Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Petit papier volants - Mardi 22 mai 2020

Petit papier volants - Mardi 22 mai 2020

Publié le 14 juil. 2020 Mis à jour le 14 juil. 2020
time 8 min
3
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 35 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Petit papier volants - Mardi 22 mai 2020

Mardi 22 mai 2018

 

Une ligne

Si fine

Si discrète

Qu'elle demeurait

Aux yeux de tous

Encore imperceptible.

 

***

 

Les murs nus

Aux éclats mordorés

Tant d'empreintes

Sous les couleurs

Certaines effacées

D'autres estompées

Avec des teintes pâles

Ou cernées par l'ombre

S'abattent sur les pierres.

 

***

 

Semblable

À une feuille

Par le vent

                Soulevée

Sa chevelure

                Avec

                Une mèche

                En accroche-cœur

                Mutine et complice...

Au reflet

Teinté de paille

                Se tordait.

 

Quelques cheveux

Juste sur le

                Coin

                De l'œil

Se collaient

Entremêlés

À la sueur fine

Qui débordait

Le long

Tout le long

Parmi les creux

Et les fossettes

Sur le pommelé

D'une joue

L'arrondi

Du menton

Et puis

Qui se perdaient

Sous la courbe

De son cou.

 

 

Une autre ligne

A suivre parmi

Le tracé et les creux

Sinueuse et pourtant

                Droite

Selon la position

                Du corps

                Selon l'angle

La posture adoptée

L'assise

Ou la cambrure

Cette colonne

Essentielle

Rassemblant

Les vertèbres

Du haut de la nuque

Jusqu'aux hanches

Se rejoignant alors

En un seul sillon

Celui-là

Dissimulé

Abrité

Sous les ombres

Et la moiteur.

 

***

 

À l'abri

Sous une tonnelle

Contemplant

Les quelques gouttes

                               De pluie

Qui s'écrasent

                Sur le rebord

                De la fenêtre

Ouverte

                Devant elle

Les jambes suspendues

Juste                     un instant

Comme à un fil

                Invisible.

 

Elle ordonne

Pour son théâtre intime

                Une scène étrange

Où elle serait à la fois

Dans cette pantomime créée

Marionnettiste et pantin.

 

 

Entièrement délacée

Les pieds

Soulagés des chaussures

                En socquettes blanches

Les jambes démesurément

                Longues

Abritées sous la table

Et se cognant contre le bois

                Dur...

 

L'on percevait

Dans tout son être

Une concentration ténue

Le regard souligné

Par son mascara sombre

Demeurait fixe

Seuls les cils

Frémissaient

Lorsque ses paupières

Une seconde à peine

S'ouvraient

Puis se refermaient.

 

***

 

Ça tambourine

                De tous les côtés

Des timbales

                Sonores

Qui tonnent

Et les zébrures vives

Apparaissent

Les roulements

S'amplifient

Les grondements

                S'élèvent

Et les éclairs

                S'emmêlent

Dans tous les sens.

 

Les gouttes alors s'abattent

                                               L'averse

                                               Dehors

                                               Devient

                                               Brutale.

 

Et tous les corps

Aux alentours                   Se font tremper

                De la tête

                Aux pieds.

 

 

Le chemin

Qu'elle avait tracé

S'est soudainement

                Délayé

                Des bavures

                Blanches

                Ont débordées.

                Les contours

                Sur les bords

Des ombres

                Se sont

                Délavés...

 

Mêlés

 

À la terre

                               Sombre

                Et aux grains de sable

                               Dur.

 

***

 

La goutte

                Qui perle

Une petite bulle

À peine ronde

                Qui s'affale

Tout d'un coup

Sur son cou

                Nu.

 

***

 

 

Les mains libres

Telles des ailes

Aux empennages frêles

Posées de chaque côté

                Sur les courbes

                               De ses hanches

Le menton relevé

                               Et fier.

 

Le regard agile

                               Qui pointe

Et puis

                               Qui le cerne

                               Fixé

                               Maintenant

                               Sur le lobe

                               De l'oreille

Qu'il observe

                              

                               Et

                                              

                               Qu'il désirerait

                               Délicatement

                                               Goûter

Afin d'en éprouver

                               Toute son élasticité.

 

***

 

Une

Légère

                Très

                Légère

                Brisure

 

À peine

                Une faille

 

 

Une toute

                Toute petite

 

Anfractuosité

 

                Par

                Où

S'introduire

Ou s'engouffrer

 

                Pour

                Tester

Cette tendre

Et timide

                Goutte

                De

                Pluie.

 

***

 

Comme

Un coquillage

La conque

                De son

                Oreille

                S'entrouvre.

lecture 35 lectures
thumb 0 commentaire
3 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Chapitre 17. Le temps file... 
Chapitre 17. Le temps file... 

Ma solitude est grande. Finalement la solitude occupe l’espace, puis tout l’espace, n’y laissant plus guère de place po...

Lorenzo Soccavo
4 min
Demain
Demain

  Un jour, j’irai...

Laure Gérard
1 min
"Piciul": la Napoli degli esclusi
"Piciul": la Napoli degli esclusi

Si lascia di seguito il link alla recensione di Maurizio Nappa al romanzo "Piciul" di Marco Peluso. "Piciul" narra le vicende controverse...

Lisa Marra
1 min
Press Release - Panodyssey
Press Release - Panodyssey

Panodyssey dà il via al suo tour europeo che mette la creatività al centro della cultura Le prime tappe del tour vedr...

Ceipes
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur