facebook Sur la route de Madison (The Bridges of Madison County, Clint Eastwood, 1995)
Congratulations! Your support has been sent to the author
Sur la route de Madison (The Bridges of Madison County, Clint Eastwood, 1995)

Sur la route de Madison (The Bridges of Madison County, Clint Eastwood, 1995)

Published Aug 4, 2020 Updated Aug 4, 2020
time 2 min
1
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 76 lectures
1 reaction

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Sur la route de Madison (The Bridges of Madison County, Clint Eastwood, 1995)

"Sur la route de Madison" est un film d'interstices. Ceux par lesquels Francesca (Meryl STREEP) observe Robert Kincaid (Clint EASTWOOD) lorsqu'elle l'accompagne sur le pont couvert de Roseman qu'il s'apprête à photographier. L'histoire non conventionnelle de Francesca et de Robert, deux amants d'âge mûr, est elle-même un interstice entre les fondations de l'Amérique profonde WASP, blanche et puritaine des années 60 dont le film est une subtile critique. L'espace de 4 jours, Francesca entrevoit un autre possible à travers sa morne vie de desperate housewife de l'Iowa. Son american Dream s'est mué en désillusion, celle d'une vie sans perspectives autre que celle de la dissolution de son individualité dans le devoir conjugal et familial. Une vie cloîtrée passée à servir mari et enfants pour lesquels la mère se confond avec les murs de la maison. Une vie à rêver d'un ailleurs impossible, incarné par le voyageur et observateur infatigable et bienveillant du monde qu'est Robert Kincaid et à travers lui Clint EASTWOOD. Car le film est aussi une brèche dans son intimité. A des années lumières de son image masculiniste, on découvre l'homme libre, ouvert d'esprit, contemplatif, sensuel bref féminin. Cette part de féminité jusque là enfouie s'incarne aussi bien dans la manière de magnifier les paysages filmés en lumière naturelle que dans le surgissement de la musique noire alors même que la ségrégation était toujours en vigueur. Et enfin dans le personnage de Francesca qui incarne à lui seul l'amour que Clint EASTWOOD porte aux femmes. Ronde et sensuelle jusqu'au bout des ongles, Francesca est indissociable de la nature (lumière, vent, eau) dont elle est habituellement coupée. Cet instant de grâce durant lequel elle retrouve sa puissance perdue à un parfum d'éternité. Le fait qu'elle y renonce pour retourner à son esclavage est symbolique des tares de l'american way of life alors que Clint EASTWOOD incarne l'artiste marginal qui l'a révélée à elle-même. Révélation qu'elle lègue à sa mort à ses enfants, deux quadragénaires dévitalisés, en espérant sans doute quelque peu faire changer les choses alors que le passage du temps n'entraîne que la reproduction du même triste modèle.

lecture 76 lectures
thumb 0 comment
1 reaction
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Culture
Chapitre 1 - Mysteriouswood
Chapitre 1 - Mysteriouswood

Je cours ! Du moins j’aimerais courir, courir à perdre haleine ! Mais mes pas sont lents, difficiles et l’ai...

Estelle Lahoussine-Trévoux
12 min
Aimer Marie
Aimer Marie

Poème avec exercice de style ; la rime de chaque vers hexasyllabique* est l'anagramme du vers suivant   ...

Bernard Ducosson
1 min
L’ETERNITE
L’ETERNITE

Si j’y crois, C’est une place de choix Auprès de celui qui a vaincu la Croix.   L’acqu...

Marjolaine Talitha
1 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!