facebook Chapitre 2 La bêtise de Stéphanie
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Chapitre 2 La bêtise de Stéphanie

Chapitre 2 La bêtise de Stéphanie

Publié le 30 sept. 2021 Mis à jour le 30 sept. 2021
time 9 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 5 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Chapitre 2 La bêtise de Stéphanie

À la bourre dans la préparation de son repas, Valérie liste ses besoins : un filet de julienne, des champignons, la crème fraîche, du riz, un fromage appelé sous le nom " la fourme" et des calmars. En entrée, une bonne soupe de légumes en brique. Elle n'est pas une piètre cuisinière, mais elle aime régaler le ventre de Didier qui se révèle un bougre.
— Mince ! Il me manque un potage et je n'ai pas le temps d'en préparer une. Je dois acheter une brique de potage.
Matthieu et Stéphanie jouent à jeu de la mourre, ils se montrent simultanément les doigts en annonçant la somme présumée. Valérie enfile ses guêtres.
— J'ai une petite course...
Trop occupés dans leurs jeux, ils ne prêtent pas attention. Didier rentre tous les soirs vers dix-neuf heures. Dans dix minutes, il va rentrer. Elle ne chôme pas et calte jusqu'à sa voiture. La météo s'est brusquement changée, il vente et grêle. Cette averse s'abat sur elle qu'elle le ressent sur sa protection. Sa capuche se décroche et mouille sa chevelure. La force du vent ralentit l'ouverture de la portière. Lorsqu'enfin, elle parvient, elle démarre et trace sa route. Elle tangue et se cramponne à son volant avec ses mains rougis par le froid et la pluie glaçante. Les essuie-glaces effectuent leur ballet. Elle longe un bois couvert de ventis sur sol. La giboulée cesse au moment d'arriver au supermarché. Dans le hall, un gredin mignon mais boulot quête. Valérie sort une pièce de sa bourse cousue à la main pour lui donner. Il se courbe pour la remercier d'un sourire. Il mâche de la chique dans sa bouche. Jamais radine et prête à aider son prochain, Valérie ne compte pas ses sous. Elle file vers le rayon de consommés et prend une au hasard. Elle passe à côté des mangues puis elle se dirige vers les caissières. Au moment de partir, devant elle, le mendiant boite.
Valérie rejoint sa voiture, son chéquier glisse de son sac et tombe dans une bourbe.
— Oh, je suis une gourde ! Le voilà trempé maintenant ! J'aurais dû le laisser à la maison ! Je vais le sécher sur le radiateur. Je suis gauche aussi !
Elle le récupère, le papier bien délavé et peut-être même inutilisable.
De retour chez elle, Didier l'attend avec un verre de pastis à la main. Il le pose et ils s'embrassent avec fougue.
— Je vais me changer.
— Tu étais partie dans les fourrés ou tu as été éclaboussé par une voiture ?
— Je ne peux pas être au four et moulin chéri. Si tu veux, tu peux cuire le riz et le poisson pendant que je me sèche.
Didier se positionne derrière le dos de Valérie lui masse les épaules. Ses muscles sont contractés et tendus. Puis, il l'enlace et la berce tendrement. De nature câline, le charme est toujours intact depuis treize ans. Elle appréciait toujours autant ses caresses et ses baisers.
— Je te rappelle que nous avons deux petits monstres qui sont affamés.
— Moi aussi, j'ai faim de toi !
— La gourmandise est un vilain défaut !
— Pas quand il s'agit de toi. Heureusement que je ne pratique pas la chasse à courre, je t'aurais en lançant mon happeron.
Valérie se détache de lui, elle dépose un baiser sur ses lèvres et monte dans sa chambre. Sur son lit, la boîte à couture ouverte : boutons, coutil, une ganse, un boutis, fils et aiguilles sont éparpillés. Le chiton a été rainé à l'aide d'un cutter. Le souvenir d'un spectacle d'école joué avec cette tenue unique est irrécupérable.
— Stéphanie ! Viens ici !
La jeune fille accourt suivie de Matthieu. La rougeur de ses joues et le froncement des sourcils de sa mère en disent long. Sans manches, la tunique ne ressemble plus à rien.
— Peux-tu m'expliquer ? Tu fouines dans mes affaires !
Stéphanie, inerte, déglutit et pâlit. Aucun mot ne sort. Matthieu ricane.
— Je sais que tu es une pré ado Stéphanie, mais je ne t'autorise pas à fouiller pendant mon absence et de faire n'importe quoi ! Tu viens de détruire…
La voix de Valérie s'étrangle puis se durcit.
— C'est contre moi que vous avez. Je ne mérite pas cela ! Vous êtes assez grand et responsable de vos actes. C'est ma jeunesse que tu déchires. Et toi, Matthieu, tu frimes et tu es content de toi ? Qu'avez-vous dans la tête ? Vous avez le diable dans le corps ou quoi ? Vous m'avez blessé dans ma chair. Le pire dans tout cela, vous n'avez même pas d'explications à me fournir. J'attribue à de l'insolence. Si seulement j'avais pu vous choper tous les deux. Stéphanie, tu vas coudre les rainures.
Stéphanie baisse la tête.
— Je te ferai ça demain. Je suis désolée, je te demande pardon.
— Non tout de suite, je me sèche les cheveux et tu répares ta bêtise. Tu te débrouilles.
Valérie envoie bouler Matthieu avec son attitude moqueuse.
— Et toi Matthieu, tu pourrais lui montrer l'exemple. La chambre des parents est une propriété privée. Rappelez-vous de ça. N'avais-tu pas un sonnet à écrire pour jeudi ?
Valérie, carrée dans son fauteuil, se brosse les cheveux. Stéphanie prépare son aiguille avec un fil et rafistole.

Valérie ne possède pas les clés pour obtenir l'obéissance, mais sa voix haute parvient jusqu'à Didier. Face à leur père, ils ne rétorquent pas. Le trio descend, la table dressée, la soupière attend.
 Je t'ai entendu Valérie, que se passe-t-il ?
 Je gère, ça va. Je regrette que notre fille ne soit plus dans les jeux de la dinette, son geste serait compréhensible et encore…
 Sois plus précise ma chérie.
 Un vêtement a été… je te montrerai tout à l'heure.
Didier s'adapte toujours à Valérie pour éviter de se disputer. Une larme roule sur le visage de Valérie. Didier se sert un verre de vin au goût râpeux, il se racle la gorge. Il plante son regard dans celui de Valérie.
 Je ne soufre pas de cécité Valérie, cela t'a atteint.
 …
Il connaissait depuis longemps sa sensibilité. Les conseils municipaux qui se terminaient à une heure tardive, elle s'habituait à des horaires réguliers pour se coucher. Si elle cassait le rythme, elle ressemblerait à une marionnette sans énergie. La patience n'était pas toujours de rigueur. Elle stagnait dans une léthargie et les réveils difficiles lui donnaient l'impression d'être vidée. Se battre continuellement avec ses enfants la lassait.
Stéphanie cède et rompt au mutisme de la honte.
Matthieu et moi, nous avons joué et on souhaitait se déguiser. Je me suis souvenue du chiton dans la penderie de maman. Avec des morceaux de chiffons, j’envisageais en recréer une. Avec le cutter, on voulait tracer les repères. Malheureusement, j'ai coupé la robe en même temps. Je suis désolée.
Valérie se tendait et se lâche.
 Et ton compère de frère ne t'a pas dit : stop ! Ben non, c'est l'aîné, cela devrait être la voix de la raison. Un peu de jugeote ma fille !
Elle pensait être une mauvaise mère et elle n'aimait pas se fâcher. Commettre de la peine, ou parler avec agressivité ne lui plaisaient pas. Elle voulait être un exemple.
Sans défaut.
Sans reproche.
Tout la touchait : un mot, un cri, des pleurs.
Surtout ne pas être comme sa mère, elle se détesterait.
Stéphanie se mord les lèvres, Matthieu n'en mène pas large. La tête baissée, il ne lève pas les yeux. Tous les deux boudent leurs assiettes de steaks hachés à la sauce tartare.
 Vous n'êtes plus des gamins, finissez de manger !
Valérie et Didier continuent leur repas. Matthieu et Stéphanie quittent la table sans desservir. 

Valérie s'exprime
 Ce n'est pas simple d'élever des enfants.
Et aussi être clément et opérer avec tact. J'aurais espéré intégrer ton entourage, mais tu n'as jamais expliqué pourquoi tu n'as pas voulu d'eux au mariage.  Ils n'ont jamais rencontré leurs petits-enfants.
 Des blessures gravées au fond de moi qui ne se cicatrisent pas. C'est le destin, ce n'est pas inédit qu'une famille soit brisée. J'ai déshonoré et je ne les mérite pas. Il n'y a pas lieu de discourir sur eux. Pourquoi me parles-tu de cela Didier ? Je n'étais pas le style de fille dont des parents pouvaient rêver.
Didier n'insiste pas, Valérie devient terne. Le point sensible l'afflige. Une larme coule.
Un ramdam rythmé s'entend dans le mirador avec la batterie de Matthieu. Sa chambre était comme un antre, il acquiesce uniquement lorsqu'il est présent.
—Valérie, quelque chose de grave…
Stéphanie interrompt dans la conversation heureuse d'annoncer une bonne nouvelle.
Venez voir mon œuvre dans le couloir.
Didier et Valérie se lèvent et suivent Stéphanie. La peinture s'écaille depuis quelque temps. Stéphanie a collé des images de magazines pour égayer ainsi qu'un slogan écrit en feutre noir : colère de nos artistes militants. " Droit à l'expression artistique, le samedi de 9 heures à 18 heures, liberté de pensée et des actes, pouvoir de décision. Matthieu, Stéphanie et toute sa clique."
 Voici mon œuvre, qu'en dites-vous ?
Abasourdie, la découverte, Valérie se contient pour contester, elle compte sur son mari. Didier réfléchit avant de déclarer quoi que ce soit. Stéphanie a cinq ans de moins que Matthieu. La façon de procéder avec elle est différente.
Didier désire économiser des mots compliqués pour expliquer à sa fille que le mur n'est pas pour dessiner, coller ou rédiger n'importe quoi. Il se baisse et chuchote à l'oreille de Valérie :
Accepte et sois heureuse, elle ne manque pas d'imaginations.
 Si tu le dis, je te laisse te débrouiller avec elle. Je sais qu'il faut se moderniser mais là… Tu ne vas pas tout de même rétrocéder. Je tolère beaucoup de choses pourtant. J'ai parfois marre d'avoir le mauvais rôle avec eux de la méchante sorcière.
Nous avons des enfants très actifs.
Didier se redresse :
Stéphanie, je ne veux pas entraver de t'exprimer à ta façon, mais nos murs ne sont pas faits pour cela. Tu as un don, tu peux reproduire sur des feuilles. Tu vas arracher tout cela et nous repeignerons plutôt tous les deux. J'ai un pot de peinture inodore, tu vas m'aider à nous deux, nous irons plus vite.
Stéphanie grimace sur le coup, Didier se rectifie et ajoute :
 Tu pourras dessiner une fois bien sec, qu'en dis-tu ?
 Ma foi, je me crois dans un devoir scolaire, n'aurait-il pas une entourloupette déguisée ?
  as- tu appris ce mot ?
 Je regarde les magazines de maman avec solution des mots fléchés.

Stéphanie était autodidacte, elle s'instruisait.
 Par contre, tu vas changer de tenue pour ne pas te salir. Tu fais ce que je t'ai dit tout à l'heure et je prépare la peinture avec les pinceaux, l'eau spirite et gants en plastique.
Partager un moment avec son père est un privilège pour Stéphanie, Valérie laisse Didier prendre en main. Didier part chercher dans le garage avec le matériel. Stéphanie commence à ôter ses assemblages. Valérie participe à la tâche avec sa fille. 

lecture 5 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les articles Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur