Congratulations! Your support has been sent to the author
Le roman
Chapitre 13

Chapitre 13

Published Aug 14, 2022 Updated Aug 14, 2022
time 1 min
5
Love
0
Care
0
Wow
thumb 2 comments
lecture 46 lectures
7 reactions

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Chapitre 13

Quand elle avait le vague à l'âme, elle écoutait de la musique, n'importe laquelle sans choix de chanson en particulier juste de la musique. A travers les notes elle se soignait, ces cellules vibraient comme au son des bols tibétains qui harmonisent et qui guérissent.

Elle a choisi sa route, elle a choisi d'écouter en silence, en boucle n'importe quel son , au multiples facettes, au multiples langues et langages.

Elle était attentive à cet apaisement que la musique lui apporte, à ce voyage à travers les ondes.

Hagard, perdue au premier abord et puis contenue grâce à de la musique qui l'enveloppait, qui adoucissait l'amertume de son existence.

On ne peut pas posséder la chance avec la simple pensée. Sa chance à elle était en attente, comme si elle devait passer des examens pendant son passage sur terre pour pouvoir mériter cette chance.

Elle voulait une tranquillité, elle massait son esprit avec de la musique, parce que la musique pouvait être forte et bryante . Elle avait besoin de force.

Une évasion de son monde qui par moment l'étouffait, la renvoyait des fois avec violence à son passé, son passé qu'elle lutte d'oublier. Si seulement elle avait une baguette magique pour rendre ses vœux possible mais la réalité est autre chose.

L'être humain est complexe, et notre femme baigne dans cette complexité, elle cherche sans cesse sa bouffée d'air. Une gomme magique qui effacerait ses déceptions, ses douleurs.

Son âme est vagabonde, alors elle s'accroche à cette musique, elle marche tel un fantôme avec des pas aériens , aussi aériens que ce son cristallin, aussi légers qu'une brise d'été.

Le son de la musique la motivait à vivre, à apprendre à exister, à apprendre à marcher une vie. Tel un enfant qui vient de naître elle a beaucoup de choses à apprendre et d'autres à modifier. 

Des fois les larmes font surface, au fond des yeux une lueur d'espoir.

lecture 46 lectures
thumb 2 comments
7 reactions
Share the article
copylink copylink

Comments (2)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Culture
Done.
Done.

Trump toujours en tête de gondole au grand supermarché (le fake ét...

Cecile Voisset
6 min
Summer of Sam (1999) Spike Lee
Summer of Sam (1999) Spike Lee

L'assassin habite au Studio 54 Un tueur en série nommé David Berkowitz a sévi durant l’année...

Jean-Philippe Rathle
3 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!