Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Petits Papiers Volants : Journal D'écriture 2003-2018 - vendredi 6 avril 2018

Petits Papiers Volants : Journal D'écriture 2003-2018 - vendredi 6 avril 2018

Publié le 11 mai 2020 Mis à jour le 11 mai 2020 Culture
time 1 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 81 lectures
0
réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Petits Papiers Volants : Journal D'écriture 2003-2018 - vendredi 6 avril 2018

Vendredi 6 avril 2018

 

L'ombre de son corps nu se projetait délicatement sur le mur pâle.

Dans le vide de la chambre où il demeurait encore, le parfum doux et sucré de sa peau avait laissé une aréole sombre sur l'oreiller blanc qu'il étreignait délicatement.

C'était là le seul témoignage de son existence...

Une présence concrète et solide, vraiment tangible, de la réalité de leur rencontre.

Autrement, tout cela n'aurait pu être qu'un songe. Un rêve creux et immatériel.

 

***

 

Une mèche fine et douce affleurait sur sa joue

Comme une couverture elle recouvrait

Le bord de ses lèvres.

 

***

 

Tendre et sensuelle

L'image demeurait dans son esprit

Souvenir si vif.

 

***

 

Juste une parcelle...

Une borne où le chemin de son désir indiquerait le nord...

Seule voie à emprunter encore et encore.

 

 

Caresser la feuille

Tendre la paume de la main.

Effleurer les bords.

Rassembler les traits

Puis les emmêler encore.

Attendre un moment que l'instant fragile

Devienne vraiment palpable.

 

***

 

Une projection

Où les visages s'illuminent soudainement sur la toile blanche.

 

***

 

En son creux

Se révèle le sommet

Comme un promontoire

Abrupt où se découvrirait

L'assise de son corps.

 

***

 

Un pas après l'autre

Où s'emporte le corps...

Souplesse de la démarche

Puis un ralenti...

Elle déroule son avancée sur le tapis sombre.

Elle se retourne...

Assouplie ses membres

Se décontracte membre après membre

Puis le visage qui était demeuré dans l'ombre se présente face au projecteur brutal.

Elle s'est transformée

Et du sommet du sourcil

Jusqu'au bord de la lèvre

Un autre masque se découvre.

lecture 81 lectures
thumb 0 commentaire
0
réaction

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Coco
Coco

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai d&ea...

Valentine Simon
1 min
COME IN ! 
COME IN ! 

  Light each day enters, and political stage is coming to be clearer : no Deep State, a fantasy

Cecile Voisset
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur