facebook Amiens SC : Quand football rime avec écologie
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Football
Amiens SC : Quand football rime avec écologie

Amiens SC : Quand football rime avec écologie

Publié le 26 mars 2020 Mis à jour le 28 sept. 2020
time 7 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Amiens SC : Quand football rime avec écologie

Actuellement mal-en-point en championnat, Le club d’Amiens a pour objectif de devenir le premier club 0 déchets de France.

Difficile de faire rimer football et écologie, tant les deux mondes semblent si différents et éloignés l’un de l’autre ! D’un côté, des athlètes qui possèdent potentiellement au moins une voiture de sport, une grande maison et tellement d’argent en leur possession. Ils expriment souvent une difficulté à gérer tous ces biens eux-mêmes. La plupart du temps, les footballeurs ont besoin d’un conseiller financier pour piloter leurs revenus, ainsi qu’un agent qui gère leur carrière. De l’autre, nous avons une idéologie basée sur le respect de l’environnement, l’entraide et la solidarité. Ce qui conduit à penser « global » afin de mieux répartir les richesses et les privilèges, en se contentant d’un confort efficace mais simple. Robustesse et impact environnemental réduit plutôt que rentabilité financière et “bling-bling”, Une pensée qui est de plus en plus fréquente chez nos concitoyens.

 Quand football rime avec écologie

Un club français s’intéresse de près à l’impact de son activité sur l’environnement, et a décidé pour la saison 2019-2020 d’initier une démarche zéro déchet. C’est tout à leur honneur ! Le Amiens SC, par l’intermédiaire de son responsable de la politique sociétale et environnementale Eric Schietequatte, a pour ambition de devenir le premier club zéro déchet de France dans la sphère footballistique. Le club s’est entouré des conseils de l’ADEME et de la WWF afin que cette démarche soit à la fois efficace et pertinente. En partenariat avec le club, la WWF a pour mission «  D’arrêter la dégradation de l’environnement dans le monde et construire un avenir où les êtres humains pourront vivre en harmonie avec la nature »

Constat amer et premières actions

Afin de mieux cerner les axes d’amélioration, la démarche a débuté par une grande collecte d’informations. Ainsi le club a procédé en décembre, à sa première pesée des déchets produits par semaine. Celle-ci couvre quatre catégories:

  • les secteurs administratif et sportif
  • les soirs de match
  • restauration.

Le bilan est plutôt lourd ! Le stade du club (Stade de la Licorne) détient une capacité de 13 000 places et produit plus d'une tonne de déchets lors de chaque match à domicile. Des chiffres impressionnants pour un “petit” club de Ligue 1. Imaginez donc ce que produit le stade Vélodrome de Marseille, deuxième plus grande enceinte de France, qui compte plus de 65 000 places !

1147 kg

C’est le poids de déchets collectés sur la première pesée du 16 décembre.

Pour répondre à cette vague de déchets, le club prévoit d'investir dans un système de compostage pour traiter les déchets des spectateurs, mais également ceux des membres du club. Parvenir à normer ce compost pour pouvoir le distribuer aux agriculteurs locaux et ainsi boucler la boucle est également dans les plans d’Eric Schietequatte, chef d’orchestre de la démarche.

 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sans-titre-8.png
 
 

Application rapide des consignes de tri

En plus d’être favorables à cette initiative, les spectateurs sont accompagnés par une “escouade zéro déchet” qui supervise et sensibilise aux consignes de tri lors des soirs de match. Cela a porté ses fruits ! Entre la pesée de décembre et celle de janvier, la collecte des déchets recyclables (métaux, plastiques et cartons) a presque triplé, passant de 78 kg à 227 kg ! Cependant, certaines initiatives n’ont pas besoin de chiffres pour être teintées de bon sens et favorables à l’environnement. Illustration avec le parti pris d’utiliser dès le début de la saison 2019 des ecocups plutôt que les rédhibitoires gobelets en plastique à usage unique. Même constat pour la vaisselle jetable en plastique ! En revanche, il s’agit plus d’un ajustement anticipé avec la loi que d’une réelle initiative de la part du club. Ces contenants sont désormais interdits à la vente en France depuis le 1er janvier 2020.

"Chaque spectateur, chaque joueur, s’il vient avec son sandwich, qu’il ne l’enferme pas dans un aluminium ou un film en plastique mais dans un essuie-tout. Il vient alors au stade, le mange, le met à la poubelle et nous le transformons en compost. Il en est de même pour le gazon que nous allons couper, les contenants de la nourriture proposée par le club, pour tous les déchets proposés ici au Stade."

Eric Schietequatte, Responsable environnement du club.

Favoriser le réemploi localement

Lors de la récente rénovation du stade, de nombreux achats neufs sont venus remplacer l’existant pourtant encore fonctionnel. Amiens SC a donc permis aux clubs voisins de récupérer ces équipements, afin qu’ils ne soient pas simplement jetés: des ampoules aux bancs de touche en passant par les machines de musculation, rien n’a été laissé de côté. Le responsable ne tarit pas d’éloges concernant la métropole d’Amiens, qui soutient le club dans sa démarche: “Ce sont vraiment des alliés réactifs et de qualité, ils nous aident beaucoup au niveau local !”.

Réduire le gaspillage alimentaire

 Le club a déployé diverses actions afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. Ainsi, des “lunch-box” pour l’ensemble des membres du club ont été distribuées afin de leur permettre de repartir avec leurs restes de nourriture. De plus, le club échange avec une banque alimentaire et une application de lutte du gaspillage alimentaire, dans l’optique de déployer des actions de redistribution. Le but étant de ne plus gaspiller ce qui est encore consommable.

Réduire à la source

Fraîchement sorti de sa réunion avec le président du club Bernard Joannin, Eric Schietequatte confie: “le projet de distribution de gourdes à tous les licenciés du club vient d’être accepté”. La distribution officielle aux quelques 500 licenciés devrait avoir lieu dans les prochaines semaines, et c’est une bonne nouvelle. Cette stratégie judicieuse consiste en effet à limiter la quantité de déchets entrants, pour mieux gérer les déchets restants ou encore non identifiés clairement ». Il ajoute également: “Pour l’équipe fanion, c’est environ 100 bouteilles plastiques qui partent chaque jour à la benne, et parfois certaines sont à peine ouvertes !”. La croyance sur la qualité de l’eau minérale en comparaison à l’eau du robinet est encore tenace, mais cette action vise à faire évoluer les mentalités ».

Le chiffre : 3

La collecte des déchets recyclables un soir de match a presque triplé en un mois.

Concernant les approvisionnements du club, notamment en nourriture, la marge de manoeuvre est réduite du fait de l’externalisation de la prestation. “Nous émettrons un cahier des charges pour les futurs achats” assure Eric Schietequatte, qui souhaite colmater les brèches découvertes grâce au lancement de cette démarche zéro déchet.

Trottinette plutôt que Ferrari

Les joueurs s'investissent également dans ce projet. S'ils ne roulent pas en Ferrari, certains préfèrent utiliser d’autres moyens de transports, comme les trottinettes. ”J'ai calculé le temps que je mettais en trottinette et le temps que je mettais en voiture, c'est quasiment le même à une ou deux minutes près. Donc je préfère utiliser ma trottinette que ma voiture" déclare Jordan Lefort, défenseur du Amiens SC au micro de RMC SPORT. Parlant de sa trottinette électrique, il s’empresse d’ajouter: “Ce n’est pas zéro polluant mais c’est toujours mieux que le 4x4”, à juste titre car les trottinettes électriques sont loin d’avoir un impact neutre sur l’environnement, et donc de pouvoir les considérer comme un moyen de transport écologique.

Faire passer le mot

Cette démarche est une action novatrice dans le milieu du football français, à tel point que la LFP a programmé ce 16 janvier un séminaire dédié à l’environnement. En convoquant les responsables “environnement” de chaque club, la démarche d’Amiens SC a pu être mise en lumière pour planter des graines du changement partout en France. Le club, tout comme les joueurs, sont prêts à exploiter leur image de marque et leur visibilité au profit d’une démocratisation de la démarche zéro déchet. “Grâce à notre sport, on peut faire passer un message au monde entier ! Si un club essaye de sensibiliser ses supporters, ça peut finir par sensibiliser toute une ville, voire toute une région !” espère Jordan Lefort, défenseur du club. Cette optique peut en faire sourire certains, nuls doutes qu’il s’agit d’un début encourageant pour le monde du football, sport de loin le plus pratiqué en France et le plus suivi à l’échelle international. D'ici la fin de l'année 2020, le club vise l'objectif de devenir le premier club zéro déchet de  France.

Article Co-rédigé avec Yann.going.green

Retrouvez cet article sur : https://super-green.org/

Egalement sur : https://la-compo.fr 

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les articles Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Sport
Euro Kid une épreuve attendue...
Euro Kid une épreuve attendue...

Ce dimanche, c’est le département des Alpes-de-Haute-Provence et la petite commune de Roumoules qui accueilleront la quatriè...

Julien Guaquier
1 min
Nommination à la FFM
Nommination à la FFM

Anne Barrois-Chombart intègre la Direction Technique Nationale de la FFM au poste 

Julien Guaquier
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur