Congratulations! Your support has been successfully sent to the author
Mon don, ma punition

Mon don, ma punition

Published Oct 19, 2022 Updated Oct 19, 2022 Culture
time 2 min
0
Love
0
Solidarity
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 55 readss
1
reaction

On Panodyssey, you can read up to 30 publications per month without being logged in. Enjoy29 articles to discover this month.

To gain unlimited access, log in or create an account by clicking below. It's free! Log in

Mon don, ma punition

 

Mon long périple prend fin. Je sillonne le pays depuis des mois à la recherche du salut. Ce soir, je l’ai enfin trouvé. Aux portes de ce château, j’ai trouvé ma rédemption : une magnifique dame de la haute, se prénommant Jeanne, à la voix aussi belle et claire que du cristal.

Jeanne n’est autre que l’instrument du Malin, une marionnette aux mains du Démon, pour s’être donné la mort. Pour avoir voulu échapper aux mains de son époux, un homme vil et impétueux. Elle n’avait que 18 ans, pourtant le temps a laissé une empreinte profonde sur son beau visage. Comme si elle avait vécu mille vies, mais peut-être est-ce le cas. Je ne saurais dire depuis combien d’années elle erre ici-bas, incapable de rejoindre la lumière. Depuis combien d’années elle flâne dans ces rues sombres et sinistres, en quête de nouvelles proies. Car quiconque se laisse envoûter par son délicieux chant, court droit à sa perte. Sa douce mélodie n’est qu’un appât pour mieux vous conduire à votre trépas.

Mais Jeanne n’est pas la seule âme à vagabonder sur ces terres. Elles sont des centaines piégées dans cette brume froide et menaçante, toutes au service de l’Infâme. Non par choix, mais par obligation. Pour avoir été trop faible dans leur vie, pour avoir été trop lâche dans leur mort.

Il est de mon devoir de les sauver. De leur apporter le salut. Je l’ai compris à la seconde même où mes yeux se sont posés sur le visage décharné de Jeanne. C’est ma punition pour ne pas avoir su aider mes frères. Pour les avoir regardés, impuissant, se faire massacrer. Je n’ai aucune excuse. La jeunesse et la peur ne sont pas nullement prétextes à la couardise. Je le sais, à présent. Voilà pourquoi j’accepte mon pénible fardeau et que je m’en vais lutter contre le Tentateur.

 

Texte de L. S. Martins (20 minutes chrono, sans relecture). 
D'après Image par Willgard Krause de Pixabay : Fantaisie Sombre Brouillard - Photo gratuite sur Pixabay

 

lecture 55 readings
thumb 0 comment
1
reaction

Comments (0)

Are you enjoying reading on Panodyssey?
Support their independent writers!

Prolong your journey in this universe Culture
Totem
Totem

Un mot d'un dictionnaire, ma définition, vôtre sourire, ma joie. Mât sculpt&eacu...

Bernard Ducosson
1 min

donate You can support your favorite writers