Congratulations! Your support has been successfully sent to the author
Nuits de folie

Nuits de folie

Published Nov 21, 2023 Updated Nov 21, 2023 Music Music
time 2 min
2
Love
0
Solidarity
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 44 to reads
2
reactions

On Panodyssey, you can read up to 30 publications per month without being logged in. Enjoy29 articles to discover this month.

To gain unlimited access, log in or create an account by clicking below. It's free! Log in

Nuits de folie

 

Christophe Laurent, Nuits brésiliennes

Christophe Laurent, Nuits brésiliennes (Christophe Laurent – Oliver Andres), ER, 1985.

Morceau à déguster ici.

 

Tchic tchic

 

(Ocatarinetabella… tant pis si ça te fait pas marrer, je pouvais pas m’en empêcher)

 

La France et le Brésil, c’est n’est pas que « et un, et deux, et trois zéro », c’est aussi une longue histoire d’amour musical :

 

- Les premières bossas de Véronique Sanson pour Isabelle de Funès, la nièce de Louis : Mon voisin et Jusqu’à la tombée du jour ainsi que sa chanson Bahia. C’est vrai, dès que je peux parler de Véronique Sanson, je le fais, et alors quoi ?

 

- Pierre Vassiliu et son plus grand succès : Qui c’est celui-là ? Adapté de Partido Alto de Chico Buarque.

Pierre Vassiliu, Qui c'est celui là ?

 

- George Moustaki et Les eaux de mars, adapté de Aguas de março d’Elis Regina et Tom Jobim.

 

- Nino Ferrer et La rua Madureira, composition originale reprise ensuite par Nolwenn Leroy, Benjamin Biolay, Pauline Croze ou encore Stacey Kent. Les belles chansons ont la vie dure et les reins solides. Celle-là, elle est tellement belle, d’ailleurs, que je ne peux pas m’empêcher de mettre un lien ici.

Nino Ferrer, La Rua Madureira

 

Beaucoup de chansons de cette vague bossa ont été compilées par le label Born Bad :

Born Bad, Tchic Tchic

 

Born Bad, Tchic Tchic

 

 

Nuits brésiliennes

 

Un peu plus tardivement (1985), on trouve Christophe Laurent et sa guitare louchant une nouvelle fois outre-Atlantique pour ces nuits brésiliennes en plein Paris, c’est de la folie.

 

« On est bien

 

Mon voisin d’en face est parti

Et avec lui mes soirées de folie

Mon Borsalino bleuté

Reste chez moi accroché dans l’entrée

 

Nuits brésiliennes en plein Paris

C’était la folie

Toutes les étoiles du ciel se mélangent

Aux lumières oranges

Un peu de sable brésilien

Sur les quais parisiens

C’est la folie des latins

Jusqu’au petit matin

On est bien »

 

Plutôt classieux non ?

Le passage en brésilien est interprété par Nazaré Pereira, déjà croisée en ces lieux, en train de sauter sur une marelle.

Nazaré Pereira, La Marelle

 

 

lecture 44 readings
thumb 0 comment
2
reactions

Comments (0)

You can support your favorite independent writers by donating to them

Prolong your journey in the Panodyssey universe Music

donate You can support your favorite writers