facebook La strada (1954) Federico Fellini
Congratulations! Your support has been sent to the author
La strada (1954) Federico Fellini

La strada (1954) Federico Fellini

Published Jun 8, 2021 Updated Jun 8, 2021
time 4 min

On Panodyssey, you can read up to 5 articles per month without being logged in.
Enjoy 4 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

La strada (1954) Federico Fellini

Viens voir les comédiens, les musiciens, les magiciens

Sans doute l’un des films les plus limpides de Federico Fellini, La strada lui a permis d’acquérir une notoriété internationale tout en étant sévèrement vilipendé par quelques intellectuels de son pays. Alors au début de sa carrière, Fellini ose en effet utiliser un genre très en vogue dans l’Italie d’après-guerre, à savoir le néo-réalisme, en y ajoutant une touche de poésie toute personnelle. Sans égaler les outrances d’un Huit et demi, le film n’en possède pas moins une grâce et une légèreté qui détonne avec son propos tragique. Sélectionné au Festival de Berlin, le film y décrochera le Lion d'argent, qu'il partage avec non moins que Les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa, Sur les quais d'Elia Kazan et L'Intendant Sansho de Kenji Mizoguchi. Plus tard, il obtiendra l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

La vie de Gelsomina n’est pas très marrante. Non seulement la jeune ingénue n’est pas très futée, mais en plus elle va être vendue par sa mère à un saltimbanque qui s’avère être violent et acariâtre. En effet, Zampino a besoin d'une assistante après le décès de sa collaboratrice. Promenée dans tout le pays en roulotte, elle assiste le forain dans plusieurs de ses numéros, en particulier celui où il brise les chaînes qui l'attachent, et le reste du temps elle se coltine les corvées. Un jour elle rencontre un funambule surnommé « Le fou», qui se trouve être en conflit avec Zampino. Elle pense alors avoir enfin trouvé le réconfort auprès de cet artiste de cirque qui prend la peine de s’intéresser à elle. Mais l'on se doute bien que ça va pas aussi simple que ça en a l’air.

La Gelsomina de La strada, c’est Giuletta Masina, que Federico Fellini a rencontré plus de dix ans auparavant, et avec qui il s'est marié. Avec son joli minois de petit clown  elle en rate pas une, son visage poupon et innocent traverse le film et ses mimiques exagérées nous font tour à tour sourire ou nous émeuvent. Le surnom de Charlot au féminin qu’on lui a attribué n’est pas usurpé, et ce rôle lui fera acquérir à juste titre la reconnaissance internationale. Alors qu'il tourne déjà des films depuis quasiment vingt ans, le long-métrage donnera aussi un coup d'accélérateur à la carrière d’Anthony Quinn. Dans ce rôle où il en impose carrément en gros dur à qui on la fait pas, on imagine facilement qu'il a donné un peu voire beaucoup de lui-même, et il paraît difficile de voir un autre acteur que lui incarner cet homme peu patibulaire mais presque.

Le charme de La Strada passe bien sûr par sa musique, et cela va sans dire tant elle a traversé les décennies depuis. La collaboration de Federico Fellini et du compositeur Nino Rota compte parmi les plus fructueuses du septième art et produit ici une mélodie qui fera une grande partie du succès du film et fera bien sûr le tour du monde. Il ne suffit pourtant pas de grand chose : quelques mesures nostalgiques de trompette, et l'on se replonge directement dans l'univers de ces forains au grand cœur. La fidélité de Fellini avec ses collaborateurs est d'ailleurs ici opérante dans de nombreux aspects, puisqu'on y trouve le chef opérateur Otello Martelli, ou le futur scénariste Brunello Rondi, qui travaille ici sur les décors du films. On notera aussi la collaboration de deux producteurs italiens mythiques, à savoir Carlo Ponti et Dino De Laurentiis.

Dans le fond, La strada est un film plus profond qu'il n'en a l'air, abordant des thèmes tout à fait sérieux (le rôle de la femme dans nos société, l’Italie d’après-guerre, la place de l’Homme dans l’Univers) sans pour autant s’attarder. Federico Fellini préfère s’intéresser plus particulièrement à la vie quotidienne des forains qu’il aime tant, et qu'il a si souvent mis en valeur dans ses films. Il leur rend ici un hommage tendre et juste, portant un regard sans faux-fuyants à ces artistes du quotidien qui enchantent les foules mais n’ont malheureusement pas toujours la vie dont ils avaient rêvé. Si l'on peut être déboussolé par l'apparente absence de cohérence scénaristique classique, on se laisse facilement porter par le charme envoûtant de ce long-métrage poétique et lyrique.

0
Blow to the heart
I love this article
0
Stroke of genius
Brillant
0
Give a hand
This was useful to me
0
Publicity stunt
I wish to promote it
0
Hats off
The topic was very interesting
0
Not thrilled
Doesn’t fit Panodyssey’s standards
0
0
0
0
0
0
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Culture
De fil en aiguille
De fil en aiguille

La guerre des sexes, le néoféminisme, les nouveaux papas... ô combien de simplifications pour ne pas être entiers, lib...

Eva Maria Matesanz
1 min
Ponsamaro, introduction du roman
Ponsamaro, introduction du roman

… nous sommes nus sous la couette… cette femme à la chevelure blonde ébouriffée est magnifique, je l&rsqu...

Adrien Tardif
4 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!