facebook Louise en hiver (Jean-François Laguionie, 2016)
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Louise en hiver (Jean-François Laguionie, 2016)

Louise en hiver (Jean-François Laguionie, 2016)

Publié le 4 mars 2021 Mis à jour le 4 mars 2021
time 4 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Louise en hiver (Jean-François Laguionie, 2016)

Parce que je suis une fervente admiratrice et défenseure du (bon) cinéma d'animation que je considère comme une branche du cinéma égale aux autres et non comme un genre à part et "inférieur", je ne peux que souscrire aux propos de Jean-Michel Frodon dans le magazine en ligne Slate. Dans l'article consacré à "Louise en hiver" du 24 novembre 2016 où il avoue pourtant son peu d'inclination pour le cinéma d'animation, il ajoute " Sans esbroufe 3D ni gadgets , avec de l’aquarelle, des crayons de couleurs et de la gouache — et un admirable travail sur les sons, Louise en hiver est pourtant bien un film de cinéma. Puisque cela arrive aussi parfois en animation, disons sans remonter jusqu’à MacLaren ou Trnka, avec Miyazaki et Norstein, ou sur la planète Wall-E, chaque fois grâce à des procédures différentes."

Jean-François LAGUIONIE est en effet un prince du cinéma d'animation formé à l'école de Paul GRIMAULT (qui a produit ses premiers courts-métrages). Il réalise des films depuis plus de 50 ans (dont cinq longs-métrages à ce jour) mais ceux-ci ne sont pas commerciaux et ne sont pas destinés aux enfants (donc très peu distribués ce qui signifie très peu visibles). Voilà sans doute la raison pour laquelle il est méconnu du grand public, y compris dans son pays, la France.

Bien que se situant dans un cadre réaliste, l'histoire de "Louise en hiver" est surtout onirique et métaphorique. Louise qui possède une maison de vacances quelque part dans une station balnéaire normande se tient à l'écart des vacanciers qui s'y trouvent. Elle est tellement déphasée qu'elle rate même le dernier train de la saison et se retrouve isolée dans la station comme si elle était sur une île déserte. Celle-ci n'est plus qu'une ville abandonnée, une ville fantôme. Les horloges se sont arrêtées et les saisons également car Louise qui s'est installée dans une cabane au bord de la plage et se douche en plein air ne semble pas souffrir du froid ni des intempéries (quasi inexistantes, le temps est presque toujours au beau fixe). Son changement d'habitat est logique car puisqu'elle a été exclue de la communauté des hommes, elle se rapproche des autres formes de vie qui s'épanouissent quand les humains s'en vont (plantes, oiseaux, crabes etc.) A la manière de Robinson, elle survit en autarcie, se parle à elle-même et prend un confident en la "personne" de Pépère, un vieux chien. Ses souvenirs lui tiennent également compagnie et on découvre qu'elle a une longue expérience de la solitude puisque son principal confident pendant la guerre était un squelette de parachutiste américain qu'elle animait par la seule puissance de son imagination (ce qui est l'essence de l'animation, donner une anima à ce qui n'en a pas). Louise se demande ce qu'elle a bien pu faire pour être ainsi mise au ban de la société et considérée comme un déchet à l'image de la décharge sauvage ou elle passe une partie de son temps.

A cette question, le film apporte deux réponses, toutes en douceur, délicatesse et subtilité comme ses teintes pastel. La première est liée à l'âge. Louise est une vieille dame et le film fait ressentir ce que cela représente. A ce titre, il m'a fait penser à "Le Château ambulant" (2005) qui explore également les sensations et émotions d'une personne âgée (même si son grand âge est dû à un mauvais sort). Jean-François LAGUIONIE et Hayao MIYAZAKI savent de quoi ils parlent, tous deux ayant atteint un âge vénérable et on peut également les rapprocher (comme le font les Inrocks) par leur perfectionnisme artisanal et leur virtuosité technique qui leur a permis à tous deux de percer le secret du mouvement humain. Mais dans ses souvenirs, Louise était déjà une enfant sauvage, solitaire et désaffiliée. Elle vivait pendant la guerre avec sa grand-mère et a refusé de retourner chez sa mère lorsque celle-ci a cherché à la reprendre. On remarque aussi l'absence du père, l'homme se tenant derrière la mère n'étant qu'une ombre (un inconnu ou bien un disparu). Louise semble par ailleurs avoir vécu à côté de sa vie, n'ayant tissé de liens affectifs ni avec ses maris, ni avec ses enfants et petits-enfants. Son isolement symbolise aussi son désert affectif. Mais Louise est aussi un personnage sensuel, qui aime jouer avec la vie et la mort certes mais aussi lorsqu'elle était jeune, avec les garçons. Agée, elle sait apprécier les petits bonheurs simples de la vie et son aventure lui redonne même une santé qu'elle croyait disparue. Car le revers de la solitude, c'est la liberté.

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Gilda (1946) Charles Vidor
Gilda (1946) Charles Vidor

Don’t put the blame on her Quand en 1945 Rita Hayworth se voit proposer le rôle principal de Gilda

Jean-Philippe Rathle
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur