La Poésie des terrains vagues

La Poésie des terrains vagues

CREATIVE ROOM

Bizarreries

La Poésie des terrains vagues

Gérard Blanchard, pochette 45 tours : Son amour de voyou

 

Gérard Blanchard traîne derrière lui une image de rocker au grand cœur, braillard et débraillé, un peu anar, un peu loulou. Il y a chez lui du Renaud, du Ferré, du Thiefaine. Il est surtout connu pour sa chanson Rock Amadour qui lui a valu son premier et plus grand succès en 1982. Sur la pochette, il pose avec son accordéon en bandoulière et, si l’on est attentif, on peut remarquer qu’il a une troisième main, cachée sur la rangée de boutons au bas de l’instrument. En 1997, il a sorti un album live, Gérard Blanchard s’la joue solo, où il est seul au milieu d’un ring de boxe dans une sorte de Corrida revisitée. On sent bien que ce chanteur a quelque chose à revendiquer, de l’ordre du combat.

Son amour de voyou est le morceau qui donne son titre au quatrième album studio du chanteur en 1987. Il s’en dégage un parfum entêtant, peut-être dû à la rythmique volontairement reggae, insistant sur les contre-temps, ou bien à la répétition inlassable d’une seule phrase qui vient clore chaque couplet et qui constitue l’intégralité du refrain :

« Son amour de voyou qu’est derrière les verrous »

À noter que la version live est nettement plus rock, plus rapide.

Mais ce n’est pas tout :

« Entre une carcasse de tôle et un cerisier en fleurs

Se balance au gré du vent une fille bronzée qui pleure

Les bidons, les tas de ferraille, cour dépotoir, jardin décharge,

Nichée au fond d’un hamac, le tempo au bout des doigts »

Il y a ici la poésie des terrains vagues, un petit côté Seigneur des porcheries, Démons de Jésus, Gavroche, héros enfanté de la plèbe, une iconographie de western urbain où la grandeur et la beauté poussent sur les charniers délabrés de la civilisation, juste en périphérie. L’imaginaire s'épanouit entre les canettes de bière et les papiers gras, c’est la force du vivant palpitant qui parvient à s’extraire. Quand tous les murs se seront effondrés, il y aura encore du lierre et du chiendent, et on entendra une chanson de Gérard Blanchard, comme le vent jouant de l’harmonica sur les ossements blanchis et décharnés d’un très vieil animal.

 

Ici la version studio

Ici la version live

 

 

3
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
3
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Un piano dans la douleur
Un piano dans la douleur

Un instant de pause et de recueillement pour ce moment de douleur et de grâce au cœur de la tragédie à Beyrouth. On en...

Eric Bertrand
1 min
Adieu mon artiste
Adieu mon artiste

  Entre décembre 1978 et juin 2003, j’ai eu la chance de voir Peter Gabriel cinq fois sur scène. Il y ava...

Joseph-Marc Francois
2 min