Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Doit-on tout sacrifier pour sauver papy ?

Doit-on tout sacrifier pour sauver papy ?

Publié le 15 mai 2022 Mis à jour le 15 mai 2022
time 5 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 16 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Doit-on tout sacrifier pour sauver papy ?

Dernier volet de la trilogie covid-19. Retour sur ce qui était alord un premier bilan d'étape en mai 2020.

L’avantage de tout ce merdier, c’est qu’on entend les oiseaux chanter à Paris. Ça donnerait presque l’impression qu’il reste un espoir. Paisiblement allongé, je fais consciencieusement le point en regardant le plafond. Au creux de mes oreilles, les four horsemen massacrent leur blackened dans une resucée acoustique totalement ratée. C’est un naufrage complet. Le confinement ne peut pas tout excuser. Du coup, je suis plus très sûr pour l’espoir.

On connaît déjà tous quelqu’un qui a fini dans le sac à viande, qui a perdu son job ou dont les projets de vie ont été balayés par le virus ou les décisions prises pour le contrer. Nos problèmes d’hier ont tous été déclassés sur l’échelle de Calimero. La vie aujourd’hui baigne dans une ambiance d’anxiété teintée de méfiance. On les voit encore plus que d’habitude, tous ces débiles malfaisants qui pullulent autour de nous.

Pourquoi ce con est-il dehors ? Quelle idée d’avoir ce genre de chien dans un appartement à Paris ? Vu la taille de ton cul, t’as commencé à courir quand on t’a dit de rester chez toi ! Qu’est-ce que j’en ai à foutre de ton ramadan, tu crois que tes loukoums vont nous sauver du virus mortel ? Le vivre ensemble bon teint a encore pris du plomb dans l’aile. Même les samouraïs à chignon du Naturalia ne font plus semblant, prêts à être aspirés par le vortex de haine qui les fera bientôt voter à droite.

Nous attendons tous le Nuremberg libérateur où les cigales reprocheront à leurs élites de ne pas avoir été des fourmis. Le bon peuple qui ne veut pas payer un rond de plus d’impôt attend la mâchoire serrée la fin de la crise sanitaire pour demander des comptes aux salauds de politiques qui n’ont pas su voir le virus venir. Quel scandale ! Au bûcher !

Les mauvais gouvernants auront beau expliquer que prendre des décisions face à des équations à cinquante inconnues n’est pas toujours évident. Ils auront beau voter tranquillou des lois d’amnistie. Il y a de fortes chances qu’après les pâtes et le papier cul, on connaisse une pénurie de pelles et de fourches chez Jardiland et Leroy Merlin.

Méditant dans l’ombre, j’attends que mon téléphone sonne en jetant de temps en temps un coup d’œil à ma montre. Mon expertise devrait être logiquement sollicitée par le gouvernement, les comités scientifiques ou les chaînes d’information continue. Je suis en effet au niveau des plus grands spécialistes des hautes autorités de ceci et cela, vu qu’en gros, comme eux, je ne comprends absolument rien à ce qui nous arrive.

Il a suffi pour m’en convaincre d’interroger un cadre de la HAS ligoté au serflex à l’arrière d’un van stationné au niveau -5 d’un parking souterrain de la Goutte d’Or. Dans cette ambiance feutrée propice aux confidences, le Docteur Maboul a pu répondre sans langue de bois à mes questions de naïf curieux.

« On en est à combien de morts ?

– Officiellement presque trente mille. Mais en fait je crois qu’on a oublié les morts à domicile.

– Oups.

– Ben oui ça va faire un peu plus du coup. Au moins dix mille de plus.

– Mais putain c’est une blague ? 

– Oh, on fait ce qu’on peut hein ! 

– Et le confinement, ça fonctionne ? 

– Ben oui tant qu’on reste enfermés évidemment. On sait pas trop comment ça va se passer après… On n’est pas devins !

– Et les vaccins, et les traitements, les chloromachins, les remdebidules ?

– Ben au début on a cru que des trucs marchaient et maintenant on est plus trop sûrs.

– Et les gosses ? Ils peuvent être touchés ou non les gosses ?

– Ben y a trois semaines j’aurais dit non, mais maintenant c’est pas sûr du tout.

– En fait tu sais que dalle ! C’est dingue !

– Ne soyez pas agressif. Et desserrez un peu mes liens je ne sens plus mes doigts.

– Mais alors pourquoi on s’est tous confinés comme des cons ? Tout le pays est à l’arrêt ! La restauration, l’hôtellerie, le tourisme, le commerce, l’éducation ! Et tu sais que dalle !

– Vous êtes malin vous. Fallait faire quoi ?

– Mais pourquoi on n’a pas juste gardé au frais les vieux et les fragiles ? On se serait contaminés gentiment jusqu’à l’immunité collective avec des pertes modérées sans saborder l’économie pour cinquante ans !

– On sait même pas si ça existe l’immunité collective. En général pour ce genre de virus la période d’immunité est très courte, du coup ben voilà…

– Hein ? Je peux choper cette merde à nouveau ?

– Oui. Sûrement. Enfin on sait pas trop. C’est arrivé.

– Putain on nous prédit une crise économique modèle années 30. On est en train de mettre tout le monde à la rue pour sauver une bande de vieux !

– Oui enfin, le virus touche principalement les personnes âgées, mais des jeunes sont aussi durement frappés avec des dommages physiques irréversibles. Sans compter les cas d’AVC chez les trentenaires.

– Ouais, ben il faut savoir faire des choix. Sacrifier quelques-uns pour sauver la majorité.

– Il va falloir vous calmer ! Je comprends que notre manque de résultats vous agace, mais vous n’allez tout de même pas croire des économistes ! »

Tic tac tic tac. Toujours pas de coup de fil… Pourtant la fine analyse déroulée dans mon post précédent aurait dû me placer en tête de gondole des sachants à consulter en priorité. C’est à n’y rien comprendre ! C’est de toute façon certainement trop tard. L’économie est niquée. Notre santé aussi. Nous n’avons aucune visibilité. Et même si on y voyait plus clair, on se déchirerait sur les choix éthiques qui s’imposeraient à nous.

Demain le déconfinement est lancé sans qu’on sache si le mal a été un tant soit peu contenu. On verra bien. On va essayer de relancer la machine en restant prudents. On va continuer à vivre en faisant mine d’ignorer cette règle cruelle et inéluctable : à la fin tout tourne mal. Si ça semble s’arranger, c’est que ce n’est pas encore la fin.

 

Article original publié sur le site reznyk.com le 10/05/2020.

Si vous souhatez m'insulter ou collaborer à la creative room Tout est Sous Contrôle, n'hésitez pas à me contacter.

 

 

lecture 16 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Santé
It's Not that Simple
It's Not that Simple

Helping Families Navigate the Alzheimer's Journey Listen to the interview wit...

The Authors Show
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur