoir créer impunément. Maîtriser et même contrôler ce qu’il nommait la Nature. Mais tout ceci n’était qu’hérésie. Comment aurait-il pu avoir le moindre ascendant sur elle ? Lui qui est bien incapable de la comprendre. D’en saisir toute sa beauté…

Alors, l’Homme fut chassé par sa propre création. Les espèces se sont multipliées. Elles se sont adaptées et se sont emparées de la planète. Lui, qui, jusque-là, se trouvait au sommet de la chaîne alimentaire, fut détrôné et réduit à prendre la fuite.

Peut-être pensez-vous que tout ceci n’est qu’un conte idiot pour enfants. Mais détrompez-vous ! Ce que je viens de vous confier est authentique. La stricte vérité.

Laissez-moi vous raconter toute l’histoire… Il était une fois un vieux milliardaire excentrique qui n’avait qu’une idée : redonner vie à des créatures disparues. Si l’on n’y réfléchit pas trop, cela peut sembler fabuleux. Après tout, nous sommes responsables de l’extinction de tant d’espèces. Mais, en bon excentrique, son rêve ne s’arrêtait pas là. Il voulait du grandiose. Du fantastique. De l’incroyable !

Alors, il choisit de ramener à la vie des monstres que jamais l’Homme n’avait croisé : les dinosaures. À partir de morceaux d’ADN trouvés par je ne sais quel miracle, son équipe de scientifiques ont joué aux parfaits petits chimistes en mélangeant des patrimoines génétiques de plusieurs espèces.

Ainsi, le Velociraptor n’était pas uniquement un raptor, mais un savant croisement une grenouille, un lézard, un serpent, un crocodile et un dinosaure. Ils venaient d'engendrer des monstres parfaitement capables de s’adapter aux changements climatiques comme à la nouvelle flore et faune.

Le public était conquis. Ravi, même. Bye-bye les Pokémons, les chats et les chiens. Bonjour les dinosaures de compagnie ! Ils pullulaient dans nos villes, au bout d’une laisse ou enfermés dans 15 m2.

Les plus dangereux et les plus gros, quant à eux, étaient réservés aux plus riches. Ceux avides de sensations extrêmes et de chasse. Les lions, les rhinocéros ou autres animaux sauvages n’avaient que peu d’intérêt face à un T-Rex, un Velociraptor ou un Baryonyx.

Et sans crier gare, ils échappèrent au contrôle de leurs créateurs. En quelques mois, ils avaient envahi les forêts, les campagnes et enfin les villes. Ils étaient partout. Absolument partout. Les égouts leur servaient de nid. Les toits des immeubles de perchoir… Dans un premier temps, les carnivores se contentaient des animaux errants. Mais très vite, ils se sont intéressés à un gibier beaucoup plus important : l’Homme.

Aucune de nos armes ne semblait leur faire de mal. Ils semblaient invincibles… C’est ainsi que nous avons été chassés de la Terre, il y a de cela près de cent ans. Nous avons été contraints de nous replier sur Mars, une planète hostile et déprimante. Toute cette poussière rouge… et cette chaleur. Je n’en pouvais plus.

Alors, quand les politiciens ont ordonné de constituer une équipe pour rentrer chez nous, je me suis immédiatement porté volontaire. J’avais envie de voir de mes propres yeux, ce que décrivaient les livres. J’avais envie de découvrir la Terre et ses paysages. J’avais envie de faire partie des premiers colons à reprendre notre divine planète !

30 minutes chrono, sans relecture.

Texte de L.S.Martins.

Image par ELG21 de Pixabay : Paysage Montagne Ciel - Photo gratuite sur Pixabay

 

lecture 12 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Traverser l'adolescence
Traverser l'adolescence

Lorsque l’on n’est plus un enfant On regrette le père-noël Car on comprend bien à présent

Estelle Lahoussine-Trévoux
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur