Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Le Refus

Le Refus

Publié le 26 avr. 2020 Mis à jour le 28 sept. 2020 Culture
time 2 min
2
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 209 lectures
2
réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Le Refus

Dessin de tigres par Chantal Perrin Verdier

Inspiré d’un fait réel

 

Khali faisait miroiter sa griffe au soleil.
Un peu plus loin, Méroh dormait à l'envers, tordu dans un rêve de brousse et de sambars.
Veinard !!!
Elle-même s'ennuyait fermement.

Elle jeta un oeil sur les grilles d’en haut.
Apparemment un jour de visiteurs en surnombre, avides d'un spectacle que leur couple leur refuserait aujourd’hui - exprès !
Qui aurait envie de mordre, de gronder ou de montrer une dent voire tirer la langue à une bande de proies dans l’illusion collective d’être à l’abri ?

Si Méroh le voulait, d'un bond il serait déjà sur eux à leur arracher la tête.
Khali se leva et tourna les fesses : même de son bâillement ils seraient privés.
Pouvait-on faire plus méprisant ?

Eh bien, oui.

Soudain Méroh se redressa la pupille acérée.
Khali se retourna à son tour : 

un dingue avait sauté !

Tombé dans l’enclos, l’humain leur jeta du riz brun.
Pendant que Khali et Méroh s’interrogeaient sur la réaction à avoir, le pantin commença à gesticuler, crier, mimer … un fauve ?
Sur une oeillade les carnassiers voulurent bien y voir une provocation.
Du coup Méroh bondit et fit tomber l'homme à la renverse en le maintenant au sol de ses deux pattes sur les épaules. Sans rugir Khali s'approcha de l'offrande pour mordre en surface. Méroh promena alors la victime entre ses crocs dans l’enceinte histoire de faire attraction.
D'habitude les deux félins aimaient bien la viande fraîche mais ce jour-là ils furent découragés par la bêtise de cette victime consentante.

Ils l’abandonnèrent en pleine parade.
Et se recouchèrent tous les deux.

- Je déteste bouffer chinois.
- J'préfère indien. Ça te dit ?
- Sans façon.

Les tigres feulèrent en douce pendant que les gardiens évacuaient le miraculé.

 

 

Chantal Perrin Verdier

 

Consigne de Béatrice Nyanguile : écrire un texte sans aucune négation

Dessin aux crayons pastel de Chantal Perrin Verdier

lecture 209 lectures
thumb 0 commentaire
2
réactions

Commentaire (0)

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
A KNOT
A KNOT

(to Karen) The photo (untitle) is from Haaretz Weekend Brief (April 13th), it shows spring army manoeuvres....

Cecile Voisset
3 min
"Zombie Lies"
"Zombie Lies"

The photo is picked up to 'The Poetry Review' (The Poetry society, April 4th), and the title to Bill Maher (Twitter...

Cecile Voisset
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur