facebook Dans un jardin qu'on dirait éternel (Nichinichi Kore Kôjitsu, Tatsushi Omori, 2018)
Dans un jardin qu'on dirait éternel (Nichinichi Kore Kôjitsu, Tatsushi Omori, 2018)

Dans un jardin qu'on dirait éternel (Nichinichi Kore Kôjitsu, Tatsushi Omori, 2018)

CREATIVE ROOM

Cinépassion

Dans un jardin qu'on dirait éternel (Nichinichi Kore Kôjitsu, Tatsushi Omori, 2018)

Collaborate

"Dans un jardin qu'on dirait éternel" qui se déroule sur plus d'une trentaine d'années cite trois fois "La Strada" (1954) de Federico FELLINI, l'héroïne ayant à chaque fois une vision différente du film en fonction de son âge et de son expérience. Cette comparaison est intéressante parce que "La Strada" épouse une temporalité linéaire, celle du road movie alors que "Dans un jardin qu'on dirait éternel" évoque le temps cyclique, celui des rituels toujours recommencés dans lequel se trouve le secret du bonheur. Pourtant "La Strada" et "Dans un jardin qu'on dirait éternel" racontent deux itinéraires plus spirituels que temporels au bout desquels les personnages finissent par être "touchés par la grâce" et sortir de leur condition humaine pour accéder à une dimension supérieure. Si "Dans un jardin qu'on dirait éternel" est loin d'atteindre la puissance du film de Federico FELLINI, il s'avère être d'une superbe délicatesse, une ode à la joie de goûter l'instant présent où tous les sens sont convoqués (le goût du thé et des pâtisseries, leur présentation raffinée qui est un régal pour les yeux, l'ouïe qui s'affûte au fur et à mesure que la maîtrise du rituel de la cérémonie du thé grandit ou encore la précision millimétrée de chaque geste) procédant à un élargissement des perceptions que nous avons du monde. "Dans un jardin qu'on dirait éternel" est une expérience cinématographique de méditation en pleine conscience. Dommage que l'arrière-plan narratif soit un peu faible, les héroïnes étant esquissées trop schématiquement ou trop allusivement pour susciter un véritable intérêt. La critique sous-jacente du patriarcat japonais est donc assez convenue et décevante. En revanche elles bénéficient d'une enseignante de premier ordre, le professeur Tadeka étant joué par la magnifique Kirin KIKI dont ce fût le dernier rôle avant son décès en 2018. Pour les cinéphiles français amoureux du Japon dont je fais partie, Kirin Kiki est indissociable de Hirokazu KORE-EDA, notamment de sa palme d'or "Une Affaire de famille" (2018) et de Naomi KAWASE dans "Les Délices de Tokyo" (2015) où elle interprète l'inoubliable Tokue, une philosophe culinaire assez proche de son rôle dans le film de Tatsushi OMORI.

0
Blow to the heart
I love this article
0
Stroke of genius
Brillant
0
Give a hand
This was useful to me
0
Publicity stunt
I wish to promote it
1
Hats off
The topic was very interesting
0
Not thrilled
Doesn’t fit Panodyssey’s standards
0
0
0
0
1
0
Share the article
copylink copylink
Collaborate
Extending the travel in the universe Culture
Petit Papa Noël
Petit Papa Noël

PETIT PAPA NOEL QUAND TU DESCENDRAS DU CIEL MERCI D'APPORTER MES CADEAUX DES CHAUSSONS DE LEVITATION POUR LE...

Dominique De Santis
1 min
Société (2)
Société (2)

Lundi : Dans la société, on distingue les cols bleus (ouvriers), les cols blancs (dirigeants) et les c...

Thibaud Surini
1 min
11
11

Vous aterrissez deva...

Valentine Simon
1 min
10
10

À peine entrée dans la boite qu'une...

Valentine Simon
1 min