facebook Drôle de drame
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Drôle de drame

Drôle de drame

Publié le 30 juin 2021 Mis à jour le 30 juin 2021
time 3 min
2
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 28 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Drôle de drame

Véronique Rivière, Capitaine (Véronique Rivière), Polydor, 1989.

Véronique Rivière, Capitaine

 

Ce qui est rare...

 

Chanteuse au phrasé gracieux qui a fait toute sa carrière à l’écart du clinquant et du bruit, Véronique Rivière a publié six albums entre 1987 et 2011. Dès la fin des années 80, elle se fait remarquer avec des chansons d’amour mélancoliques, telles Absence ou Capitaine, qui reste son plus grand succès.

 

Sur les deux faces de ce 45 tours, il y a deux chansons en forme d’exercice de style, construites sur le même modèle, déclinant le motif de l’alcool d’un côté et de la drogue de l’autre (mais où sont le sexe et le rock’n’roll?), jouant sur le double sens, le propre et le figuré.

 

Loch Lomond 

(Face A : Capitaine)

 

Les amateurs d’onomatopées et de phylactères auront sans doute reconnu la marque de whisky préférée d’un capitaine au long cours et au patronyme de poisson. Véronique Rivière parle d’alcool dans cette chanson. Elle y fait défiler le même champ lexical, opposant « marin d’eau douce » et « vieux loup de mer », l’alcoolique et le sobre.

 

« Tu nages entre deux vins

Je me noie dans un verre d’eau

Et j’ai pas le pied marin

Dans les bars à matelots »

 

L’appellation « entre-deux-mers » détournée, devenant « entre deux vins », dans un texte qui compare l’alcoolisme à la mer, c’est tout de même une trouvaille…

 

« Je quitte le navire

Désolée, Capitaine

Si le chant des sirènes

Vous attire si fort

Moi je veux revenir au port »

 

Mais l’aventure du capitaine a son revers :

 

« Tu te mènes en bateau

De comptoir en comptoir

Dans les caniveaux

Tu largues les amarres

Et vogue la galère

Quand tu bois comme un trou

Si ta mémoire s’y perd

Moi je me souviens de tout »

 

C’est la chute finale, la grande marée, assommoir, jusqu’à la nausée, et le mot est enfin lâché :

 

« Tu sombres dans les eaux

Sans réagir

Y a plus que l’alcool qui réponde

À tes désirs

Et je ne veux plus voir le monde

T’anéantir »

 

Véronique Rivière ne rentre tout de même pas trop dans les détails, s’évitant ainsi les écueils des rues de la Soif dégoulinantes et les haut-le-cœur. Elle flotte à la surface, suggère, caution santé du propos, témoin muet qui préfère s’en aller en fin de compte. Son texte est tout ce qu’il y a de minutieux.

 

 

La blanche 

(Face B : Stupéfiant)

 

Dans cette chanson, c’est le double sens du mot héroïne, à la fois drogue dure et personnage principal, qui est exploité.

 

« Drôle d’histoire qui tourne au drame

L’héroïne est une drôle de dame »

 

Là encore, le figuré rejoint le sens propre dans le refrain :

 

« Stupéfiant

Elle dit que le monde est stupéfiant

Elle jette la poudre aux yeux de tous ses prétendants »

 

La belle héroïne est sans concession et rit dans le chaos :

 

« Au suivant

Allez allez au suivant

C’est ce que dit l’héroïne après chaque enterrement »

 

Il y a là du Brel et du Prévert à la fois.

Capitaine est ici.

Stupéfiant ici.

Bide et musique

45 tours

vinyle

Face B

années 80

Polydor

lecture 28 lectures
thumb 0 commentaire
2 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Musique
introduction part. 3
introduction part. 3

Les mots s'envolent Sa mort marque la fin de l'histoire et le début de la légende. C'est...

Benjamin Mimouni
3 min
introduction part. 2
introduction part. 2

A contre-courant Alain Péters n'a pas mené une vie de musicien ordinaire qui se rend au s...

Benjamin Mimouni
3 min
Une introduction
Une introduction

La mort n'est pas une fin Alain Péters est mort le 12 juillet 1995, foudroyé en pleine ru...

Benjamin Mimouni
3 min
Thème = Nature rythmée
Thème = Nature rythmée

Un ami, qui répond au nom de Pierre-Alexandre Yacoub, a lancé un défi un jour dans son Evasion-letter. Le but était...

Castcréa
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur