Congratulations! Your support has been successfully sent to the author
L’Homme aux mille chansons

L’Homme aux mille chansons

Published Mar 26, 2024 Updated Mar 26, 2024 Music
time 2 min
0
Love
0
Solidarity
0
Wow
thumb comment
lecture reads
2
reaction

On Panodyssey, you can read up to 30 publications per month without being logged in. Enjoy29 articles to discover this month.

To gain unlimited access, log in or create an account by clicking below. It's free! Log in

L’Homme aux mille chansons

 

Bergman Van Houten

Bergman & VanHouten, Hold Up sentimental (Boris Bergman – Lou Deprijck), RKM, 1983.

Je mets  ici le lien pour écouter le morceau.

 

 

Une œuvre monumentale

 

Boris Bergman est un parolier très prolifique, crédité en tant que tel sur un nombre fou de chansons, mais c’est surtout sa collaboration avec Alain Bashung qui a assis durablement sa réputation. Les premiers gros succès publics du chanteur, c’est lui : Vertige de l’amour (1980) et Gaby oh Gaby (1980).

 

« Alors à quoi ça sert la frite si t’as pas les moules ?

Ça sert à quoi le cochonnet si t’as pas les boules ? »

 

 

Haut les mains

 

Sur ce 45 tours, Boris Bergman est accompagné de VanHouten, alias de Lou Deprijck, interprète longtemps dissimulé de Ça plane pour moi. Deprijck compose, Bergman écrit, mais il s’aventure pour une fois au-delà de sa zone d’influence habituelle pour donner de la voix, en tout cas s’afficher comme co-interprète sur la pochette. Même si on reconnaît beaucoup plus les intonations un peu traînantes de son comparse.

 

Les paroles justement, partent dans tous les sens (et le sens, ce n’est clairement pas ce qui l’anime ici), et sont truffées de jeux de mots plus ou moins réussis.

 

Extraits :

 

« J’ai eu le carnet plein de balles

Ton chien s’est fait avoir aux puces

Tu fais du foot dans le Doubs

Mais dans le Doubs abstiens-toi

Tu l’as mis en ballon

Dans les gradins Dauphinois »

 

Un autre, un peu daté :

 

« Des fois l’hôtel de ville

Vous dévoile son bazar »

 

Et un autre carrément raciste, avec une imitation d’accent digne de Michel Leeb :

 

« Il y a toujours un JAP

Qu’il ne peut pas saquer »

Bergman Van Houten

 

 

Pierre Desproges

 

Pour paraphraser Pierre Desproges, on pourrait dire, preuve tangible à l’appui, que Boris Bergman n’as pas écrit que des conneries, il en a aussi chanté.

 

Mais ce serait injuste de le réduire ainsi. D’ailleurs, sans être une réussite absolue, Hold Up sentimental n’est pas si mal. On a entendu bien pire, et je m’y connais en trucs hautement inécoutables.

 

 

lecture 62 readings
thumb comment
2
reaction

Comments (0)

You can support your favorite independent writers by donating to them

Prolong your journey in this universe Music

donate You can support your favorite writers