Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Völuspa, le dit de la voyante

Völuspa, le dit de la voyante

Publié le 19 oct. 2020 Mis à jour le 20 oct. 2020
time 3 min
4
J'adore
0
Solidaire
1
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 118 lectures
5 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Völuspa, le dit de la voyante

 

 

Niagara, J’ai vu, Laporte-Chenevez, Polydor, 1990.

Niagara, J'ai vu

 

L’Age du feu des possibles

 

En cette époque de feu tous azimut, synonyme autant de progrès que de destruction, d’avancée et de recul, bon nombre de paroles remontent à la surface : La Terre tremble (Thiefaine), Pendant que les champs brûlent (Niagara), Le Grand incendie (Noir Désir, « y a le feu partout – emergency), Beds Are Burning (Midnight Oil, parangon d’une écologie fataliste). Mais le titre le plus évocateur est pour moi J’ai vu.

 

Rouge

 

« Des religieux au nom de leur foi

M’ont jeté une fatwa »

 

On y est.

Le single est extrait d’un album intitulé Religion, mystique et protéiforme, empli de chiens rouges et de flammes, de terres désolées et de grands champs de cendre, de rêves jetés au-delà des rivières, d’innocence et de culpabilité. Le Ciel s’est déchiré, Chemin de croix, autant de titres qui fleurent l’Ancien Testament.

 

« Le pire est à craindre pour demain

Ça ne me fait rien »

 

Nous voilà prévenus.

Niagara, Religion

 

La voyante

 

La voyante est la narratrice de Völuspa, saga islandaise racontant la naissance et la destruction du monde : Ragnarök, temps du loup, dieux lanceurs d’éclairs pour fendre les océans.

Mais la vision de la chanson est tout autre, c'est celle d’une spectatrice qui se contente d’assister au désastre et non de l’annoncer.

 

« J’étais de tous les combats

Collée devant l’écran »

 

Ce n’est donc pas une vision prophétique mais une simple dénonciation de la télé, monstre tout puissant des années 80 et 90, bientôt éteint, qui essaye encore de briller en poussant un dernier cri d’animal blessé avant d’aller rejoindre le magnétoscope, le mini-disc et les boutiques de location de DVD au cimetière des innovations démodées. Le vinyle tient bon, merci pour lui.

 

C’est d’ailleurs trop facile de réussir une prophétie après coup, à la lueur des connaissances apportées par le temps écoulé : quand une prédiction sur 1000 se réalise, on oublie les 999 autres, celles qui ont tapé à côté et n’ont pour cette raison droit qu’au silence, celles qui sont restées simples silencieux dans la mare tiède de l’indifférence, celles qui n’ont rien prétendu, restées sagement à leur place, chansons, petites choses, morceaux de variété non de bravoure, cohorte légère, fantassins, art mineur, fugue, parenthèses d’oubli arrachées au tumulte, enchantées ou non.

 

J’ai vu n’est donc pas une prophétie, mais une chanson dont on peut faire une relecture au prisme d’aujourd’hui : pandémie, enseignant décapité, réchauffement, guerre, terrorismes.

J’ai vu le journal de 20 heures, pas l’avenir. La chanteuse ne se pose pas en archange démoniaque se réjouissant de la fin du monde en sirotant un alcool, mais en citoyenne informée. La conclusion laisse toutefois peu de place à la réjouissance.

 

Solo

 

Les arrangements et le visuel du 45 tours lorgnent clairement du côté du métal : guitares lourdes en intro, solos, cris et fond noir appelant le black album de Metallica qui ne sortira qu’un an plus tard.

 

C’est de la variété mais habillée pour taper un peu plus fort qu’à l’accoutumée. Ça ne peut pas faire de mal, comme disait Bob Marley :

 

« One good thing about music

When it hits you feel no pain »

Ce qui est bien avec la musique

C’est que quand ça tape ça ne fait pas mal.

 

la chanson est à écouter ici.

 

 

 

lecture 118 lectures
thumb 0 commentaire
5 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Musique
J'aime pas les cases
J'aime pas les cases

J'aime pas les cases, toutes carrées, celles qui s'emboîtent, bien rangées.Pour qu'on s'aligne en file indienne, en ra...

Isabelle Roche
1 min
Exodus
Exodus

Le temps des métamorphoses...

Benjamin Mimouni
1 min
Carte postale
Carte postale

Avec quelques jours d'avance, saute dans ton maillot en écoutant

Benjamin Mimouni
3 min
C'est une belle fête
C'est une belle fête

Comme la Pépette de Renaud, j'ai été étonné d'être surpris de trouver autant de disques de Mike Brant d...

Benjamin Mimouni
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur