facebook Septembre
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Septembre

Septembre

Publié le 1 sept. 2021 Mis à jour le 1 sept. 2021
time 3 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Septembre

La grand-mère

Dansez, fillettes du village,
Chantez vos doux refrains d'amour :
Trop vite, hélas ! un ciel d'orage
Vient obscurcir le plus beau jour.

En vous voyant, je me rappelle
Et mes plaisirs et mes succès ;
Comme vous, j'étais jeune et belle,
Et, comme vous, je le savais.
Soudain ma blonde chevelure
Me montra quelques cheveux blancs...
J'ai vu, comme dans la nature,
L'hiver succéder au printemps.

Dansez, fillettes du village,
Chantez vos doux refrains d'amour ;
Trop vite, hélas ! un ciel d'orage
Vient obscurcir le plus beau jour.

Naïve et sans expérience,
D'amour je crus les doux serments,
Et j'aimais avec confiance...
On croit au bonheur à quinze ans !
Une fleur, par Julien cueillie,
Était le gage de sa foi ;
Mais, avant qu'elle fût flétrie,
L'ingrat ne pensait plus à moi !

Dansez, fillettes du Village,
Chantez vos doux refrains d'amour ;
Trop vite, hélas ! un ciel d'orage
Vient obscurcir le plus beau jour.

À vingt ans, un ami fidèle
Adoucit mon premier chagrin ;
J'étais triste, mais j'étais belle,
Il m'offrit son cœur et sa main.
Trop tôt pour nous vint la vieillesse ;
Nous nous aimions, nous étions vieux...
La mort rompit notre tendresse...
Mon ami fut le plus heureux !

Dansez, fillettes du village,
Chantez vos doux refrains d'amour ;
Trop vite, hélas ! un ciel d'orage
Vient obscurcir le plus beau jour.

Pour moi, n'arrêtez pas la danse ;
Le ciel est pur, je suis au port,
Aux bruyants plaisirs de l'enfance
La grand-mère sourit encor.
Que cette larme que j'efface
N'attriste pas vos jeunes cœurs :
Le soleil brille sur la glace,
L'hiver conserve quelques fleurs.

Dansez, fillettes du village,
Chantez vos doux refrains d'amour,
Et, sous un ciel exempt d'orage,
Embellissez mon dernier jour !

 

Sophie d'Arbouville née Sophie de Bazancourt  (1810-1850) poète et nouvelliste fut plus connue dans les milieux littéraires sous le nom de son époux le Général d'Arbouville.

"Elle était plutôt mal de figure, elle avait des traits forts et des yeux ressortis qui, de prime abord, disposaient peu en sa faveur, mais dès qu'elle ouvrait la bouche on oubliait sa laideur relative." (léon Sécher)

"Elle avait de l'imagination, elle avait la foi et le génie. sa souffrance réelle c'était sa laideur ; elle la recouvrait d'un voile éblouissant d'esprit, de bienveillance et d'agrément." (Sainte-Beuve)

Laide mais adulée, jamais elle ne cèdera aux assauts amoureux de Sainte-Beuve qui en avait fait sa muse et qui écrira d'une plume de rancoeur :

En me voyant gémir, votre froide paupière
M'a refermé d'abord ce beau ciel que j'aimais,
Comme aux portes d'Enfer, de vos lèvres de pierre,
Vous m'avez opposé pour premier mot : Jamais !

Un poème sur le temps qui passe bien trop vite, pour une femme disparue en pleine fleur de l'âge d'une longue maladie, et qui n'eût pas d'enfant... Plus qu'un clin d'oeil à la vie qu'elle n'a désespérement pas eue, sa laideur physique en aura révélé et exacerbé cette beauté intérieure qu'elle aura su exalter par l'écrit mué d'une âme désespérée.

"Ni blonde, ni belle, ni grand-mère et ni vieille", sa représentation sera ainsi truffée plus de rêves inassouvis que de contre-vérités, mais ne furent-ils pas pour elle sa secrète raison d'exister ?

                                             

Le premier de chaque mois, un poème d'un auteur méconnu ou oublié se rappelle à votre bon souvenir !

Crédit photo de couverture : "Grand-Mère", un pastel de Bernard Ducosson

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Robin 
Robin 

Destin tragique… Que dire d&...

Laure Gérard
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur