facebook  Apprendre à danser sous la pluie
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
 Apprendre à danser sous la pluie

 Apprendre à danser sous la pluie

Publié le 23 juin 2020 Mis à jour le 7 mai 2021
time 2 min
CREATIVE ROOM

Bizarreries

 Apprendre à danser sous la pluie

Louise Feron, Tomber sous le charme, Pascale Feron/Dominique Laboubée, Virgin, 1988.

Louise Feron, Tomber sous le charme

Cette chanson-là, c’est un vrai gros morceau de poésie rock, avec une entrée en matière magistrale qui voit s’enchaîner un arpège de guitare électrique, rejoint par de l’harmonica, puis de la batterie, avant que la voix de la chanteuse n’emboîte à son tour le tempo.

 

« Comme le funambule casse son balancier

Et pour défier le sort marche les yeux fermés

Je regardais sans voir les pendules arrêtées »

 

Et nous voilà lancés au cœur d’une marche évanescente, en proie au vertige, attirés par le vide et le désir fou de voir tout brûler.

 

 

C’est Dominique Laboubée qui a composé la musique. Dans une vie parallèle, il est également guitariste des Dogs, groupe incontournable de la scène rock underground française. Le son qu’il a su inventer pour accompagner la chanson parle pour lui, comme une signature. Et c’est John Cale qui a produit l’album sur lequel figure cette chanson dans une version plus travaillée, moins brute que la version single.

 

 

Louise Feron a quant à elle écrit les paroles, qu’elle a signées de son vrai nom : Pascale Feron. Il y a là une beauté intense et tragique. Par la précision de son écriture, elle fait défiler une galerie de personnages énigmatiques (funambule, enfant de la balle, voyeuse éclairée, poupée cassée, guerrier fourbu) et égrène les figures acrobatiques sans trop en faire, comme une patineuse capable de nous faire oublier par sa grâce seule les heures d’entraînement laborieux le temps d’une représentation. La voix est aussi au niveau, elle est suave et sait tout autant jouer des graves que des aigus.

 

« Je me voulais sans haine et sans pitié »

 

Force dure, froide.

 

« Tomber sous le charme comme sous la mitraille

Rire en voyant ma vie quitter ses rails »

 

Accepter une touche de folie, accepter que tout se dérègle, et même s’en réjouir, adhérer de façon spontanée à la philosophie délicate de Sénèque, ne pas espérer la fin de l’orage mais apprendre à danser sous la pluie, accepter la tempête, accepter de Tomber sous le charme, telle est l’ambition de la chanteuse. C’est le Joker qui rit de son propre malheur et de sa folie, à s’en faire mal, qui rit à en crever.

On peut écouter ce morceau ici, sur bide et musique

4
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
4
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Ombre et lumière
Ombre et lumière

Princess Erika, Trop de blabla (Erika Dobong’na), Polydor, 1988.

Benjamin Mimouni
2 min
Teaser
Teaser

A venir au mois de mai sur la platine des bizarreries : une rastawoman qui cède les droits de sa chanson au grand capital, ou un...

Benjamin Mimouni
1 min
 Perrette et Martin vus par Brassens
 Perrette et Martin vus par Brassens

Margoton est comme Perrette au pot au lait. Son esprit bat la campagne. Elle descend toute joyeuse le sentier qui mène au bois. Elle est...

Eric Bertrand
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur