Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Petits papier volants - mercredi 30 mai 2018

Petits papier volants - mercredi 30 mai 2018

Publié le 3 août 2020 Mis à jour le 3 août 2020
time 3 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 17 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Petits papier volants - mercredi 30 mai 2018

Du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 je me suis mis à écrire -l'envie d'écrire sur ce thème m'étant venue au fil de l'écriture - un texte sur le théâtre que j'ai nommé à son issue LES TRETEAUX ROUGES.

Pour le lire en son entier retouché sans le découpage par journée cela se passe

Ici 1ère partie

Ici 2ème partie

Ici 3ème partie

Ici 4ème partie

Ici 5ème partie

Ici 6ème partie

Ici 7ème partie le final

Mercredi 30 mai 2018

 

Comédie de la passion

Ici où le désir déchire

Chaque être ou personnage

Tous ceux-là qui auront

Endossé un rôle

Prêts à se jeter

Sans autre considération

En cet espace

Qui pourrait bien

                Les dévorer.

 

Les masques sont à posséder

Sur les visages

Des rictus apparaissent

Qui les dévisagent

Et qui leur procurent

Des teintes particulières.

 

L'affrontement

                Reste à venir.

 

Déjetée

                Décentrée

                               Retirée

                                               De son orbite

 

Empilement

Où les formes

Se trouvent

                Confondues

Ceux-là interprètent

Une étreinte incroyable

Où les mains

Comme les pieds

Se délacent

Et où leurs jambes

                S'entremêlent

Dessinant

En cercles concentriques

Qui se raccrochent

                Peu à peu

                Une danse

                Où chaque corps

                Exulte.

Perdu dans son sillage

Celui-ci ne peut exister

Qu'en relation rapprochée

                Lorsque son pas

L'entraîne à sa suite.

 

Les voix aussi

Doivent s'enlacer

Chaque mot prononcé

Étant en soi

                Un signal

Des futurs affrontements.

 

Le discours

                S'est étiolé

Il s'est rapiécé

Pareil à un morceau

                De tissu élimé

 

Ceux qui jouent

                               Les amants de fortune

Ont revêtu

                Une parure

Plus appropriée

 

C'est une mise en scène

Où la sauvagerie

Est de mise

Et ils osent

Énoncer

Les mots de la cruauté

Qui restent à tisser

                Tout autour

Tel un filet protecteur

 

L'intensité est de mise

Une certaine finalité

Pourrait s'exclamer

En leurs pupilles

                Brillante

Des larmes

Pareilles à des lames

Deviennent des armes

Et non plus des plaintes.

 

Les soupirs

Se transforment en cris

Expulsés avec rudesse.

 

 

Ce sont

Des déviants

                Des

Mutants

Qui sur leur

Chair supportent

Toutes

Les cicatrices

À venir.

Comme dans un espace clos

Ou une prison

De verre

Chacun se retrouve

Enfermé

Derrière des plaques

                Transparentes.

lecture 17 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
La poudre des ans
La poudre des ans

                                        &nb...

Juste Alain Abanda
2 min
La contrée oubliée
La contrée oubliée

Il était une fois dans un pays nordique où la neige était eternelle vivait un homme et sa femme dans une magnifique demeure...

Arthur Mede
17 min
The End
The End

Titre original : Fin

Stéphane Hoegel
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur