Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Doit-on traiter les crétins comme des imbéciles ?

Doit-on traiter les crétins comme des imbéciles ?

Publié le 15 mai 2022 Mis à jour le 15 mai 2022
time 3 min
2
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 33 lectures
4 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Doit-on traiter les crétins comme des imbéciles ?

Nous allons mettre fin aux dernières mesures sanitaires en espérant naïvement ne jamais devoir y revenir. Je ne sais pas si vous avez le même sentiment, mais quand je repense à cette période, tout me semble un peu irréel. Nous avons presque oublié tout ce cirque. Les masques. Les confinements. Les couvre-feux. Les attestations. Les vaccins et les QR codes. 

C'était il y a un peu plus de deux ans. Le 16 mars 2020. Le grand barnum imaginé par notre gouvernement pour assurer notre survie se mettait en place. 

Samedi soir, alors que la France compte mollement les premières victimes de la pandémie de coronavirus, le premier ministre s’invite sur nos écran pour une allocution solennelle. Annonçant la fermeture des lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays, il demande plus de discipline. Restaurants, bar, cinémas, discothèques resteront portes closes jusqu’à nouvel ordre. Voilà, vous avez gagné. Faut dire que vous l’avez bien cherché.

Les annonces anxiogènes et les incitations à la distanciation sociale, c’est bien joli, mais ce dimanche en ouvrant ses volets, le parisien constate que le temps est clément. Un rayon de soleil ! Pour lui, le citadin à tête de veau, ce rayon de soleil est un appel. L’appel de la nature. Celui qui s’adresse à son cerveau reptilien. Celui auquel il ne peut que se soumettre. Alors en avant, direction le parc ! Jeunes insouciants, parents irresponsables, vieux pressés de transmettre leur patrimoine. Vite, vite. Allons nous entasser et nous baver dessus en nous vautrant sur les vertes pelouses de Paris. On a le temps de se rouler les uns contre les autres puisqu’on a fait hier le plein de pâtes et de papier-cul. On est prêts pour l’épidémie. On ne sera pas pris au dépourvu, malins que nous sommes.

parisien au parc le 15 mars 2020

Beaucoup cependant espéraient toujours que l’épidémie allait s’arrêter et qu’ils seraient épargnés avec leur famille. En conséquence, ils ne se sentaient encore obligés à rien.  Albert Camus – La Peste  

En temps réel, dans le monde entier, les images circulent. Il y a ceux que ça amuse. Ceux que ça terrifie. Ceux que ça révolte. Et sur toute la planète enfin un constat unanime : les Français sont des crétins. Avec désormais pour le gouvernement de ce peuple de couillons une seule question en tête : « doit-on totalement confiner ces cons finis ? » La réponse semble tellement évidente que le lundi matin, dans les milieux autorisés, dans les inévitables réunions de crise, le couvre-feu est sur toute les lèvres, dans tous les scénarios évoqués. La rumeur enfle et circule par tous les canaux, dans toutes les conversations groupées. On va être enfermés chez nous, nos déplacements limités au strict nécessaire et même interdits le soir. Vite ! Encore des pâtes ! Encore du papier-cul !

Je jette un œil dans le supermarché à l’angle du boulevard Rochechouart et de la rue des Martyrs. Des caddies en attente de livraison encombrent la zone de caisses. Une file compacte de clients s’étend dans tout le magasin. Les sacs remplis pour tenir un siège, ça discute allègrement en se postillonnant sur les bacchantes. Tout ça mériterait évidemment une distribution générale de tartes dans la gueule pour inviter au civisme, mais c’est trop tard. Demain chacun chez soi, on se mettra aux fenêtres pour chanter comme des italiens, ce sera beau et fraternel.

 

Article original publié sur le site reznyk.com le 16/03/2020.

Si vous souhaitez collaborer à la Creative Room Tout est Sous Contrôle, n'hésitez pas à me contacter.

lecture 33 lectures
thumb 0 commentaire
4 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Santé
Jalousie
Jalousie

Rivalité souvent amoureuse envers un tiers qui tendrait à se rapprocher d'une autre moitié. "Sciemment", d'ores et d&eacut...

Bernard Ducosson
1 min
Prématuré
Prématuré

Voilà un né vainement -ou presque- fâcheux pour un bébé de moins de 9 mois qui a le court âge de vivre....

Bernard Ducosson
1 min
Sommeiller
Sommeiller

Rester et veiller et surtout sans dormir !

Bernard Ducosson
1 min
Pandémie, paradoxe
Pandémie, paradoxe

Je me concentre... La pandémie ?  Appel à la mémoire... Le devoir de mémoire...

Peyrot Karine
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur