Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Chapitre VIII : "L'enlèvement de Nixon Cohen"

Chapitre VIII : "L'enlèvement de Nixon Cohen"

Publié le 2 mai 2022 Mis à jour le 2 mai 2022
time 10 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 28 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Chapitre VIII : "L'enlèvement de Nixon Cohen"

La faim se fait sentir, mais Aaron est partit leur acheter un peu de nourriture. Les Divergents Maraichers restent cachés pour le moment, Caden cherche une solution mais rien n'est jouable. Evelynn lui demande ce qu'ils doivent faire. Il comprend brièvement le langage des signes, mais Marcus vient à la rescousse. 

- Bon, chef, que fait-on? Demande Marcus. Si besoin, on peut aider, je doute que quiconque nous reconnaisse, ici. 

- Kendrick attirerait trop l'attention, explique Caden, et Jensen pourrait faire une bêtise... Aaron, lui, pourrait être reconnu... 

- Je pourrais demander à quelqu'un de nous héberger? 

- Oui, après tout, autant nous tirer une balle dans le pied. 

- Quoi, on pourrait presque faire croire que nous sommes un cirque ambulant, après tout, on nous a toujours considérés comme tels. 

Même si j'acceptais que tu essayes, il y a un problème de timing. Un groupe de maraichers qui disparait, un cirque ambulant qui apparait, la coïncidence est étrange. Il faut attendre... 

Caden n'a pas d'idées concrètes, et malheureusement Aaron non plus. Hélas, il est des situations où tout semble jouer contre vous, et il n'est pas aisé de s'en sortir.

(Du coté d'Elise, dans un ascenseur avec quatre Mercenaires armés.)

Elle donne un coup de pied dans le genoux de celui qui est devant elle afin de le descendre ! Elle lui passe ses menottes autours du cou puis bouscule le mercenaire derrière elle avant de lui attacher une partie des menottes ! Elise accroche l'autre partie des menottes à la chaine afin d'étrangler le premier malheureux ! Un des mercenaires tente la viser avec son fusil, elle pointe le canon vers le haut avant qu'il ne tire puis appuie sur l'arrêt d'urgence de l'ascenseur !! 

- Je n'arrive plus à respirer...! Hurle le pauvre Mercenaire étranglé par les menottes. 

- Bon sang, arrête de bouger, ordonne celui auquel il est attaché, je n'arrive pas à l'enlever ! 

Il n'enlèvera pas grand chose, il se prend un violent coup de tête dans le nez, son crâne se cogne contre la paroi, il perd conscience. Un Mercenaire de moins, un immobilisé et deux autres en course. Elise prend appui contre la paroi et assène un double coup de pied dans l'un d'eux, qui bouscule l'autre ! Elle récupère le pistolet de celui qui s'étrangle et parvient à en éliminer un ! Le second la désarme et tente de l'avoir au couteau, voyant que l'espace est trop étroit pour un fusil ! Elise attrape son poignet et redirige l'attaque vers son expéditeur, qui se plante son couteau dans la jambe ! Elle l'assomme d'un brutal coup de pied dans la mâchoire ! Ne reste que celui qui parvient tant bien que mal à respirer. 

- N'ai pas peur, je vais te libérer, lance Elise. 

Elle l'assomme avec un autre coup de pied dans la mâchoire. Un mensonge aide à faire passer la douleur. Elle ramasse un fusil et un pistolet puis relance l'ascenseur. Ils n'ont aucune idée de ce qui les attend. Une fois arrivée en bas, elle repère assez vite les mercenaires, qui sont seuls debout. Elle en élimine un d'une balle ! Armand se rend compte qu'il y a un problème, les autres Mercenaires se mettent à couvert !! 

- Isaac, ils ne sont plus près des employés !! Hurle Elise. 

- Compris, répliquais-je. 

Je me lève et lance un grand jet de flammes près du mur derrière lequel ils se cachent ! Armand dépose sa machette dans le camion afin de prendre un fusil, elle tente de me tirer dessus ! Elise la désarme ! 

- Ce n'était pas prévu ! Peste l'un des Mercenaires. 

- Partons, on a Nixon et les plans de son Lamellé ! Lance un autre. 

- Rejoignez le point de rendez vous ! Ordonne Armand. 

- Va te faire voir, on aura une plus grande part avec le Pays d'Eskhamn ! 

Les quelques Mercenaires restant grimpent dans le camion et démarrent sans Armand... Commettant une terrible erreur au passage. 

- Ma Machette ! Lance Armand. 

- Nixon ! Lançais-je à mon tour. 

Elise met Armand en joue...

- Où emmènent-ils Mr. Cohen ?! Demande-t-elle. 

- Ma machette était dans le camion ! Peste-t-elle en cherchant un véhicule à prendre. 

- Répond, Armand ! Ordonnais-je en préparant mes flammes. C'est ta seule chance ! 

- Ecoute, si tu m'aides à récupérer ma Machette, je t'aide à atteindre Nixon, vu? 

- Pourquoi j'accepterais ça? 

- Parce que si je ne la récupère pas, Aurore va tout foutre en l'air et elle n'aura aucune idée de quoi vous lui parlerez, nom de dieu ! Tu m'aides, oui ou non ?! 

Elle arrête une voiture et en éjecte le passager, Je monte à contrecœur avec elle, Elise s'occupe de la sécurité des Employés. Armand va immédiatement à pleine vitesse afin de rattraper le camion. 

- T... Tu sais conduire...?! Demandais-je de manière paniquée. 

- Tu veux vraiment le savoir ?! Demande-t-elle avec de plus en plus de colère. 

Afin de me prouver qu'elle n'a pas peur de mourir, elle accélère et frôle une voiture qui s'apprêtait à tourner. Je n'ai pas envie de savoir, au final. Sa colère monte de plus en plus, le manque se fait sentir, elle en a donc tant besoin que ça? Nous perdons de vue le Camion, il y a plusieurs tournants... Armand regarde partout, sa respiration s'accélère... Soudain, c'est comme si elle savait, elle tourne à gauche le plus vite possible et revient enfin près du Camion ! 

- P-Pourquoi vous vouliez enlever Nixon Cohen ?! Demandais-je. Vous voulez qu'il fabrique des armes pour vous ?! 

- Pour quoi faire ?! S'insurge-t-elle sous la pression du manque. J'ai commis plus de meurtres avec une Machette que ce groupe de Mercenaires entier avec des fusils !! Nous n'avons pas besoin d'armes visibles si nous agissons efficacement dans l'ombre ! 

- Parce qu'enlever quelqu'un en plein jour, c'est efficace ?! 

J'aurai du me taire. Elle accélère au maximum puis se rapproche dangereusement du camion. Elle leur rentre dedans ! L'un d'eux était à l'arrière, il comprend ce qu'il se passe et nous vise avec son fusil ! Armand se décale sur le coté, le tir touche le siège ! Elle déplace le véhicule, je peux enfin faire quelque chose d'utile ! Je lance un rapide jet de flammes sur le mercenaire, il en lâche son fusil et tombe dans le camion ! Le pilote freine d'un coup, notre voiture leur rentre dedans, nous perdons le contrôle ! Ils en profitent pour reprendre la route... Notre véhicule a du mal à redémarrer... Et la Police arrive après avoir constaté l'agitation. Le camion passe le pont juste avant sa levée. Armand redémarre la voiture et se dirige vers le pont... Sans ralentir. 

- A... Attends, commençais-je, le pont est en train de se lever...! 

- Elle s'éloigne !! 

Armand prend la montée et accélère. J'hurle au moment même où nous prenons le saut. Contre toute attente, notre véhicule parvient à se réceptionner, la Police n'a pas osé prendre le risque ! Nous repérons le Camion arrêté près d'un bâtiment industriel vidé pour cause de dératisation prochaine. Armand sort aussitôt de la voiture pour aller vérifier dans le camion... Ils ont pris sa machette. Ils ont commis une erreur qu'ils allaient déjà regretter. Ils en ont fait une deuxième. Leur sort est désormais scellé. Elle fonce seule à l'intérieur du bâtiment, je rentre avec plus de prudence, la perdant ainsi de vue... 

(Loin de là, dans une prison Sous-Terraine gardée secrète au public.) 

Un Militaire se présente aux gardes d'entrée. Il a un laisser-passer spécial. En entrant, il observe l'heure sur sa montre à Gousset. Il y prête grande attention. Il arrive vers un autre poste de contrôle... Possédant une radio. Radio qui indique que Nixon Cohen vient tout juste d'être enlevé et que toutes les unités possibles doivent partir à sa recherche. 

- Waow, ça fait combien de temps que vous n'avez pas dormis? Demande le gardien tout en s'approchant afin de récupérer les effets personnels du visiteur. 

- Longtemps, répond ce dernier. 

D'un geste simple, le visiteur lui tranche la gorge à l'aide d'un couteau et l'allonge au sol afin de ne pas trop tâcher les vêtements que porte la victime. Il l'emmène derrière la salle de contrôle et prend ses vêtements afin de changer les rôles. Il repère les commandes d'éclairage... Puis la radio. Il dépose la victime dans la salle de contrôle et appelle à l'aide à voix haute, amenant ainsi les gardes à l'entrée de la prison. 

- Je ne sais pas ce qui lui a prit, commence le meurtrier, il a tout de suite essayé de m'avoir ! 

- Quoi? Lance l'un des gardes. 

Hélas, ils mourront dans l'incompréhension, car leur adversaire profite de cette seconde de confusion afin de leur mettre une balle dans la tête à chacun, le son étant légèrement étouffé par les vitres et les parois de la pièce. Il range son pistolet puis se dirige vers la Radio. Comme prévu, des gardes plus éloignés dans le tunnel de la prison sous-terraine demandent d'où vient ce bruit. 

- Venez, vite ! Il y a des coups de feu, ici, explique le Meurtrier, je ne sais pas combien de temps nous allons tenir ! Je crois qu'ils ont un Exterminateur qui manipule l'électricité ! 

- <<On arrive au plus vite !>>

Il attend un peu... Puis coupe lentement l'éclairage, imitant des petits sursauts de lumière avant les ténèbres totales. Leur vision s'adaptera assez pour y voir quelque chose... Mais pas aussi bien que la sienne. Son aptitude de Divergent est de voir dans le noir aussi bien qu'en plein jour. Une qualité idéale pour un sniper... Mais aussi pour un infiltré. Les huit gardes qui arrivent ne verront que deux faibles lueurs dans le noir avant d'être décimé par un simple pistolet. Il observe au loin... Une porte renforcée. Il récupère les clés sur l'un des soldats puis remet l'éclairage. Il se dirige enfin vers cette porte... Il observe à nouveau sa montre... Il attend deux minutes. 

Une fois ce temps passé, il ouvre la porte et aperçoit le cauchemar du Pays d'Echil. Le Terroriste ayant montré au monde entier le potentiel de destruction des Divergents, attaquant la Capitale avec de la Lave. Malgré tout ce temps, il ne semble pas avoir vieilli. Le visiteur s'en approche. 

- Qui es tu? Demande le Terroriste. 

- Baptiste Derocles. Je suppose que tu es Klaus Eichman? Demande le Visiteur. Il y a plusieurs années de cela, tu as attaqué la Capitale d'Echil, je me trompe? 

- C'est bien moi, en effet. Que me veux tu? 

- Et si je te disais que nous pourrions te donner l'opportunité de recommencer, maintenant que l'Armée est occupée ailleurs? 

- Libère moi de ces chaines et je ferais partie de ta cause. De quelle organisation fais-tu partie? Combien êtes vous? 

Baptiste commence à lui retirer ses chaines grâce aux clés présentes non loin. 

- Nous ne sommes pas vraiment une organisation, mais plutôt un groupe, explique Baptiste. Nous sommes quatre. Je te présenterais bientôt Armand et Samuel, mais il faudra attendre pour voir Adèle. Elle s'occupe du chaos au Pays d'Eskhamn. 

- Quel est votre objectif? Demande le Terroriste. 

- Je ne peux te l'expliquer. C'est à Samuel de le faire. 

Baptiste regarde sa montre... 

- Avançons, lance-t-il. Tu peux manipuler la Lave afin de faire croire que tu t'es échappé toi-même? 

- Pour qui me prend tu? Réplique Klaus. 

Maintenant libre de ses mouvements, Klaus plaque sa main au sol, ce dernier tremble avant de relâcher des geysers de lave dans sa cellule. Il recouvre aussi les soldats afin de masquer les morts par balle. Gêné par la chaleur que la Lave dégage, Baptiste aura oublié un détail de son infiltration qui, hélas, le trahira plus tard. 

(De mon coté, dans un bâtiment industriel...)

Je pense avoir passé tellement de couloirs que je me suis perdu. Poing en avant, je suis près à cramer tout ce qui me surprend. Pitié, Nixon, ne joue pas aux héros. J'arrive vers une salle de réunion... Un corps est au sol, juste devant. Sa tête est vraiment très éloignée de lui. Il n'y a qu'une seule chose à en conclure : Elle a retrouvée sa fichue Machette. Je reprend mes recherches dans le couloir... Puis aperçoit quelque chose en passant devant une porte. Nixon ! Il s'est caché dans une autre salle de réunion ! J'entre doucement en montrant mes mains afin de le rassurer. 

- Monsieur Cohen, il va falloir me suivre, lançais-je. 

- Elle est encore dans le bâtiment ? Demande-t-il, légèrement paniqué. 

- Je... N'en ai aucune idée, elle m'a semé dès mon entrée ici. Je pense que oui. Ne craignez rien ! Si je la vois, elle brûle, d'accord? Je vais vous sortir de là, n'ayez pas peur.

Il me fait confiance, nous sortons de la salle... En arrivant dans un autre couloir, nous entendons un bruit terrifiant. Quelque chose se frotte contre un mur. Derrière, au loin, Armand arrive, frottant sa machette au mur. Elle est couverte de sang et se balade avec deux têtes coupées. 

- Elle arrive...! Panique Nixon. 

- Quand le chat n'est pas là, chantonne Armand. 

- Ok, il va falloir qu'on se dépêche ! Lançais-je. 

Elle lâche ses deux trophées et prend un pistolet qu'elle leur avait pris ! Elle nous vise !! Je prend Nixon et nous fait prendre le couloir le plus proche, nous commençons à courir ! Je l'entend nous poursuivre, elle a complètement perdu le peu de raison qu'il lui restait ! 

 

lecture 28 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Politique
On réouvre les mines !
On réouvre les mines !

ou : ne dites-pas que c'est encore la  faute à Rousseau ?   Attention cet article ne s'adress...

Bernard Ducosson
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur