Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Avec la rage en dedans

Avec la rage en dedans

Publié le 15 sept. 2022 Mis à jour le 15 sept. 2022 Musique Musique
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 84 lectures
2
réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Avec la rage en dedans

Le titre vient de Jacques Higelin

 

 

Deuxième partie : Mélodie vagabonde (4)

 

Les mécaniques de l'âme

Malgré la longueur de cet épisode, on ne peut pas non plus tout ramener à lui. La dépendance n'est jamais qu'un aveu d'abandon, un renoncement formulé ou non, le sommet de l'iceberg, la résultante visible, palpable, de mécaniques beaucoup plus sombres et complexes. Elle n'est que la matérialisation des failles d'un homme. On a parfois réduit Alain Péters à une image de clochard ayant tout cassé chez lui et vendu le peu qu'il lui restait encore pour s'acheter à boire, se tendre comme un arc, reprendre juste assez de forces, se mettre en rogne à nouveau pour recommencer, poursuivre le travail de sape au point que ses proches pouvaient avoir honte de lui parfois, honte de ses excès. Sans manquer de respect à sa mémoire, il faut aussi accepter qu'il était aussi capable d'autant de folie, qu'il était parfois malheureux au point de tout détruire autour de lui pour se rendre plus malheureux encore. La rage appelle la rage. C'était alors comme si le bonheur, ou tout au moins la tranquillité de l'esprit, le bonheur étant une notion trop immobile pour pouvoir correspondre à un être aussi bouillonnant, s'était détourné de lui.

 

Se caler sur son propre rythme

Ce désespoir et cette rage grouillante ne parviennent toutefois pas à enrayer le processus créatif. Alain Péters a simplement revu ses objectifs. Il ne fait plus de musique pour un groupe ou pour un studio mais pour lui uniquement. Il pousse la logique créatrice jusque dans ses derniers retranchements et devient une sorte de fou pratiquant l'art pour l'art, gratuitement. Il capte la musique où elle se trouve sans penser à autre chose que son propre plaisir. Les producteurs, il ne veut plus en entendre parler, des faiseurs, des requins malhonnêtes qui veulent lisser la musique pure, la tordre pour mieux la faire correspondre aux goûts du moment, comme si c’était aux artistes de s'adapter au marché. Les purs non pas à se plier, à aucune exigence que ce soit. Plutôt mourir mais en gardant toujours vive en soi comme une lumière intérieure, mystique et colorée.

Merci à Eric Ausseil pour le coup de pinceau.

lecture 84 lectures
thumb 0 commentaire
2
réactions

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Musique

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur