Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Souvenirs, souvenirs

Souvenirs, souvenirs

Publié le 18 mai 2022 Mis à jour le 18 mai 2022
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 30 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Souvenirs, souvenirs

 

 

Le temps des métamorphoses (28)

 

Si tout se fige

Pour le moment il semble aller très bien. Il prend un peu de repos et goûte à la solitude et à la vie de famille. Revenir à Saint-Denis, c'est se rapprocher de ses parents, de qui il a toujours été extrêmement proche. Il continue d'écrire et de jouer, se produisant parfois sur scène. Et à présent il chante.

 

Tout au début je partais le voir chanter du côté de la chapelle Notre-Dame de la Salette, là en-bas. Il y avait un endroit qui faisait la musique. Et Alain ce jour-là il chantait. Alors j'y suis allée avec mon mari. C'était vraiment formidable. (Céliane Péters)

 

Pour la première fois en solo

Il y a à La Réunion deux chapelles Notre-Dame de la Salette : l'une est à Saint-Leu, l'autre à Sainte-Marie. C'est de cette dernière que parle sans doute Céliane Péters : c'est juste à côté de là où il a élu domicile, là où elle vit avec le père d'Alain. Au moment de cette interview, Édouard Péters n'est plus là pour en témoigner, mais lui aussi a dû trouver ça formidable de voir son fils chanter sur scène en vedette. Toutefois, nous ne sommes pas vraiment « au tout début ». Alain Péters a déjà à ce moment-là une longue carrière de musicien derrière lui. Il est rescapé de quatre groupes, s'est produit de nombreuses fois sur scène en tant que bassiste ou guitariste, a même enregistré une de ses chansons et dirigé les sessions studio de l'album Chante Albany. Mais la mémoire n'est pas une source vraiment fiable, surtout celle des proches. Elle embellit souvent, dissimule et maquille le passé qu'elle ne veut pas affronter. Dès qu'on touche à l'humain on est obligé d'accepter cette part d'approximations. Mais inutile de gâcher ce moment formidable. Toute la famille est réunie à Notre-Dame de la Salette pour voir Alain Péters chanter. C'est peut-être la première fois. On ne sait pas quel titre il interprétait, étant donné qu'à ce moment-là il n'avait encore enregistré aucune de ses chansons. Sans doute quelques poèmes de Jean Albany, quelques reprises, et quelques morceaux inédits peut-être. Alain Péters s'affirme peu à peu en solo.

Jusqu'à présent, il a connu une double trajectoire : il s'est impliqué dans de nombreux projets de groupe mais a aussi toujours écrit et composé des choses pour lui sans en avoir encore rien fait, comme s'il s'était sacrifié pour la communauté. C'est seulement quand cette communauté va le rejeter qu'il aura l'occasion de faire les choses pour lui. Et paradoxalement, ce sont les chansons qu'il enregistrera à ce moment-là avec Pierre Vidot qui apporteront le plus à la communauté. Mais Alain Péters n'en est pas à une incompréhension près.

Merci à Eric Ausseil pour le coup de patte.

lecture 30 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Boombox
Boombox

La radio portable se décline en deux versions : Légère comme un accessoire de plage : Chez Christophe ...

Benjamin Mimouni
1 min
Takamba
Takamba

  Le temps des m&e...

Benjamin Mimouni
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur