Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Chapitre XXXIX : "Fin de la Cavale"

Chapitre XXXIX : "Fin de la Cavale"

Publié le 30 mai 2022 Mis à jour le 30 mai 2022
time 11 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 34 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Chapitre XXXIX : "Fin de la Cavale"

Adèle, Terroriste hautement recherchée, a amené avec elle Olivier Rousseau et menace de se faire exploser si le Président ne lui est pas présenté. Forcément que notre Brigade Spéciale allait être envoyée pour régler ce problème. Si nous explosons avec elle, la question de réinsertion professionnelle ne se pose plus. Nous arrivons deux heures après sa demande. La foule toute entière est assise. Lindsay Atkins, Olivier Rousseau et Adèle, eux, sont debout. 

- Bordel, si seulement un sniper pouvait lui en mettre une, peste Ember. Bon. Isaac, pas de flammes. Si on fait sauter les grenades à sa place, crois moi on souhaitera tous sauter avec. Arya, en retrait, cherche un angle de tir. Owen, des idées? 

Il ne répond pas. Il se contente d'observer Adèle. 

- Owen? Demande à nouveau Ember. 

- Cela ne lui ressemble pas, réplique-t-il. Elle ne se fera pas sauter. 

- Bon. Toi et moi allons partir pour les négociations, alors. 

Ember et Owen partent aussitôt en direction d'Adèle. Des militaires sont dispersés un peu partout autours. 

- Bien, bien. Comme prévu, nous ne sommes pas armés, commence Ember. 

- Well, would you look at that, lance Adèle en regardant Owen. You got a new mask. Sorry for the old one. 

- Shut up, réplique Owen. 

- Oh, come on, it was fun. I know you wanted it. I know what it's like. Not finding any good opponent. 

- At least you were searching for them. Now you're trying to blow yourself? Stop messing around, we know you're not gonna do it. 

- Tu passes donc à la négociation musclée, je vois, soupire Ember. 

- Shut up, Scorpion's ass, i'm talking to him, agresse Adèle. You're right, i'm not gonna blow myself, i ain't stupid. But do you know who he is? 

- Olivier Rousseau, the most wanted man in Eskhamn, réplique Owen. They want us to give him to them. 

- Well i don't want this to happen. 

- It's not for us to decide. 

- Et bien, on peut toujours le mettre en prison et le garder en attendant que la guerre se termine, explique Ember. 

- Cela serait effectivement une possibilité. Le problème, cela sera ce qu'on fera de toi. 

- Well, i got an offer, réplique Adèle. Take me in, i won't escape. I just need to protect this dumbass. 

- Techniquement, nos ordres sont de te mettre une balle entre les deux yeux, explique Ember. 

- You failed everything until now. Arresting a terrorist should fix the problem. If i ever try to escape, Owen could stop me. Or, at least, give it a try. 

- You should accept it, lance Olivier, i've never seen her so polite, i can assure you it's the best offer you'll get. 

- Shut up, you damn piece of shit. 

- Pourquoi moi? Demande Owen. Pourquoi m'accorder ta sympathie? 

- You're one of the greatest warrior i've ever fought. You deserve it. You had an Iwallian training, i saw it. 

- Sans intervention extérieure, tu m'aurais tué. 

- Indeed. But now, you have a chance to become stronger. 

- Désolée de briser votre dialogue de guerriers, mais on a une foule prise en otage qui attend la bonne nouvelle. Que fait-on? Demande Ember. 

- Take me and Olivier as your prisonners. Give him what he needs to communicate with the Eskhamnian peoples and he'll get them to attack from the inside. 

- C'est d'accord, réplique Owen. 

Adèle retire sa veste, Ember lui passe les menottes. Olivier suit sans opposer de résistance. De toute façon, c'est Owen qui le tient. Même s'il le voulait, il ne pourrait rien faire. Le calme revient. Lindsay Atkins félicite l'efficacité de la Brigade Spéciale, qui a permit d'arrêter l'une des Terroristes recherchés par le Pays. Malheureusement, alors qu'une Terroriste se rend, une autre tente le diable pour redevenir ce qu'elle était. 

(Du coté de Baptiste et d'Aurore, sur la route après avoir volé une voiture.)

Baptiste roule à pleine vitesse, mais il a du mal à se repérer. Les Pigeons de Selene sont très utiles pour trouver le bon chemin. Baptiste, lui, doit se fier aux différents panneaux. Ils passent dans une rue commerçante. . . 

- Attends, arrête toi ! Lance Aurore. 

- Quoi?! Demande Baptiste. 

- Arrête la voiture !!

Baptiste freine brutalement ! Aurore ouvre sauvagement la portière et se dirige vers la boucherie non loin. Elle entre en enfonçant la porte, choquant les personnes à l'intérieur. Elle cherche quelque chose. Quelque chose de précis

- V. . . Vous désirez quelque chose? Demande le boucher, une machette posée non loin de lui. 

- Parfait, lance Aurore en prenant la machette. 

- Q-Que voulez vous de nous ?! Demande un homme doté d'un imperméable. 

Peu après, Aurore monte à nouveau dans la voiture qu'ils ont volée. 

- Pour la machette, je comprend, explique Baptiste, mais pourquoi l'imperméable? 

- Vieille habitude, réplique Aurore en rangeant la machette à l'intérieur du manteau. 

Baptiste redémarre. Le sac de fusils est à l'arrière. Si quoi que ce soit arrive à Selene, il est prêt à faire un carnage. 

(Du coté de l'Association de Réinsertion des Divergents.)

Un carnage, tel est le mot. Les oignons blancs sont envahis de pucerons. Caden n'en revient pas, toute la production est affectée. Faisant du bio, il n'a pas beaucoup de solutions à part prier. 

- Ooooh, putaaaain. . . Nos beaux petits oignons blancs, peste Caden. 

- Hè, au moins, grâce à Steven, on peut savoir ce que ressentent les plantes lorsqu'elles se font envahir comme ça, plaisante Marcus. 

- Crois moi, tu n'as pas envie de savoir, réplique Steven. 

Un bruit de camion. Aaron et son équipe sont de retour. 

- Aaron ! Lance Caden. Nom de dieu, qu'est-ce qui t'as pris si longtemps ?! 

- Aaah, Caden ! Réplique Aaron en serrant ce dernier dans ses bras. J'étais partis chercher nos héros ! 

- Mais nous sommes revenus? S'interroge Marcus. 

- Je sais, mais nous n'avons été prévenus que très tard. Nous vous avons cherchés partout, si j'avais su que vous les aviez entubés de cette manière ! Et Kendrick, et Evelynn? Où sont-ils? 

- Kendrick aide à la construction d'un nouveau tunnel, il me semble qu'Evelynn aussi. J'ai l'impression qu'elle m'évite, depuis qu'on est revenus. 

- Cela lui passera, ça a du être une rude épreuve. Vous avez eu beaucoup de chance. 

- Ah, tiens ! Je l'ai déjà dis aux autorités, mais je pense que tu feras un meilleur usage de cette information. . . Ils avaient injecté un produit à Kendrick et Evelynn, leurs Aptitudes ne marchaient plus pendant un certain temps. 

- Je crois avoir déjà entendu parler d'une telle chose. Il me semble que cela avait un rapport avec la fameuse Brigade Spéciale. Il faudrait que j'aille les voir. 

- Ecoute, je n'aime pas trop parler de ça comme d'un remède, mais Evelynn avait adoré perdre son Aptitude. Il faut voir avec elle, mais je suis sûr que si elle pouvait la perdre définitivement, celui lui ferait vraiment plaisir. 

- Je ne sais pas. Je vais voir, ne t'en fais pas. En tout cas, je suis content de vous revoir ! 

Il serre tout le monde dans ses bras, heureux. Après tout, que pourrait-il se passer de grave? 

(Loin de là, près d'une base secrète Echilienne.)

Les Scientifiques ont lancé le Protocole Volcan. Klaus est accompagné par plusieurs militaires en dehors du bâtiment. Le Président comptait rendre l'utilisation de Klaus secrète jusqu'au bout, empêchant quiconque d'approcher les lieux. Malheureusement, il a oublié un détail très important. Un arbre. Un simple arbre. Seulement, les arbres ont bonne mémoire, et ils écoutent beaucoup. Bien des plantes ont parlé de l'assaut de la Capitale. Il connait le danger, et prévient l'herbe la plus proche. Cette dernière, ne sachant pas à qui donner l'info, la hurle le plus fort possible. Du lierre à la rescousse, il prévient d'autres arbres. 

(Plus tard, du coté du parc de la Capitale.)

Un chien urine sur des jonquilles. Pas le temps pour elles de s'énerver, elles transmettent l'info. L'herbe, telle une nation, hurle le plus fort possible ce qu'elle a entendu. Ce sont les roses d'un camion de fleurs qui passent le mot à la Ville voisine. 

(Encore plus tard, de retour à l'association de Maraichage.)

Alors que les Orties cherchaient à vérifier d'où venait l'info, les pieds de Thym la récupèrent et la passent aux légumes, sachant pertinemment qui pourrait aider. Les oignons étant en souffrance, ils ne peuvent malheureusement pas écouter. C'est aux salades de réagir. 

- Nom de Dieu ! Lâche Steven en entendant la nouvelle. 

- Quoi? Demande Marcus. 

- Klaus n'est pas mort, il fait même partie de notre armée ! 

- Hein? Tu débloques, c'est ça? 

- Non, des arbres étaient là lorsqu'il est sortit, ils l'ont reconnu, c'est dans leur mémoire ! 

- Mais tu as bien vu ce qu'Evelynn lui avait mis? Le Pays entier avait tremblé, impossible qu'il ait survécu. 

- Les Pétunias ne mentent jamais. 

- Roh, merde, si tu me sors des arguments pareils ça va pas le faire. . . 

- Aaron est revenu, je dois le prévenir ! 

Steven fonce annoncer la nouvelle à Aaron. Si Klaus est de sortie, personne n'est en sécurité. 

(Le lendemain, du coté de Selene.) 

Son véhicule est tombé à court d'essence juste en arrivant devant la base que ses pigeons ont repérée. Selene avance prudemment. Un soldat l'aperçoit. . . Une nuée d'oiseaux le soulève avant de le lâcher depuis 15 mètres de haut. Elle récupère son arme, au cas ou. Elle ne sait pas vraiment comment s'en servir. 

- Athénaïs? Demande Selene tout en entrant dans la base. 

- Who the fuck is it? S'interroge un soldat de garde. 

La même nuée d'oiseau le renverse, Selene le menace avec son arme. 

- Where is Project One? Demande-t-elle. 

- She's not here ! Réplique l'Eskhamnien. There's not much people here, an Echilian squad already whipped out this place, like, one or two weeks ago ! 

- Then why would you come back? 

- 'Cause someone had to get the job done, milady, réplique Leo Castaldo en pointant son pistolet vers Selene. 

Il lui tire dans l'épaule avant qu'elle ne puisse contrôler ses pigeons ! Elle tombe au sol, lâchant son arme. 

- Scusa, gioia, lance-t-il. Ho riconosciuto il suo accento. Non preoccuparti. (Désolé, très chère. J'ai reconnu votre accent. Ne craignez rien.)

- Sei Leo Castaldo? Demande Selene, souffrante. (Vous êtes Leo Castaldo?)

- Si. Get her to the medic. 

- Ho bisogno. . . Di trovare . . . Athénaïs. Dove si trova? (J'ai besoin de trouver Athénaïs. Où est-elle?)

- Purtroppo non posso dirlo. (Je ne peux le dire, malheureusement.)

Quelqu'un prend Selene et l'emmène voir un médecin. Leo n'aime pas avoir à blesser de jeunes personnes, encore moins lorsqu'elles viennent de son Pays. Malheureusement, l'ennemi n'a pas toujours de telles valeurs, il faut donc s'adapter. 

- Sir, we have one casualty, explique un soldat. 

- Yeah, i saw him too, réplique Leo. 

- Should'nt we kill her for that? 

- No. If anyone hurts her, you'll end up like François. 

- François. . . The guy that broke his neck when he fell? 

- Yeah, well he didn't fell, actually. He spitted in front of me and then refused the duel he clearly asked for. Just tell the medic to inject a small dose of serums if the birds start doing weird stuff. 

- Y-Yes sir. Eum, there's also a little problem. . . There is a car coming on our location. Still far, we got 3 hours. We think it could be some Echilian military again. 

- Well, well. Get ready. I'll take her in the basement. Kill on sight. 

- Yes, Sir. 

Le soldat fonce avertir les autres. . . Une voiture en approche. Cela ne devrait pas être un gros problème pour toute une équipe de soldats bien entrainés. 

(Trois heures plus tard, du coté d'Aurore et Baptiste.)

Il leur reste encore de l'essence, mais changer de véhicule ne ferait pas de mal. Aurore vérifie que les fusils soient chargés. 

- Moi, je pense qu'il faut bosser son éducation sur l'Echilien, explique Baptiste. 

- L'Echilien, c'est une chose, rebondit Aurore tout en rechargeant un fusil à pompes, mais il faut aussi qu'elle travaille ses maths. Avec ses pigeons et ses compétences en conduite, elle est déjà sûre d'avoir un job de livreuse. 

- Livreuse? Elle pourrait aussi travailler pour la police, et retrouver les criminels en un clin d'oeil. 

- Bof, cela impliquerait de bien parler, et ça, elle ne l'aura pas tout de suite. Tu préfère le fusil d'assaut ou la mitrailleuse? 

- Fusil d'assaut. La mitrailleuse fait trop de recul. Je le gère, mais je n'aime pas. Non, je pense aussi qu'il faut d'abord trouver un bon endroit où s'installer avant de...

C'est infime, mais la vue infaillible de Baptiste le remarque. Un léger reflet dans la lunette d'un sniper. L'ancien Terroriste freine juste à temps pour que le tireur rate son coup ! Ils sont proches de la base, tout les soldats font feu sur le véhicule ! Aurore en sort et se cache derrière, Baptiste fait de même en sortant du même coté ! 

- Ils nous attendaient ! Lance Aurore. 

- Ils ont du mettre des gens pour surveiller les routes, maintenant ! Réplique Baptiste sous les bruits de tirs. 

- Et maintenant, on fait quoi ?! 

- On attend ! Donne moi le fusil d'assaut ! 

Aurore le lui donne. . . Il vise le rétroviseur de leur véhicule et l'arrache en tirant dessus. Il prend ce dernier et l'utilise afin de jeter un coup d'œil. . . Une quinzaine de soldats. Le sniper n'est pas visible, mais Baptiste ne l'a pas oublié. Les tirs cessent, les munitions ne sont pas illimitées. 

A mon tour, lance Baptiste tout en se relevant.

Cela ne lui prend qu'une demi-seconde pour viser le Sniper, calculer la trajectoire et ajuster son arme en conséquence. Un tir suffit pour atteindre la tête. Il y a une vingtaine de balles dans son chargeur. Bien plus qu'assez. C'est lorsqu'il en élimine trois autres d'une balle dans la tête que l'ennemi commence à comprendre à quel point cela ne va pas bien se finir. 

 

lecture 34 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Politique

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur