Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Des hommes (Lucas Belvaux, 2020)

Des hommes (Lucas Belvaux, 2020)

Publié le 5 mars 2022 Mis à jour le 5 mars 2022
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 2 commentaires
lecture 39 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Des hommes (Lucas Belvaux, 2020)

Les films français traitant de la sale guerre d'Algérie sont plus nombreux qu'on ne le pense mais beaucoup ont traité la question de façon allusive ou indirecte (notamment dans les films de la nouvelle vague contemporains des "événements", je pense à "Le Petit soldat" (1960), "Cléo de 5 à 7" (1961), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964), "Muriel ou le temps d un retour" (1962), "Adieu Philippine" (1963). Il existe également un certain nombre de documentaires assez remarquables. En revanche les films de fiction récents sont peu nombreux ("L Ennemi intime" (2007), "Hors La Loi") (2010) et se situent à l'époque des événements. Bien peu à ma connaissance évoquent les conséquences à long terme de cette guerre qui n'a pas voulu dire son nom jusqu'en 1999 alors qu'elle pèse de tout son poids sur notre société post-coloniale qui fait cohabiter soixante ans après d'anciens appelés, pieds-noirs, harkis, indépendantistes et toute leur descendance (thème qui imprègne par exemple "Parlez-moi de la pluie") (2007). C'est donc tout l'intérêt de "Des hommes", l'adaptation cinématographique du roman de Laurent Mauvignier que de faire des allers-retours spatio-temporels et d'offrir une pluralité de points de vue pour montrer comment un passé non digéré continue à faire des ravages dans le présent. Malheureusement, Lucas BELVAUX n'est pas Alain RESNAIS. Ce dernier pouvait manier des dispositifs narratifs aussi complexes que celui de "Hiroshima mon amour" (1958) qui m'a fait penser à "Des hommes". Mais Lucas Belvaux ne maîtrise pas aussi bien la polyphonie et le patchwork. En résulte un film assez confus dont les pièces et les morceaux ne s'ajustent pas bien. Si le début est assez saisissant avec la métaphore du monstre (incarné par le Gargantua Gérard DEPARDIEU) qui incarne toute la mauvaise conscience "d'un village français", la suite est nettement plus laborieuse avec des personnages d'appelés que l'on a du mal à distinguer les uns des autres, des destins trop vite laissés de côté et un Jean-Pierre DARROUSSIN plus ectoplasmique que véritablement douloureux tout comme sa cousine Solange (Catherine FROT). Le film ne tranche pas assez dans le vif. Il aurait gagné à se concentrer davantage sur l'histoire familiale de Bernard et à développer le présent tant l'écart de talent est grand entre les acteurs expérimentés nommés ci-dessus et leurs avatars censés les incarner jeunes.

lecture 39 lectures
thumb 2 commentaires
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaires (2)

j'entends de l'écho...des échos pour être plus précise.

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
24.2 – Petit gibier des mythes... 
24.2 – Petit gibier des mythes... 

Nous sommes Ulysse. Nous sommes Don Quichotte. Nous sommes Jean Valjean.Nous nous racontons des histoires au-delà des histoires &ea...

Lorenzo Soccavo
2 min
Les gourous du pouce
Les gourous du pouce

Cette société est bancale tout comme ce poème. Lorsque je l’ai publié dans cette construction il a enthous...

Jean-Christophe Mojard
1 min
3, 6, 9…
3, 6, 9…

Mon téléphone portable coula comme une masse dans l’eau trouble du canal, il n’y eu même pas un glouglou ou un r...

Hervé Fuchs
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur