facebook Volare (Tutto il mio folle amore, Gabriele Salvatores, 2019)
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Volare (Tutto il mio folle amore, Gabriele Salvatores, 2019)

Volare (Tutto il mio folle amore, Gabriele Salvatores, 2019)

Publié le 12 janv. 2022 Mis à jour le 12 janv. 2022
time 2 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 3 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Volare (Tutto il mio folle amore, Gabriele Salvatores, 2019)

Merci à Arte d'avoir mis en avant ce film italien en forme de récit picaresque aux images époustouflantes de beauté. Adaptation du livre autobiographique "N'aies pas peur si je t'enlace" de Fulvio Ervas, le film raconte le voyage de Vincent, un adolescent autiste dont l'allure n'est pas sans rappeler celle de Björn Andresen dans "Mort à Venise" avec son père biologique, Willi, chanteur de bal en tournée qui l'avait abandonné avant la naissance. Le périple américain est transposé dans l'ex-Yougoslavie pour des raisons géographiques, historiques et culturelles (la Dalmatie fut longtemps revendiquée par l'Italie avant d'être rattachée à la Croatie). Il n'en est que plus dépaysant, le sud des Balkans étant montré à travers ses espaces désertiques traversés par deux types de nomades: les migrants et les forains. Même si l'histoire n'a rien d'original sur le fond (il s'agit d'un récit initiatique avec au passage la découverte mutuelle entre un père et un fils qui ne se connaissaient pas), le film a beaucoup de charme et dégage une belle énergie au travers des multiples courses (à pied, à cheval, à moto, en voiture, en fourgonnette...) à travers les grands espaces. L'arrière-plan avec la course-poursuite de la mère et du beau-père de Vincent est un peu plus convenu. Je n'ai pu m'empêcher de penser à "Paris-Texas", le chef-d'oeuvre de Wim Wenders dont le canevas est très proche (à ceci près que l'enfant n'est pas autiste). "Volare" n'atteint pas ce niveau mais cela reste un joli film qui dépeint l'autisme d'une manière juste et sensible. Par exemple la scène de l'ordinateur qui permet à Vincent de dialoguer avec son père repose sur une réalité: l'autiste a une mémoire visuelle et s'exprime beaucoup mieux à l'écrit quand il en a la capacité qu'à l'oral (comme le montre aussi très bien le documentaire "Dernières nouvelles du cosmos" sur une autiste qui elle est tout à fait privée de parole et ne s'exprime donc qu'à travers ses poèmes).

lecture 3 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Traverser l'adolescence
Traverser l'adolescence

Lorsque l’on n’est plus un enfant On regrette le père-noël Car on comprend bien à présent

Estelle Lahoussine-Trévoux
1 min
Haïku
Haïku

De grands yeux rieurs Une boule d’énergie Ma petite sœur.   Estelle Lahoussine-Tré...

Estelle Lahoussine-Trévoux
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur