facebook L’Étranger dans la glace
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
L’Étranger dans la glace

L’Étranger dans la glace

Publié le 20 avr. 2021 Mis à jour le 20 avr. 2021
time 2 min
CREATIVE ROOM

Bizarreries

L’Étranger dans la glace

Hubert-Félix Thiéfaine, Narcisse 81 (H-F. Thiéfaine/C. Mairet), Sterne, 1982.

Thiéfaine

 

Les années collège

 

Quand j’étais adolescent, je prenais le car pour aller au collège, 45 minutes de trajet le matin et le soir. C’est un monde entier, un biotope, où les identités se façonnent. Le chauffeur nous laissait mettre parfois nos cassettes, au gré de son humeur.

 

C’était dans les années 90. En fait, c’était les grands, toujours assis au fond, qui mettaient surtout les leurs. Ce fut là l’occasion de découvrir une contre-culture sulfureuse, qui n’avait aucune existence, aucune réalité pour nous jusqu’alors : Noir Désir, les Shériffs, Elmer Food Beat, et surtout Thiéfaine. Moi je carburais à Renaud et Balavoine.

 

La légende

 

La Fille du coupeur de joints est vite devenu un hymne transgressif mêlant sexe, drogue et rock’n’roll au milieu des petits lapins. Je me suis d’ailleurs toujours demandé si de telles chansons ne fatiguaient pas les artistes à la longue, passages obligés de tous les concerts, de tous les rappels, de toutes les compilations.

 

Mathématiques souterraines

 

Ce qui est amusant avec Thiéfaine, c’est qu’il est considéré comme un chanteur underground, polissant ses chansons et sa musique dans son coin, loin des médias, ces chiens du grand capital et du pouvoir, cette aura de mystère renforçant l’adhésion d’un public acquis à sa cause de poète maudit. Je me souviens pourtant avoir vu à la télé des pubs pour son double album live Paris-Zénith en 1995. Il reste pourtant celui qui navigue hors de vue.

Thiéfaine

 

Dans les années 2000, il est sorti de sa caverne, on l’a exhibé au grand jour : une compilation hommage (les Fils du coupeur de joints, encore…) dans laquelle la jeune scène rock reprenait ses chansons, comme pour offrir une virée au soleil à son vieil oncle bizarre, un nouvel album (Scandale mélancolique) sur lequel ont collaboré Cali, Mickey 3D, M ou JP Nataf, et une ou deux victoires de la musique.

Thiéfaine

 

Qu’importe la lumière éphémère, il reste l’alchimiste de l’ombre, fabricant en secret des chansons vénéneuses aux paroles cryptiques, miroirs, fumées et anathèmes.

 

 

Silence radio

 

Je pourrais parler en détail de plusieurs dizaines de ses chansons, mais nous sommes ici au cœur des mes bizarreries, d’où je fais surgir des 45 tours de ma collection personnelle et rien d’autre. Thiéfaine n’en a pas publié beaucoup, il est rare d’en croiser. Ce qui est logique quand on y réfléchit : le 45 tours, c’est fait pour acheter le morceau qui passe en boucle à la radio, et les radios ne l’ont jamais vraiment programmé. Je n’ai réussi qu’à dénicher celui-là. Ce n’est pas Alligator 427 mais ça vaut tout de même son pesant de scandale.

Narcisse 81 est en écoute ici.

Mathématiques souterraines ici.

Et Alligator 427 ici.

 

 

2
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
2
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
2
0
0
0
2
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (1)

Merci de nous rappeler que HF Thiefaine est un artiste complet, avec une grande variété musicale. Quant à ses textes, ses délires sont savoureux, même s'ils sont parfois emprunts de tristesse, voire de désespoir.

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Ombre et lumière
Ombre et lumière

Princess Erika, Trop de blabla (Erika Dobong’na), Polydor, 1988.

Benjamin Mimouni
2 min
Teaser
Teaser

A venir au mois de mai sur la platine des bizarreries : une rastawoman qui cède les droits de sa chanson au grand capital, ou un...

Benjamin Mimouni
1 min
 Perrette et Martin vus par Brassens
 Perrette et Martin vus par Brassens

Margoton est comme Perrette au pot au lait. Son esprit bat la campagne. Elle descend toute joyeuse le sentier qui mène au bois. Elle est...

Eric Bertrand
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur