Congratulations! Your support has been sent to the author
Danser sur des braises

Danser sur des braises

Published Jun 29, 2022 Updated Jun 30, 2022
time 3 min
1
Love
0
Care
0
Wow
thumb 2 comments
lecture 42 lectures
2 reactions

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Danser sur des braises

 

Raft, Yaka dansé

Raft, Yaka Dansé (Christian Fougeron), Polydor, 1987

 

D’après une suggestion de Stéphane Hoegel, qui avait tué le game.

 

Le morceau s'écoute ici.

En attendant Godot

 

C’est encore plus flagrant au dos de la pochette :

 

Raft, Yaka dansé

 

On se croirait sur une scène de théâtre, où Vladimir (Christian Fougeron) et Estragon (Pierre Schott) attendraient Godot (Johnny Clegg). Il y a l’arbre auquel se pendre ou ne pas se pendre, un grand serpent, une sorte de croix :

 

«Et si l’on vous dit Dieu est mort

Voyez la peur et les remords »

 

Voilà pour planter le décor.

 

 

Hit parade

 

Avec ce single, le groupe Raft, composé de Christian Fougeron et Pierre Schott donc, se hisse presque au sommet du Top 50 en 1987 (deuxième place), rafle un disque d’or et assure la première partie des concerts de Niagara. Autant dire que ça roule (sur l’or).

 

Le morceau offre un son hyper dansant, mélange de zouk et de reggae, capable de rester en tête pendant des siècles. En ce qui me concerne, je n’ai même pas eu à me repasser le morceau quand Stéphane me l’a proposé. Le refrain m’est revenu en force et ne m’a plus lâché alors que je ne l’avais pas réentendu depuis des lustres. Ce qui s’appelle de l’efficacité.

 

De la même manière, j’ai dû me procurer les 45 tours avant d’en proposer ma lecture, alors que j’étais sûr de l’avoir dans mes cartons, comme s’il avait toujours été là, dormant. Il y a de ces morceaux… Ils flottent dans l’air, présents même quand ils sont absents, tapis dans l’ombre et toujours prêts à surgir. Yaka dansé est du nombre.

 

Mais alors quoi : un vieux tube de l’été 87, chaloupant et surfant sur une vague vaguement zouk (Maldon (La Musique dans la peau), 1990, Kolé Séré, 1987, La Compagnie Créole (discographie), Francky Vincent), c’est là tout le crédit que l’on peut accorder à Raft ?

 

Sauf que…

 

 

Clown triste

 

Sauf que ce morceau entêtant, ce tube, n’est pas qu’une machine à danser. Il recèle en vérité des paroles beaucoup plus profondes et subtiles que ce qu’on imagine, serties dans un verni world indéboulonnable.

 

D’abord le ton est assez pessimiste, ce qui est assez rare pour être relevé. Les larmes du clown font couler son maquillage :

 

« Allons-nous laisser

Tout passer

Tout lasser

Tout casser ?

 

N’avons-nous là de malheur

et de maux bien assez ? »

 

Mais les paroles cachent aussi des pépites, perles de mots-valise et autres calembours :

 

« Dom et Tom en bateau

Tombe à l’eau, Calédonie :

Qui reste aborigène

À la fin des colonies ? »

 

« Jetés gitans

Humiliés

Pour un bon aryen »

 

Vous les avez ?

 

Elles sont également capables de convoquer Nietzsche, le fouteur de trouble :

 

«Et si l’on vous dit :

Dieu est mort

Voyez la peur et les remords

Mais si on vous dit :

Dieu est noir !

Marie ébène et anges ivoires »

 

Par-dessus tout c’est une véritable ode à la mixité, voire plus si affinités :

 

Refrain :

 

« Yaka dansé !

Candencez ! Biguinez ! Zoukez !

Gars et filles tout mélangés

Races et peaux tout collées

Yaka roulé ! Swinguez !

Secouez ! À nous allez !

À jamais nous tout liés

Couleur et sang mêlés ».

 

Bref, jusque dans le refrain, des paroles beaucoup moins con que la mélodie, le rythme et le décor ne nous le laissaient penser (ce qui vaut toujours mieux que le contraire).

 

 

Saison 2

Dans un registre encore plus dansant, mais un peu moins profond, Raft a aussi pondu Femmes du Congo l’année suivante, qui s’écoute tout aussi bien (à vérifier ici).

Raft, Femmes du congo

 

 

Rendre à César

 

Enfin, j’allais partir en oubliant de préciser que le groupe est originaire de Strasbourg. Chacun fera ce qu’il voudra de cette information, j’en connais que ça intéresse.

 

 

 

lecture 42 lectures
thumb 2 comments
2 reactions
Share the article
copylink copylink

Comments (2)

Ah merci Benjamin d'avoir pris le temps de te pencher sur Raft !
Tu as tellement raison quand tu parles d'efficacité au sujet de Yaka Dansé (mais Femmes du Congo l'est également à mes yeux, efficace).
Comme toi, inutile de me replonger dans le texte, je peux la fredonner quasi intégralement de tête. Voilà un 45 tours qui aura beaucoup tourné sur ma platine disque, et que je conserve toujours chez moi, 35 ans après sa sortie...
Merci à toi d'avoir pris le temps de relever le défi et d'avoir suivi ma suggestion, voilà un article avec lequel tu m'auras (encore une fois) fait bien plaisir et réveillé bien des souvenirs !

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Music
Foutue maladie
Foutue maladie

Paroles de la chanson   Apprendre ta maladie m’a anéantie J’gar...

Stéphanie Lombera
1 min
J'aime pas les cases
J'aime pas les cases

J'aime pas les cases, toutes carrées, celles qui s'emboîtent, bien rangées.Pour qu'on s'aligne en file indienne, en ra...

Isabelle Roche
1 min
Exodus
Exodus

Le temps des métamorphoses...

Benjamin Mimouni
1 min
Carte postale
Carte postale

Avec quelques jours d'avance, saute dans ton maillot en écoutant

Benjamin Mimouni
3 min
C'est une belle fête
C'est une belle fête

Comme la Pépette de Renaud, j'ai été étonné d'être surpris de trouver autant de disques de Mike Brant d...

Benjamin Mimouni
1 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!