Foire d’empoigne face de rat

Foire d’empoigne face de rat

CREATIVE ROOM

rastalution

Foire d’empoigne face de rat

Contribuer

Bob Marley, Rat Race (Rita Marley), 1975.

Bob Marley

Rat race, soit course de rat.

L’expression indique une situation de conflit dans laquelle tout le monde cherche à obtenir la même chose et est prêt à s’étriper pour ça, sans faire de quartier. Elle vient d’une métaphore militaire qui s’est ensuite démocratisée : on appelait rat race une course-poursuite en avion, l’engin de tête essayant de distancer son poursuivant en multipliant les changements d’altitude et de direction.

 

On peut trouver la chanson dans plusieurs disques : un 45 tours spécifique (1975), l’album Rastaman Vibration (1976), qui contient notamment War, Positive Vibration et Roots, Rock, Reggae, et en face B de l’édition française de Stir It Up (1979).

 

Bob Marley fait ici preuve une fois de plus de son talent de parolier, même si c’est sa femme Rita qui est créditée, ceci afin que le label avec lequel il est en désaccord ne touche pas de royalties sur ses endosses. Le texte est de lui, aucun doute là-dessus. Comme souvent, il utilise des proverbes :

 

« When the cats away

The mice will play »

Quand le chat n’est pas là

Les souris dansent.

 

Mais on voit qu’il a bien choisi : le chat et la souris s’adaptent parfaitement à l’univers du rat. Il faut savoir que les jamaïcains ont surtout une culture orale, qui se transmet de bouche à oreille. Dans cette configuration, les proverbes sont très importants, ils permettent de figer le savoir en formule, c’est pourquoi ils sont souvent présents dans les chansons, héritières de cette tradition orale.

 

Bob Marley joue ensuite sur le double-sens du mot race, qui désigne la course, la compétition (comme dans Racing Club, RC) et la race, l’ethnie :

 

« Oh what a rat race

You got the horse race

You got the dog race

You got the human race

But this is a rat race »

 

Il enchaîne ensuite avec un jeu de mot :

 

« Rat race

Oh it’s a disgrace ».

 

Et, une chose qu’on ne pourra jamais lui enlever, il n’a jamais peur de la sentence :

 

« In the abundance of water

The fool is thristy »

Dans l’abondance d’eau

L’imbécile a soif

 

C’est le problème de toujours en vouloir plus : plus d’argent, plus de choses inutiles, et moins de temps pour l’essentiel. Dans Rat Race, Bob Marley dénonce la course à la destruction qui jettera les humains en pâture à Babylone. Comme tous les rastas, c’est un fervent adepte de la décroissance.

 

Et toujours : un blog consacré entièrement au reggae : jamaique-maque

4
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
2
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
4
0
0
0
2
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Hommage à Toots
Hommage à Toots

Je ne suis pas un numéro. Je suis un homme libre.

Benjamin Mimouni
4 min
 Born In The USA
 Born In The USA

Luna Parker, Tes états d’âme… Éric (Éric Tabuchi), Barclay, 1986.

Benjamin Mimouni
3 min
Au sujet dePhil Lynott
Au sujet dePhil Lynott

Afin d'être bien vu de mes chefs, j'ai décidé cet après-midi de produire mon rapport d'activité mensuel. Je vo...

Joseph-Marc Francois
3 min
Métallurgie
Métallurgie

Joe Dassin, Si tu penses à moi (B. Marley, Delanoë, Lemesle), Pathé Marconi, 1978.

Benjamin Mimouni
2 min