facebook Goutte...au nez!
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Goutte...au nez!

Goutte...au nez!

Publié le 9 janv. 2022 Mis à jour le 9 janv. 2022
time 3 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 8 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Goutte...au nez!

Il y a peu, on appelait "élégamment" cette rhinorrhée claire « le nez sénile » !

Cette goutte au nez touchait volontiers des gens âgés donnant cette larme perlant sous l’appendice nasal, exacerbée aux changements de température – caricature du vieillard mangeant sa soupe – que l’on nous a longtemps servi dans les livres.  

Plus rien de tel maintenant.

Les jeunes, comme les moins jeunes en sont victimes…

Loin de moi l’idée d’en rajouter et d’invoquer encore et toujours dans sa genèse, notre dérèglement environnemental.

Mais enfin.

Voici des symptômes nouveaux qui apparaissent à tout âge. Que l’on puisse dire que les nez des sujets âgés aient perdu un peu de leur adaptation aux changements de température, oui.

Mais ça, c’était avant !  

Difficile de retenir cette hypothèse pour nos jeunes. 

Il faut en rapprocher - car on le lit partout - l’hydrorrhée matinale soit la goutte au nez du matin, dès qu’on met le pied hors du lit. Mais là aussi il y a, ipso facto, changement de température…

Y a-t-il réellement une différence physiopathologique entre ces deux entités ?

Je n’en suis personnellement pas certain et les traitements anticholinergiques locaux (substances empêchant l’action d’un neurotransmetteur l’acétylcholine) prescrits sont relativement efficaces.  

Autre goutte au nez plus connue et commune,  le rhume de cerveau, ou coryza, qui constitue une rhinite aigüe d’origine virale, très contagieuse susceptible de surinfection qui nécessitera alors une antibiothérapie passagère. Daumier la croquera dans la « caricature provisoire » du 21 avril 1839 avec la légende suivante :

B’en parlez pas, j’suis enrubé du cerbeaux

 Ou la grippe, donnant un tableau similaire plus marqué, plus sévère, évoqué dans les croquis parisiens Paris grippé, publiés successivement en 1858 et 1864 dans le « Charivari ».

La France déjà, connaissait ses épidémies de grippe, plus ou moins redoutables, notamment celle de 1858, « succédant à des typhoïdes particulièrement prolongées ou graves ».

Là, rien n’a changé, la grippe pouvant toujours être grave, mais fort heureusement la vaccination est passée par là…

Mais revenons à notre goutte au nez. Il nous manque une description de notre appendice nasal "larmoyant" par notre Balzac national dans sa Comédie humaine. Pas moins de 17 volumes (Édition rencontre- Lausanne), des milliers de pages noircies d'une écriture fine et nerveuse sur les classes sociales et les individus qui la composent, roman d'une vie écrit sur près de 30 ans sans que je me souvienne avoir retrouvé la moindre description de cette anomalie...

Daumier non plus n'a jamais esquissé le moindre nez gouttant spontanément. Et quel dommage, car imaginons les talents déployés pour nous en parler ou le croquer!

Dira-t-on encore que ce nez qui goutte, ce nez sénile, existe depuis toujours alors que l'un des écrivain les plus talentueux ou un portraitiste féroce ne l'ont jamais évoqué. Daumier, sur des centaines de planches consacrées aux Gens de médecine ou aux Gens du peuple ne laisse pas une fois aller son trait satirique pour l'esquisser.

Ces deux Honoré, dont le prénom sonne comme un commandement et s'écrit comme un hommage écrira le Professeur Mondor, auraient été certainement "honorés"de le décrire ou le croquer s'il avait existé!

Personnellement je reste convaincu qu'il était absent et que, jeunes comme moins jeunes, nous assistons ici au dérèglement de certaines fonctions de notre organisme... qui découlent du dérèglement de notre planète.

Et que ce phénomène n'existait pas il y a 150 ans ou plus...

 

Dessin: Honoré Daumier -Paris grippé dans Les Gens de médecine -

Comment toussez-vous

Vous êtes bien bonne... je tousse assez bien...et vous?

                                                                                                         

 

lecture 8 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les articles Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Santé
La parabole des aveugles
La parabole des aveugles

Cette toile, de Brueghel l’ancien m’a toujours fascinée. Pas tant par sa qualité picturale – indén...

Jean-Jacques Hubinois
2 min
SNUS
SNUS

Voilà encore un nom "savant" qui nécessite une explication bien qu'il ne s'agisse pourtant pas d'une pathologie ORL. Eh pou...

Jean-Jacques Hubinois
4 min
Ralentir
Ralentir

Ce quotidien prenant, à vouloir tout faire, Pour régler les problèmes et aider tout le monde. Quotidien de ce...

Thibaud Surini
1 min
Va...vis...et vapote
Va...vis...et vapote

Un article récent, daté du 4janvier 2022 sur les vapoteuses ( Haut Conseil de la santé publique), m'oblige à placer...

Jean-Jacques Hubinois
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur