Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Episode 58 : On rase tout et on recommence 

Episode 58 : On rase tout et on recommence 

Publié le 1 juil. 2022 Mis à jour le 1 juil. 2022
time 4 min
2
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 40 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Episode 58 : On rase tout et on recommence 

– Attends. Tu veux bien me réexpliquer en quoi c’est une bonne nouvelle, toute cette merde ? Je dois être con, mais j’ai pas bien saisi…

– Je suis d’accord avec Moridan, ma chère Léila. Je ne comprends pas ce qui vous enchante dans cette annonce.

Léila se laissa tomber sur l’une des couvertures posées au sol et nous regarda fixement. Un mélange de jubilation et d’agacement sur le visage.

Ce qu’elle venait de nous dire nous avait fait l’effet d’une bombe. Comment pouvait-elle être aussi heureuse ? La situation était de pire en pire. Aucune issue possible pour nous. Pour le genre humain. Tel un cafard, l’homme avait survécu à sa propre connerie, aux attaques extraterrestres et leurs conséquences sur la Terre. Mais pas deux fois. Ceux de la bague avaient peut-être une chance et encore… mais nous. Tous ceux qui étaient coincés sur cette planète plus qu’hostile, ils étaient tous condamnés. Personne ne survivrait à une nouvelle attaque. Léila avait complétement déraillé.

– Ce ne sont pas n’importe quels extraterrestres. Ce sont des alliés…

Joe semblait dubitatif. Il se redressa doucement en grimaçant. Il souffrait encore de ses blessures et le moindre mouvement lui demandait beaucoup d’efforts.

– Des alliés ? De quoi parlez-vous ?

J’étais tout aussi sceptique que lui, pourtant sa dernière phrase sonnait juste dans mon esprit. Comme si elle faisait écho à quelque chose que j’avais déjà vécu…

– Oh, putain ! Tu parles du petit bonhomme gris qu’on a rencontré dans les égouts… C’est bien ça ?

– Bingo ! Bien joué, le bleu !

– Te fous pas d’ma gueule. D’après ce que tu nous as dit, des vaisseaux planent au-dessus des villes et pulvérisent les immeubles un par un.

– Pas tout à fait. Ils ne visent pas au hasard. Ils font exploser les points névralgiques de ce pouvoir corrompu.

– Mais tu délires ! Tu crois qu’on peut régler tous les problèmes de cette manière. Hop, on rase tout et on recommence !

– C’était pourtant ton idée.

C’était mon tour de tomber sur le cul. Voilà pourquoi elle n’avait pas été surprise lorsqu’elle avait découvert l’article que je lui avais transmis. Elle était au courant. Elle savait déjà tout… Pour moi. Pour nous. Pour la résistance. Ce jour dans les égouts, ce n’étaient pas que des pauvres gars sur lesquels on était tombé par hasard. C’était une putain de mise en scène pour me tester.

– Écoute, Moridan. Je suis désolée pour tout ça. Oui, je savais qui tu étais. Qui nous étions, véritablement. Je l’ai découvert peu de temps après ton arrivée au commissariat. C’était dans ma programmation de me méfier et de faire des recherches sur toi. Je suis tombée, moi aussi, sur cet article. Alors j’ai fouillé un peu plus profond. Je me suis rendu là où cette photo a été prise. Et j’ai rencontré une bande de résistants. Ils m’ont tout expliqué.

– Et tu les as crus ? Comme ça ?

– Bien sûr que non, tu me prends pour une conne ou quoi ? J’ai mené mon enquête de mon côté en te laissant le plus possible à l’écart. Je ne voulais pas qu’on soit deux à morfler en cas de problème… Et c’est comme ça que je suis tombée sur les traces de Florigan. Je pense que c’est pour cette raison qu’il s’en est pris à moi. Je sais pas ce qu’il a trafiqué avec mes circuits, mais à mon réveil, je me souvenais de tout. Avant et après ma reprogrammation.

– Attends. Je croyais que c’était à Gattaca que tu as compris que j’étais un synthé. C’étaient encore des conneries ?

– Non. Je te le jure. Il faut croire que mes souvenirs ne sont pas si fiables que ça…

– Et tu vas m’expliquer quel est le lien entre cette histoire et cette nouvelle attaque ? Entre moi et ces putains d’envahisseurs ?

Elle se leva et vint s’installer à côté de moi. Elle me mettait mal à l’aise. Savoir que c’était Léila dans ce corps me troublait. Je n’étais pas certain de pouvoir m’y faire. Je préférais l’autre. La vraie… Elle voulut me prendre la main, mais la toucher m’était impossible. Je l’ai repoussée. Elle parut blessée, mais ne dit rien.

– Nous étions à la tête de la résistance. Et nous avons mis, ensemble, au point cette série d’attaques pour faire tomber le pouvoir en place.

 

Texte de L.S. Martins (35 minutes chrono, sans relecture). 
D'après Image par Javier Rodriguez de Pixabay : Manipulation De Photo - Image gratuite sur Pixabay

 

lecture 40 lectures
thumb 0 commentaire
3 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Une histoire de collection
Une histoire de collection

Ce mois ci le magazine « Panodyssey » se consacre à l'artiste et modèle Flam Atilio qui n'en finit plus de nous surpre...

Yanis Bargoin
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur