facebook Soupe au canard (Duck Soup, Leo McCarey, 1933)
Congratulations! Your support has been sent to the author
Soupe au canard (Duck Soup, Leo McCarey, 1933)

Soupe au canard (Duck Soup, Leo McCarey, 1933)

CREATIVE ROOM

Cinépassion

Soupe au canard (Duck Soup, Leo McCarey, 1933)

S'il ne fallait garder qu'un seul film des Marx, ce serait celui-là. Cinquième et dernière collaboration des frères avec la Paramount, La Soupe au canard bénéficie d'un réalisateur de premier choix en la personne de Leo McCAREY. Certes, celui-ci n'était pas enthousiaste à l'idée de diriger des acteurs notoirement ingérables sur le plateau (à l'image de leurs rôles) mais le résultat est tout simplement ébouriffant, un feu d'artifices de gags, un festivals de scènes plus cultes les unes que les autres.

Comme Plumes de Cheval, Soupe au canard tourne en dérision une institution qui est l'Etat. Il se moque entre autre des gouvernements, des ambassades, des protocoles, des patriotismes, de l'espionnage, de l'armée et de la guerre (scène tordante où Groucho arbore toutes les 3 secondes un "look" militaire différent de l'uniforme des gardes britanniques à celui de la première guerre mondiale en passant par ceux de la guerre de Sécession), du code Hays (la scène où Harpo monte chez une femme mais dort avec son cheval est un clin d'oeil au fait qu'il était interdit de montrer un homme et une femme dans un même lit.) On le compare aujourd'hui au Dictateur et à Docteur Folamour à la différence près que Soupe au canard ne se présente que comme une grosse farce destinée à faire rire. Un rire d'autant plus nécessaire qu'Hitler venait de prendre le pouvoir et que pendant le tournage les frères l'entendaient entre deux prises vociférer à la radio.

On retrouve également toutes les formes de comique propres aux Marx issues des précédents films mais à la puissance 10. L'intensité des gags et le rythme effréné des scènes dans le film donne le tournis. C'est une tornade de jeux de mots et de calembours. Exemple: "Taxes/Texas" et "Dollars/Dallas", "Mice-Maestro" (traduit en français par le piètre "Rats-Opéra") "Vous êtes perdus! Comment être perdu si on me trouve?" Sans parler des mots à double sens comme "record" le dossier qui devient chez Harpo le disque 33 tours aussitôt transformé en disque de ball-trap. L'absurde et le surréalisme y atteignent leur apogée avec par exemple un chien qui surgit du tatouage de la poitrine de Harpo, le side-car qui démarre sans son passager, des phrases nonsensiques comme "Vous nous avez dit de suivre cet homme. On s'est aussitôt mis au travail et à peine une heure après, on l'avait perdu de vue." Ou encore la célébrissime scène du miroir entre Groucho, Harpo puis Chico (ces deux derniers déguisés en Groucho) qui est aussi une mise en abyme de la notion de gémellité fraternelle. Leur ressemblance est stupéfiante et donne lieu également à une savoureuse scène de vaudeville où chacun prend la place de l'autre au nez et à la barbe de l'inénarrable Margaret Dumont dont le comique (involontaire) fait merveille une fois de plus. Dans la vraie vie, Chico empruntait souvent l'identité de Harpo pour échapper aux embrouilles* dans lesquelles il se fourrait et les gens n'y voyaient que du feu!

Une scène entière du film est visible dans le film de Woody ALLEN, Hannah et ses soeurs car Groucho est l'une des références majeures de ce réalisateur (avec Bergman, Fellini, Tchékov, Dostoïevski...)

* Il devait son surnom à son addiction aux "poulettes" (chicks en VO) qu'il passait son temps à pourchasser (il aurait pu également s'appeler le "womanizer"). Il avait également une passion tellement maladive pour le jeu que sans ses frères (qui touchaient ses cachets à sa place) il aurait fini sa vie dans la misère.

0
Blow to the heart
I love this article
0
Stroke of genius
Brillant
0
Give a hand
This was useful to me
0
Publicity stunt
I wish to promote it
0
Hats off
The topic was very interesting
0
Not thrilled
Doesn’t fit Panodyssey’s standards
0
0
0
0
0
0
Share the article
copylink copylink
Collaborate
Extending the travel in the universe Culture
La porte du pénitencier !
La porte du pénitencier !

Le titre n'est pas totalement approprié à mon anecdote mais je souhaitais, en le choisissant vous offrir chers lecteurs, un instan...

Alain Zimmermann
4 min
Le sésame vers la liberté !
Le sésame vers la liberté !

Le 6 Septembre 1983 est une date aussi importante pour moi que le 12 juillet 1998. Pour la seconde date, tout le monde l'a reconnue, allez un pe...

Alain Zimmermann
4 min
Une matinée à la brigade...
Une matinée à la brigade...

Ce matin-là, je suis à l'intérieur d'une remorque pour effectuer le contrôle d'un véhicule de livraison. Le co...

Alain Zimmermann
5 min
Une simple formalité !
Une simple formalité !

L'histoire que je vais vous conter, maintenant, est une véritable tranche de vie vécue en commun avec un ancien collèg...

Alain Zimmermann
5 min
On a eu presque chaud !
On a eu presque chaud !

Voici mes chers lecteurs, le contexte d'un incident bien particulier. A l’entrée d'un village situé dans le Sud-Est d...

Alain Zimmermann
4 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!