Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Petits papiers volants - Mardi 29 mai 2018

Petits papiers volants - Mardi 29 mai 2018

Publié le 30 juil. 2020 Mis à jour le 30 juil. 2020
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 17 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Petits papiers volants - Mardi 29 mai 2018

Du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 je me suis mis à écrire -l'envie d'écrire sur ce thème m'étant venue au fil de l'écriture - un texte sur le théâtre que j'ai nommé à son issue LES TRETEAUX ROUGES.

Pour le lire en son entier retouché sans le découpage par journée cela se passe

ici 1ère partie  

ici 2ème partie

ici 3ème partie

ici 4ème partie

ici 5ème partie

ici 6ème partie

ici 7ème partie le final

Mardi 29 Mai 2018

 

Toute la troupe

Est présente

Aucun ne manque

À l'appel

L'élan pourtant

En ce gouffre vorace

N'est pas annoncé.

 

Un noir brutal seulement

Où aucun faisceau

Aucun halo

Aucun pinceau

De lumière

Qu'elle soit

Bleue Orange Verte ou Blanche

                Eclatante ou tamisée

Qu'elle forme de grands cercles

                Pâles

Ou aveuglants

Que ce soient des traits fugitifs

Ou des phares éblouissants

Aucun signe

Ne vient troubler

La scène à venir.

 

Et le noir spacieux

S'impatiente

La caverne qu'il abrite

En son sein

Paraît prêt à accueillir

Tous ces corps

Qui se bousculent

Chacun s'effleurant

Afin de se rassurer

Quant à leur présence

Effective

 

Les peaux

Certaines nues

Par endroit

Sont parcourues

De frémissement

Les poils hérissés

Comme un signal

De la passion à venir

 

Peut-être

Un déchirement

Où chaque être

Ici présent

Avec le jeu

Furieux à venir

 

Déroulera ses cris

Ses murmures

Leur enchantement

Face à ce mur

Invisible

Mais toujours aussi prégnant.

 

Les voici tous englués

En cette toile d'araignée

Filets blanchâtres

                Mais si fins

Collants et gluants

Où leurs membres retenus

                Pourraient se disloquer

                Se déformer

Où Mains Epaules Poitrines

Par des gestes magiques

Parviendraient à inventer

Leur histoire à venir.

 

Emmêlés

Fondus

Comme en fusion

Les corps en transe

Collés les uns aux autres

Forment un amalgame

Blanc et noir

Où certains éclats

Paraissent plus lumineux

                Que d'autres.

 

Comme si le soleil

Réchauffait

Un sol encore froid

Les projecteurs alentour

Diffusent leur chaleur

                Douce.

 

Un dédoublement

Coupée en deux

Une tranche et une autre

De la lèvre au menton

Et du nez au front.

Elle se démarque de la masse.

D'elle émane

Quelque chose déjà

Bien plus subtil

Propre à étonner

La voix posée

Couplée au corps arc-bouté

Qui la soutient

                Et la maintient

Juste sur la ligne

De démarcation

Tracée à la craie blanche

Sur une planche entrebâillée.

 

Elle est de guingois

La colonne vertébrale

Se dessinant

Derrière le tissu transparent

Forme un axe exact

Où les deux omoplates

Sont pareilles à des galets plats.

 

Projetée

                En

                Avant

Une autre

Silhouette

S'avance.

 

Le trait

De liaison

Les a réunis.

 

Un rond bleuté

Au-dessus

Eclaire leurs paupières

Esquissant avec leur pinceau

Doux leurs lèvres séparées

 

Le vocable à venir

Récite déjà la leçon

                Apprise par cœur

Le jeu se profile

Leurs regards troubles

Incapables

Pour l'heure

Ne peuvent encore se fixer

Sur un point ou un autre.

 

Les lointains qu'ils observent

N'ont pas de contours nets.

 

lecture 17 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
La poudre des ans
La poudre des ans

                                        &nb...

Juste Alain Abanda
2 min
La contrée oubliée
La contrée oubliée

Il était une fois dans un pays nordique où la neige était eternelle vivait un homme et sa femme dans une magnifique demeure...

Arthur Mede
17 min
The End
The End

Titre original : Fin

Stéphane Hoegel
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur